Étude conduite: CBD sans danger THC 4 heures après

Publicité

Image @ Pixabay (modifiée)

Une nouvelle étude publiée par l’université de Sidney en Australie et menée par des chercheurs Hollandais vient de se pencher sur les effets du cannabidiol au volant. Spoiler: aucun effet notable n’a pu être observé. On apprend également que le THC ne pose plus problème au volant après 4 heures de temps. 

Le Cannabiste vous invite à découvrir une étude qui désenfume un peu plus la politique routière crasse et aveugle du prohibiland.

 

Avertissement:

« En France la conduite, ou l’accompagnement d’un élève conducteur, après avoir fait usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants, est interdite, quelle que soit la quantité absorbée. La police et la gendarmerie disposent d’un kit de dépistage salivaire qui détecte les différents types de drogues en quelques minutes. (…) Ce test peut être demandé même lorsque le véhicule est à l’arrêt, moteur coupé.» Renseignements et infos sur http://www.securite-routiere.gouv.fr

 

* * *

 

C’est vrai que quand on lit de plus près le message de sécurité routière que nous ajoutons aux articles sur le sujet: cet avertissement sent l’arnaque.

Une loi à l’esprit particulièrement vicieux, ce qu’on encore nomme sécurité routière chez nous en France dépasse bien, toutes les bornes de la raison.

En réalité c’est de l’insécurité permanente de 5 millions de conducteurs dont il est question. Le seuil ridiculement infinitésimal de détection des test salivaires mesure les traces de Cannabis au nano-gramme près.

 

« Ce test peut être demandé même lorsque le véhicule est à l’arrêt, moteur coupé » 

 

Cela signifie en France que si vous nettoyez votre voiture un dimanche matin, devant chez vous après avoir fumé un joint la veille, vous risquez très certainement votre permis. Car le problème ça n’est pas de savoir si vous conduisez bien ou pas, le problème c’est de savoir si vous avez fumé un joint la veille.

À lire sur Le Cannabiste

 

Dans les faits, si vous avez consommé du Cannabis entre 3 et 7 jours au préalable, dès l’instant que vous vous approcherez de votre véhicule, vos clés sur vous, vous risquez 6 mois de prison, et 4500€ d’amendes. Sans blague, et ça ne choque personne.

Avec l’avènement du chanvre au détail et des produits au CBD la question se pose, à fortiori pour les patients du Cannabis médical. Quels en sont les conséquences réelles sur la sécurité routière?

#CBD / THC

Les consommateurs de CBD vont pouvoir se rassurer, selon l’étude, le très tendance Cannabidiol n’altèrerait absolument pas la faculté de conduite automobile.

 » Des scientifiques de l’Initiative Lambert ont montré qu’un composant médicalement actif du cannabis n’a pas d’impact sur la capacité de conduire et qu’une intoxication modérée au THC dure quelques heures, avec des implications pour les lois sur la conduite des drogues et la gestion du cannabis médical.  » – Source traduite

L’initiative Lambert est un groupe d’étude la très sérieuse Université de médecine de Sydney en Australie. Son but: « optimiser les thérapies cannabinoïdes sûres et efficaces dans la médecine traditionnelle ». 

 

* * *

#Méthode

Le Cannabis altère généralement la faculté de conduite automobile, surtout chez les personnes qui en consomment peu et rarement.

Dans le cadre d’une consommation de Cannabis médical ou récréatif, on ne sait en réalité pas grand chose des effets du CBD ou du THC au volant. Alors les chercheurs ont voulu savoir. Le test s’est déroulé en Hollande à Maastricht, à moins de 2 heures de Paris.

 » L’étude impliquait de donner à 26 participants en bonne santé quatre types de cannabis différents dans un ordre aléatoire à vaporiser à quatre occasions distinctes.

Les performances de conduite de chaque participant ont ensuite été évaluées sur route dans des conditions réelles sur un tronçon de 100 kilomètres de voie publique dans une voiture à double commande avec un instructeur de conduite présent. « 

 

4 types de Cannabis en vaporisation: du placebo, du CBD sans THC, puis le contraire et enfin les deux.

À titre d’exemple, des doses de 13,75 mg de Cannabidiol ont été établies comme seuil de base, cela correspond aux doses moyennes administrées en traitement pour l’épilepsie.

 

* * *

 

Selon une méthode scientifique éprouvée, dite « Mesure de déviation latérale » les chercheurs ont mesuré à vitesse constante la capacité des sujets à maintenir une trajectoire constante, dans le trafic.

  • Gestion de la trajectoire
  • Gestion de la vitesse

Les données sont enregistrées par une caméra fixée au le toit du véhicule, le tout connecté à un ordinateur qui enregistre toutes les micro corrections de trajectoire et d’accélération.

 

L’expérience s’est déroulée dans ce type de véhicule bardé d’électronique

 

 

En croisant les données des conducteurs on peut ainsi visualiser rapidement la manière dont le Cannabis a affecté leur capacité à conduire.

 

 » Les participants ont vapoté et ont attendu 40 à 100 minutes avant de conduire. Ils ont ensuite pris un deuxième test 240 à 300 minutes après le vapotage.

Le moniteur de conduite a mis fin à 16 des 188 essais routiers – 9 du premier et 7 du second – pour des raisons de sécurité.  » – Source traduite

 

* * *

Et visiblement ça marche, regardez par exemple le graphique d’un conducteur sobre, puis celui d’un conducteur sous Loprazolam, un médicament de la famille des benzodiazépines.

 

#Accoutumance

Les conducteurs qui ont pris part à cette étude ont été choisis parmi des consommateurs de Cannabis ‘occasionnels’. Ils ne sont ni représentatifs des groupes de consommateurs assidus donc, ni de celui des patients qui consomment du Cannabis pour ses propriétés médicales.

 

À lire sur Le Cannabiste

 

Cependant, a déclaré le père de l’étude le Professeur Ramaekers, qui n’en est pas à son coup d’essai, aimerait étudier les effets des produits à base de cannabis sur la conduite automobile chez les patients qui les utilisent quotidiennement.

Aux Pays-Bas, les patients peuvent obtenir une ordonnance de cannabis de leur médecin et la faire remplir dans une pharmacie.

« Plus vous consommez de cannabis, plus vous pouvez développer une tolérance. Mais ce n’est jamais complet. Vous montrez toujours des effets. »

De nombreuses personnes obtiennent leur CBD à partir de produits comestibles, qui, sauf dans quelques pays, ne sont fondamentalement pas réglementés. Les recherches suggèrent que les consommateurs n’obtiennent pas toujours la dose qu’ils pensent recevoir.

 

#Conclusion

D’abord l’étude ne trouve aucune altération notable du comportement routier sous l’emprise du CBD. En ce qui concerne le THC, 4 heures après sa consommation les altérations de la conduite disparaissent complètement.

Mais là où c’est encore plus fort c’est que visiblement les sujets restent conscients de leur capacité à conduire ou pas.

 

 » Les estimations subjectives de leur capacité à conduire correspondaient tout à fait aux niveaux de déficience que nous avons constatés.

Mais 4 heures plus tard, une grande partie de l’intoxication au Cannabis avait déjà disparu.  » – Source traduite

 

Cette dernière étude se trouve ici dans son texte original, vous trouverez des articles complets en langue Anglaise qui s’y réfèrent ici et par .

 

* * *

Stress, météo, fatigue, visibilité, vitesse, il existe 1000 façons de perdre la vie sur la route sinon de prendre celle des autres. Inutile de jouer à se faire peur avec Le Cannabis par dessus le marché, les prisons sont pleines d’incompris.

Après un joint ne prenez pas la route, dans votre propre intérêt et celui de tous, d’ailleurs ça n’est pas prêt de changer.

 

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources: University Of Sidney /// JAMA /// Springer

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

A propos jean-pierre 757 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.