Guéret : capitale mondiale du cannabis(1/3)

Publicité

Aujourd’hui le chaman nous propose une évasion onirique dans un pays réel mais imaginaire. Bienvenue dans un pays futur. La Creuse et plus particulièrement la ville de Guéret, seront le théâtre de ses dernières élucubrations sous THC.

C’est l’heure de goûter à un peu à la littérature sous la plume narcotique de Jérémie Schwartz. La magie des mots du chaman c’est sur Le Cannabiste et nulle part ailleurs.

 

* * *

 

’’ … Épisode 1/3

« Le coin le plus paumé de France ». C’est ainsi qu’on surnommait le département jusqu’à pas longtemps. C’est vrai qu’il était enclavé. Trois heures pour se rendre à Bordeaux, la capitale régionale. Pareil pour Lyon, pire pour Paris. Pas de gare TGV s’arrêtant à Guéret, son chef-lieu, une exception nationale, un scandale.

Située légèrement à l’ouest du centre de l’hexagone, la Creuse était le cœur et le symbole de la diagonale du vide, ce tunnel d’ennui qui baille des Landes jusqu’à la Lorraine. La France des périphéries, celle qui crève à petit feu et que tout le monde s’en fout.

Dès sa création, la Creuse est devenue terre d’exil. Elle a d’abord exporté des maçons, puis de la main d’œuvre corvéable dont le baron Haussmann avait tant besoin dans sa quête de grand Paris et ensuite de la chair fraîche pour remplir les charniers de Verdun et d’ailleurs.

Les lumières de la ville étant trop étincelantes, la région s’est continuellement vidée de ses forces vives. Alors, il a fallu compenser le manque. Il y a eu l’immigration. Classique. Mais, ce n’était pas suffisant et on a décidé d’arracher des enfants à leur île et à leurs parents. Cette infamie, longtemps tue, c’est l’affaire des Réunionnais de la Creuse. La spirale négative semblait insurmontable. En 2020, la Creuse, c’était le deuxième département le moins peuplé de métropole. Le plus pauvre. À côté, le 9.3, ses subventions, ses RER flambant neufs et ses emplois aidés, c’était Byzance.

 

Image Maxime Guy – Pixabay

Pourtant, cette terre de résistance qui a vu naître chevaliers, aviateurs, communards et syndicalistes avait énormément à offrir. De grands espaces au goût de liberté, de l’eau, du vert, des vallées et des vallons. Monet ne s’était pas trompé. La terre du safran valait de l’or, n’en déplaise aux ricaneurs.

Puis, la maire de cette ville de quinze mille habitants a dit Basta ! Elle ne voulait plus voir de classes fermer faute de combattants, de commerces baisser rideau. Et elle eut une idée folle. Des années que la Creuse cherchait timidement à expérimenter le cannabis médical. Il fallait aller plus loin.

Taper plus fort. « Irréalisable. Démagogique. » Elle s’attendait à ces critiques. Qu’ils causent, elle n’écouterait que ses tripes et ferait de Guéret le nombril du monde. La capitale mondiale de la Marie-Jeanne.

à suivre …’’

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

– Textes et images Jérémie Schwartz pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –