La Polynésie va légaliser le Cannabis doux, lol

Publicité

Sweetseeds-GreenFriday-LeCannabiste
Image Reiseuhu.de @ Unsplash

En Polynésie la réglementation locale sur l’usage du Cannabis médical devrait être réformée d’ici la fin de l’année. Mais en réalité il s’agit juste de légaliser l’accès aux produits du chanvre à 0,3% de THC.

Le texte doit réformer la loi de 1978 sur “l’importation, l’exportation, l’achat, la vente, la détention et l’emploi des substances vénéneuses”. Il est désormais entre les mains du gouvernement. Ce dernier prévoit d’autoriser l’usage médical la production la transformation et la distribution du chichon. Mais sous la limite légale de 0,3%. de THC, ce qui peut être considéré comme une blague.

La Polynésie va légaliser le Cannabis doux. Les nouvelles des territoires occupés sont sur Le Cannabiste.

 

* * *

Madehellin-Franchise-LeCannabiste

#Ce que le texte prévoit

Comprendre ce qui est en train de se passer en Polynésie, c’est assez simple au final. Vous prenez les principes d’une légalisation contrôlée du Cannabis et vous les appliquez au chanvre à 0,3%.

Puis vous collez l’étiquette ‘Cannabis Médical’ sur du Cannabis doux, voilà en 3 lignes, en quoi consiste ce projet de loi.

 

  • autoriser l’utilisation thérapeutique du cannabis sous la forme de médicament qui devra respecter la réglementation relative au médicament en vigueur en Polynésie française
  • autoriser la production agricole du cannabis et du chanvre à des fins d’industrie, notamment pharmaceutique, sous contrôle strict et dans le cadre d’une réglementation conforme à la convention unique internationale sur les stupéfiants de 1961
  • interdiction générale de toute opération relative au cannabis avec des exceptions prévues par la loi et soumises à un régime d’autorisation pour le cannabis thérapeutique et le chanvre

 

La limité établie de 0,3% de THC semble totalement incontournable.

Ce que propose ce texte se trouve entre la réforme de l’hyper réglementation du chanvre et l’ignorance en matière de Cannabis médical. On va sans doute faire plaisir à quelques producteurs de chanvre et à une poignée d’usagers/ patients voilà tout.

La guerre à la drogue reste à l’ordre du jour avec son cortège de gendarmes d’hélicoptères et de bateaux à la con.

 

* * *

L’état insiste sur le principe d’une traçabilité à toute épreuve, on ne connaît pas encore la définition des produits ni des licences, mais on sait qu’il y aura déjà d’amende aux contrevenants. Tout ceci est parfaitement risible.

 

L’usage la détention la cession de Cannabis resteront interdites, punies et réprimées, en Polynésie comme à Paname, tant que l’état colonisateur de ces terres lointaines, aura la guerre à la drogue comme priorité absolue.

 

À lire sur Le Cannabistea lire sur le cannabiste.tahiti

 

Le problème est beaucoup plus profond et le Cannabis n’est qu’un des symboles d’une authentique liberté d’exister de se soigner et de jouir paisiblement pour ces humains là.

 

« Il s’agit ainsi d’assurer une ‘traçabilité’ de la filière et de limiter les intermédiaires. Enfin, le texte prévoit également un volet “contrôle de l’activité” là-aussi sur la traçabilité et la qualité du produit. Une amende administrative – allant jusqu’à 1 million de Fcfp – est même prévue en cas de non-respect de ces règles. » Source Tahiti Infos

 

#Du sale pour la route (la tournée du patron)

Aaaah les joies de la colonisation. De petits pays comme le notre la France, à peine la taille d’une ville chinoise moyenne. Pourtant ils se sont permis d’aller planter leur beau drapeau à des milliers de kilomètres de chez eux sur des terres étrangères en bombant le torse, à la force de l’épée.

On est les champions.

(NDLR: Ne serait-ce pas un peu ce que font les russes en Ukraine aujourd’hui?)

Ce sont les descendants de ces mêmes autochtones, à qui on a jadis inculqué l’éducation française et l’art parisien du savoir vivre, qui semblent vouloir s’émanciper d’au moins une règle condescendante et insupportable : l’interdiction de toucher au paka.

 

À lire sur Le Cannabistea lire sur le cannabiste maurice

 

Plus que n’importe où en ‘France’, les habitants d’outre-mer connaissent mieux qu’ailleurs, la compassion zéro et son cortège de coups de matraques. Il n’est pas illogique qu’ils en aient hérité un certain goût pour l’autoculture et la résistance. Que leur courage guide nos pas.

Grâce doit être rendue ici aux militants de Tahiti Herb Culture et du Syndicat Polynésien du chanvre. Il faut souligner le rôle fondamental du député Moetai Brotherson sans qui les requérants politiques du Cannabis médical, seraient jugés séditieux et condamnés par la bonne société, un peu comme en France où c’est devenu tellement facile.

 

* * *

Mais soyons honnêtes. Du Cannabis à 0,3 % de THC ne peut pas se prévaloir de l’appellation ‘Cannabis médical’. Ce serait au moins aussi hypocrite et insensé qu’une bande de gens qui après avoir été occupés pendant 250 ans, finissent par se croire libres. C’est vrai que payer 4 yaourts 12 Euros et avoir le droit saluer le drapeau tricolore au garde à vous le doigt sur la couture, ça à toujours fait rêver sous les tropiques.

Soutien à tous les polynésiens qui essayent de reprendre ce qui leur appartient de droit ancestral. Mais de là où on se trouve aujourd’hui, nommer ‘Cannabis médical’ du chanvre à 0,3%, comment dire ….

Désolés mais ça ne colle pas.

A propos Jean-Pierre 1127 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.