Légalisation du Cannabis : L’Argentine entre en jeu

Publicité

Le deuxième plus grand pays d’Amérique Latine, L’argentine se lance dans un programme national de légalisation du Cannabis. L’état va autoriser et encadrer la commercialisation de concentrés et de baumes en pharmacie. L’autoproduction individuelle sera également possible pour les particuliers. Chroniques du monde d’hier et de celui de demain sur Le Cannabiste.

 

* * *

 

Le progrès social, la liberté, le droit à la tolérance sont devenus en France la chasse gardée des causes raciales, sexistes et religieuses. Pour ce qui est du droit à jouir paisiblement du Cannabis, c’est encore l’âge de Pierre, ou plutôt l’ère de Manu : ça cogne toujours très fort.

#1976

Figurez-vous que notre pays vit un moment historique ou les Français pensant avoir élu un président moderne et décomplexé se sont retrouvés en 1976 d’un coup. Pourquoi 1976? Au hasard, parce qu’en 1976, un régime dégueulasse a été mis en place en Argentine. Il a tenu jusqu’en 1983.

 

Capture d’écran Mediapart – Tous droits réservés

 

Pour référence, ‘Le Processus de réorganisation nationale’, un titre de programme qui plairait sûrement à Jean Castex. Cet élan patriotique à fait en Argentine en 7 ans : 30.000 disparus, 15.000 fusillés et 1.5 million d’exilés pour un pays qui comptait à l’époque 32 millions d’habitants, contre 44 aujourd’hui.

C’était ça en Argentine le prix du nationalisme, le souvenir récent de 1976, juste pour ne pas l’oublier.

 

* * *

 

Le président Argentin en Exercice Alberto Fernandez – Image Wikimedia Commons

 

À présent dirigée par un démocrate de centre droit dénommé Alberto Fernandez. C’est le même homme qui avait en 2018 décriminalisé l’avortement. Le pays s’apprête à mettre en place une légalisation encadrée du Cannabis sur la base d’un programme simple.

  • Mise en place d’un programme national: le ‘Reprocann’
  • Ouverture du marché des baumes huiles et concentrés aux pharmacies
  • Légalisation de l’autoculture à domicile

L’accès au Cannabis médical est possible en Argentine depuis 2017 mais sa prescription était réservée à certaines pathologies comme l’autisme et l’épilepsie. Sa culture personnelle restait illégale et durement réprimée.

 

Capture d’écran Libération – Tous droits réservés

 

 

Jusqu’à présent passible de 15 années de prison, l’autoculture de Cannabis va devenir possible du jour au lendemain. Une légalisation qui pourrait devenir un cas d’école dans ce grand pays.

En effet du côté des affaires les choses vont se développer, car la production et l’importation  de Cannabis seront autorisées. Il faut s’attendre à un essor dans cette région où les législations évoluent rapidement. C’est une excellent nouvelle pour le Cannabusiness mondial!

* * *

 

 » La nouveauté la plus importante contenue dans ce projet est, sans aucun doute, la réglementation de l’article 8 de la loi 27.350, qui comprend l’autorisation de la culture personnelle et sociale pour à tous les patients, chercheurs ou utilisateurs qui s’inscrivent au programme national de cannabis du pays  ‘REPROCANN’.

Une autre nouveauté est la possibilité pour les consommateurs d’importer des médicaments à base de cannabis mais aussi de les vendre dans des pharmacies autorisées à produire des « formulations mères », telles que des huiles, des teintures ou des crèmes. Ce qui était déjà autorisé seulement pour les épilepsies réfractaires et via l’agence ANMAT.  »  Source Blog-Cannabis

 

#Pendant ce temps-là en Gaule

Aujourd’hui on ne parle plus de la ‘république exemplaire’ mais l’effort gouvernemental consiste à faire avaler la corruption avouée des plus hautes places de l’état ‘d’homme à homme’.

Le projet présidentiel se borne à d’éteindre le front médiatique quotidien des brutalités policières. Remaniement orienté vers le sécuritaire et le nationalisme. Le parti présidentiel aux abois se livre à toutes les méprises possibles. 

Il ne reste au décideur aucune marge de manœuvre avec le Cannabis, pour peu qu’il ait jamais eu le moindre projet, sinon d’inventer une amende forfaitaire.

 

Capture d’écran Twitter

* * *

 

Un vieux monde, assez crade il faut le dire, s’accroche à ses convictions sécuritaires. La première d’entre elle: la prohibition du Cannabis, révèle chaque jour son lot d’absurdité et de gaspillage.

Censure oblige, une partie des fromages qui puent ignore totalement l’existence du système Cannabinoïde endogène et de ses effets fondamentaux sur l’équilibre humain. La plante est considérée comme un ennemi, sa culture est passible de 25 ans de prison et 7.5 millions d’€ d’amende. En situation de honte internationale, cet échec tricolore quotidien ne profite odieusement qu’au marché noir.

 

À lire sur Le Cannabiste

 

Pendant que les gosses Français se shootent aux bonbonnes de gaz hilarant, leurs aînés tournent à la bibine. Et là bas de l’autre côté de l’océan, le nouveau monde n’en finit pas de nous donner des leçons de progrès et de bon sens.

Don’t cry for me Argentina* chantait l’inoubliable Madonna. Mais aujourd’hui c’est plutôt l’Argentine qui nous donne envie de pleurer.

La France, au cœur d’une prohibition mortifère qui sabote quotidiennement la paix sociale et le pacte républicain, regarde naviguer au loin les vaisseaux de la liberté, de la tolérance et du progrès. Tout en écrasant du genou la nuque d’un contrevenant sur le bitume. #Porcherie

*Ne pleure pas pour moi Argentine

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources : InfoBae /// Liberation /// Blog-Cannabis

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook

A propos jean-pierre 691 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.