Malte décriminalise l’usage et l’autoculture

Publicité

Le garde des sceaux Maltais, Owen Bonnici vient d’annoncer une série de mesures qui viennent considérablement assouplir la législation sur les stupéfiants dans le pays, c’est surtout vrai pour le Cannabis.

Son autoculture à des fins personnelles et sa possession ne seront désormais plus punies que par de simples amendes et non plus automatiquement par des peines de prison. La possibilité jugement en récidive disparaît aussi de la loi, concernant la beuh.

Décriminalisation mode d’emploi, c’est l’info du jour sur Le Cannabiste.

* * *

Lorsque le débat sur la légalisation du Cannabis se présente sur les réseaux sociaux, il y a toujours une voix qui s’élève pour nous expliquer :

« Oui mais moi, je suis pour la dépénalisation seulement, la légalisation serait je pense une grossière erreur ». 

 

Attardons-nous sur ce point de vue, qui conduit à un certain nombre de non sens :

  • Si le Cannabis est + permis et pénalisé = Le marché noir explosera, de toute évidence, par appel d’air
  • La dépénalisation ne permet aucun contrôle sanitaire
  • La dépénalisation ne crée pas de fiscalité donc pas de fonds pour la prévention et la réduction des risques des usagers
  • L’immense majorité des patients continue de s’empoisonner avec des produits frelatés
  • Rien ne protège les mineurs du marché noir …

 

 

Résultat: à suivre le chemin de la décriminalisation, non seulement on mettrait en place les conditions d’une crise sanitaire encore plus grave, mais c’est aussi un joli cadeau que l’on ferait au crime organisé.

* * *

La décriminalisation du Cannabis, c’est un peu comme si l’économie réelle sponsorisait le marché noir avec un bien de consommation courante. Disons, le vin … vous voyez l’truc?

 

Si on admet que la situation actuelle fait le jeu des négociants clandestins, avec 200 000 travailleurs illégaux, (Source J.Fouquet IFOP). Alors le Cannabis, premier employeur du pays, impose qu’on, s’interroge un peu plus profondément sur cette question.

 

#Lenfer de Malte

Sous des faux-airs de petit paradis méditerranéen, Malte peut se transformer en un redoutable piège ‘attrape-cannabiste’.

Témoins d’infortune, ces quelques étrangers, qui ont eu le malheur de mettre un peu d’herbe à pousser dans leur jardin ensoleillé … niché au coeur de la méditerranée.

 

* * *

Capture d’écran Malta Today – Tous droits réservés

L’irlandais Daniel Holmes, condamné à 10 ans de prison et 23 000€ d’amendes puis relaxé pour avoir cultivé tenez-vous bien: 5 plants de Cannabis chez lui.

Son cas avait ému l’opinion publique.

 

 

Dernier exemple en date, Marie Claire Camilleri, une Maltaise d’une trentaine d’années bien sous tous rapports. Elle a d’abord été arrêtée, mise en garde à vue, puis jugée et condamnée à 6 mois de prison.

 

Motif : 1 pied de Cannabis à peine vert sur son balcon. Pour un poids total de 6.5 Grammes de végétation mais pas un seul gramme de Cannabinoïdes. A présent Marie doit se battre en justice et faire appel afin d’éviter la prison.

 

Image @ Fb

 

 

Le gouvernement Maltais porté par une une prohibition particulièrement sévère, n’avait pas vraiment d’autre choix aujourd’hui, que de relâcher – un peu – la pression. 

Alors que des tonnes de Cannabis à usage médical seront bientôt exportées depuis l’île au profit d’un tout petit nombre de personnes. Il ne faisait plus sens d’enfermer des gens pour usage simple que possession ou même pour autoculture.

 

Sur le même sujet

#Progrès

Voici les points essentiels que le ministre de la justice Maltaise: Owen Bonnici, vient de porter à l’attention de la presse qu’il avait convoqué mercredi 12 décembre dernier à Malte.

 

Le premier Ministre Maltais – (Non Sous titré) – Images Malta Today.com

 

  • La police peut désormais intervenir à compter de 3.5 G de Cannabis
  • Des amendes de 50€ à 100€pour les usagers de Cannabis
  • Garde à vue, auditions, perquisitions maintenues
  • Pas de possibilité de récidive pour usage simple de Cannabis
  • Suppression des peines de prison plancher pour autoculture

 

* * *

Ce que les autorités ajoutent en fin de communiqué n’a rien d’anodin : « les médecins peuvent prescrire du cannabis sous forme médicinale, s’il n’existe aucune autre alternative viable. »

Mais qu’est ce que ça vient faire là Mr le Ministre de la justice ? Est-ce que ça signifierait qu’il existe un lien entre le Cannabis récréatif vendu sans taxes et le cannabis médical que vous préparez avec des taxes ? 

Chronique d’une légalisation annoncée, il y faudra encore du temps jusqu’à ce qu’une ‘alternative viable’ ne vienne au chevet d’une prohibition criminogène, qui n’en finit décidément pas, d’agoniser.

 

 

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources : Malta Today /// Lovin Malta /// Times of Malta

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook

A propos jean-pierre 671 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.