Paris 420 Festival : rencontre avec Coline du Norml

Publicité

36 jours 8 heures 18 minutes et 24 secondes, c’est le temps qu’il reste à attendre avant le début du ‘Paris 420 Festival’ organisé par le Norml France. Et tout ce qui marche roule, rampe, vole ou nage doit s’y rendre parce que ça va être une superbe fête du Cannabis. Musique, échanges, ateliers, projections, stands. La première fête à l’air d’avoir tout d’une grande, pour nous en convaincre nous sommes allés poser quelques questions à Coline elle est en charge de l’audiovisuel et de la communication au sein de l’association Norml France, une rencontre roulée par la rédaction pour Le Cannabiste.

* * *

Bonjour Coline, tu fais partie de l’association le Norml France depuis longtemps? De quelle façon y participes-tu ?
Bonjour Le Cannabiste! Je suis arrivée dans la team NORML France en février 2018, il y a un peu plus d’an, j’y ai pris tout de suite quelques responsabilités comme celle de capter en vidéo les événements où nous étions présents. Aujourd’hui j’ai un rôle plus large dans l’association; j’occupe une place dans l’équipe plaidoyer, je suis en charge des relations presse de l’association ainsi que ce qui nous amène ici aujourd’hui, le PARIS 420 FESTIVAL.

 

 

C’est un tout nouveau festival autour du Chanvre et du Cannabis qui se déroule à Paris dans un peu plus d’un mois, le 4/20. C’est inédit en France. Qu’est ce que tu peux nous en dire ?

« Nous sommes partis du constat qu’aujourd’hui face à la fin du tabou international, la France se trouve en mauvaise posture. Nous sommes très en retard sur la question du Cannabis en termes de perception de sa réalité scientifique. En gros, la société française et les décideurs publics n’envisagent le Cannabis que comme une plante nocive.

Nous souhaitons apporter une diversité à ce débat car le chanvre est une plante complexe. Elle ne doit plus être résumée qu’au mot “drogue”. C’est l’objectif de ce festival, apporter l’information et la connaissance de la plante le plus largement possible au public. Nous évoquerons avec des experts multidisciplinaires les questions de régulation, de réduction des risques à l’usage, de l’application médicale des cannabinoïdes et bien d’autres sujets.

* * *

Nous avons souhaité donner, en deux jours, un état des lieux de la question du Cannabis et de ses futurs possibles sur notre territoire. Ce festival, c’est la rencontre d’une demande, celle des citoyens français qui veulent vraiment savoir de quoi cette plante est capable, d’un contexte international, qui pousse la France à bouger sur la question du médical et d’un développement fort et soudain du marché du chanvre bien-être. »

 

La billetterie c’est par ici !

 

Qu’est ce que le public peut espérer trouver sur place, des stands, des activités festivalières?

« Le maître mot du Paris 420 Festival, c’est de passer un bon moment musical, artistique et forcément- politique. L’objectif, c’est que personne ne sorte sans avoir appris quelque chose. Le programme est dense et nous avons prévu de nombreuses activités : d’abord, il y a le concert qui marquera le temps fort de l’événement le samedi soir, il y a les débats qui verront défiler tout au long du week-end un mouvement de plus en plus fort avec des médecins, des juristes, des artistes, des personnalités politiques. Nos partenaires, sans qui rien ne serait possible, auront un espace pour interagir avec le public, présenter leurs produits et déconstruire avec nous le tabou de la prohibition.

Le stand de réduction des risques accueillera à l’extérieur les visiteurs désireux de connaître les modes de consommation les plus sains. Nous avons une programmation artistique qui s’enrichit chaque jour, Je peux vous annoncer la présence des humoristes Adrien Arnoux, Noman Hosni et Jocelyn Lemoisne, de 3 happenings de Live Painting avec les artistes Pierre Poux, Bouda, Ristr, Hstar ainsi que Laura Satana.

Le concert de samedi soir nous promet d’être plein de bonnes ondes avec le flow unique d’Original Tomawok, la vibe indica de Daddy Mory (duo Raggasonic), Kacem Wapalek de la scène rap lyonnaise et Dj Djel qui monte de Marseille pour nous mixer du lourd. Ce sont des artistes engagés qui comprennent et soutiennent l’urgence de la régulation du Cannabis. »

* * *

Y’aura un coin fumeur ?
« Oui ! Une super terrasse de 150m². Par contre, la prohibition continue de s’appliquer en France et le Paris 420 Festival ne déroge pas à cette règle. Nous avons signé une convention très stricte sur ce sujet. » 

La question sandwich d’un lecteur anonyme : « Voilà pour le festival, je viens de loin et comme j’ai souvent faim je prends toujours des ‘sandwich’ avec moi. Je voulais savoir si je peux emmener mes ‘sandwich’ avec moi? Sinon y aura aussi manger ? »
« Pour les ‘munchies’, nous prévoyons un menu complet au chanvre avec des pâtes à la farine de chanvre, des crêpes au chènevis sucrée et salée (la graine de chanvre) et pour arroser le tout une bière ou une limonade de chanvre. Nous apprécions aller au bout des choses comme ce menu l’indique. Tous ces produits sont légaux, mais si vous souhaitez apporter votre sandwich, c’est possible. » 

 

On ne va pas revenir sur les missions de l’association Norml France que l’on trouve en suivant ‘Ce lien’ sur votre site internet. Comptez vous en profiter pour faire s’exprimer ces missions à l’occasion du Festival 420 

« Bien sûr, nous espérons mobiliser au maximum la société civile autour de cet évènement. Il faut bien comprendre que la régulation profitera à tous. Chaque strate de la société sera impactée par cette évolution de la loi. Les cursus universitaires vont évoluer, les pratiques médicales aussi, les entreprises créeront beaucoup d’emplois, le marché noir perdra du terrain, la police arrêtera de courir après les bouts de haschich dans la poche des consommateurs. Nous avons la chance de modeler et de créer un pan entier de notre économie. Sauf si nous tardons trop et que la filière française n’arrive pas à se développer de manière à résister à la concurrence internationale. L’urgence est là aujourd’hui, il faut réguler et sauter le pas pour les malades et pour créer des emplois français. » 

 

* * *

Heureux d’avoir pu faire votre connaissance Coline et puisque vous êtes là on en profite pour vous poser la question rituelle : « si vous deviez partir sur une île déserte et ne pouviez emporter qu’une seule variété de Cannabis, Laquelle? »

« Je suis personnellement une amatrice de sativa, de plus elles sont mieux adaptée à la chaleur et dans ces circonstances je choisirai une grande classique, la Neville’s haze. Sinon sur une île avec un climat plus rude, une variété résistante comme une indica Afghani serait parfaite. Rendez vous au Paris 420 Festival parce qu’il est NORML, en 2019, de vouloir la régulation du Cannabis ! »

 

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

– Interview exclusive réalisée en ligne Mars 2019 –

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 323 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.