Quels sont les psychotropes des tueurs de masse ?

Publicité

Deux terribles drames viennent de se produire en Amérique du Nord ces dernières heures, successivement au Texas et dans l’état d’Ohio. Ce sont 29 personnes qui ont trouvé la mort en tout au cours de tueries de masse perpétrées par arme à feu à El Paso et Dayton. A chaque fois le scénario est celui d’un tireur fou qui s’en prend spontanément à des populations vulnérables et désarmées. L’éléphant dans la pièce c’est bien sur la disponibilité des armes, mais la psychologie des tueurs reste aussi une source de préoccupation collective.

A défaut de débattre sur la disponibilité des armes à feu, Le Cannabiste s’interroge aujourd’hui sur les substances présentent autour de ces gestes insensés: quels sont les psychotropes légaux des tueurs de masse ? Un article de la rédaction.

* * *

En France lorsqu’un conducteur ‘sous l’emprise du Cannabis’ est dépisté, on y met les grands moyens, ça pique, ça couine, ça douille, même si la statistique du nombre, montre au final que ça ne sert à rien. Lorsque cela se produit vous n’êtes pas puni pour ce que vous avez fait, sinon enfreindre la loi, mais pour tout ce que vous pourriez faire éventuellement en raison de l’effet psychotrope du Cannabis …  le principe actif du délit rejoint celui du pré-crime pour aboutir au crime sans victime.

Car il a été acté il y a 47 ans par nos élites bienveillantes que cette fleur modifiait la pensée et la perception des sujets qui la consommaient de manière totalement inacceptable pour nos sociétés. Ce choix n’a pas été guidé par des expériences cliniques objectives, mais par des choix politiques et économiques arbitraires, il est bon de s’en souvenir.

 

Par contre là où des dizaines de crimes sordides et de gestes abominables sont commis quotidiennement sous l’emprise de l’alcool, il ne viendrait pas à l’idée d’en prohiber purement et simplement la vente et la consommation en France.

Idem pour ce qui concerne la consommation de psychotropes chimiques, antidépresseurs, anxiolytiques, barbituriques, pas de dépistage donc pas de problème. Le grand chimi-cirque légal peut continuer.

Vous pouvez conduire une automobile, travailler, élever vos enfants complètement défoncé aux cachetons dans notre beau pays: aux yeux de la loi tant qu’il n’y a pas d’accident, il n’y aura jamais de problème. C’est un fait admis.

#Stigmatisation

Le Cannabis rend plutôt mou, sensible, calme voire apathique, il donne faim. De ce qu’on en sait médicalement aujourd’hui, il a plutôt tendance favoriser la neurogénèse, c’est notamment pour cela qu’on l’emploie désormais, pour lutter contre les effets délétères des maladies d’Alzheimer et Parkinson.

* * *

Alors que l’alcool abruti par une destruction systématique de la matière grise du cerveau, le Cannabis aurait plutôt tendance à donner aux gens d’étranges idées, des idées inattendues. Des idées comme l’émancipation, le droit à la paresse, celui à la jouissance paisible, le droit universel à la paix et à la préservation de la nature. Des trucs contre productifs en somme …

On nous demande souvent sur les réseaux sociaux : « Pourquoi le Cannabis est-il si durement réprimé et interdit en Macronie? »

À la rédaction, on s’est dit que le mieux, pour répondre à cela c’est peut-être de laisser la parole à l’oncle Bob.

 

Selon toutes les statistiques dont nous disposons il n’existe aucune augmentation de la violence ou des crimes après la légalisation du Cannabis aux US ou au Canada, ce serait même plutôt le contraire.

Mais ce que nous savons tous en revanche, c’est qu’il existe de nombreux traitements à base de molécules chimiques parfaitement légales qui modifient profondément le comportement d’individus … fragiles.

#Cachetons

Alors ils carburent à quoi au juste les sous-hommes, les fous, les lâches assassins qui décident de massacrer froidement des innocents?

* * *

À la bibine? Parfois. Au Cannabis? C’est possible. Mais du côté des psychotropes légaux, la liste est longue, la liste est là. Et elle devrait toutes et tous nous faire réfléchir à un certain moment.

 

Voici une liste non exhaustive de tueurs de masse et des substances qu’ils étaient supposés consommer

  • Eric Harris 17 ans tuerie à Columbine au Colorado 13 morts 24 blessés : traitement au Zoloft + Luvox, s’est suicidé
  • Jeff Weise tuerie à Red Lake Minnesota dosage a 60 mg de Prozac par jour, 10 morts 12 blessés, s’est suicidé.
  • Kip Kinkel tuerie à Thurston High School à Springfield Oregon 2 morts 25 blessés, a tenté de se suicider sans en voir le courage. Traitement au Prozac + Ritalin
  • Andrew Golden et Mitchell Johnson 13 et 11 ans tuerie à Craighead County Arkansas : 4 morts 10 blessés. Tous les deux suivaient un traitement poussé au Ritalin
  • Luke Woodham tuerie au lycée de Pearl Mississippi: 3 morts 7 blessés. Il suivait visiblement un traitement au Prozac
  • Michael Carneal âgé de 14 ans tuerie à West Paducah, Kentucky, 3 morts 5 blessés. Il était traité au Ritalin et au Zoloft
  •  Matti Saari a tué 10 personnes à l’université de Seinäjoki en Finlande. Il était sous antidépresseurs et benzodiazépine
  • Steven Kazmierczak tuerie de l’université d’Illinois 6 morts 21 blessés Il suivait un traitement combiné de Xanax, Ambien et Prozac il s’est suicidé
  • Pekka-Eric Auvinen 18 ans a tué 9 personnes et en a blessé 12 autres au lycée de Tuusula en Finlande il était notamment sous anti-dépresseurs
  • Asa Coon tuerie de Success Tech a Cleveland en Ohio, a blessé 5 personnes avant de se donner la mort il suivait un traitement à la Trazodone.

* * *

 Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources : Ammoland/// Murderpedia /// Wikipedia

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 416 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.