Releaf Malta : Grands projets sur une petite île

Publicité

Cannabis Malte ReLeaf

Au milieu de la mer Méditerranée et à quelques kilomètres de la France se trouve une île désireuse de tout peindre en vert. À Malte, la sénatrice Rosianne Cutajar a choisi le 20 avril pour envoyer un message pacifique à la communauté Cannabique maltaise.

Le signe d’un nouvel espoir? Nous sommes allés à la rencontre d’Andrew Bonello, président de l’association Releaf de Malte. De grandes choses sont en cours sur ce petit territoire. 

Le Cannabiste au pays imaginaire où un rêve vert pourrait voir le jour, en mode peter pan.

* * *

Cannabis Malte Releaf
Andrew Bonello et Oliver Scicluna Commissaire pour le handicap a Malte. Credit @releaf FB

#Interview

LC: Bonjour Andrew, pourrais-tu nous présenter l’association ReLeaf et ses actions?

AB: Salut Le Cannabiste. ReLeaf Malta a été fondée en 2017 par un groupe de citoyens maltais qui souhaitent inviter le gouvernement à modifier les lois draconiennes qui criminalisent les personnes qui consomment du Cannabis.

Nous demandons de nouvelles modifications législatives à celles introduites en 2015, ou la dépénalisation de la possession de petites quantités de drogues (3,5 grammes de Cannabis au maximum) qui maintiennent la possibilité de prison au-delà de cette limite.

Sur le même sujet

 

Tout au long de 2017 et 2018, Releaf a activement participé aux discussions et consultations de tables rondes avec les principaux acteurs du domaine politique et de la santé.

Sur la page ReLeaf FB, nous visons également à éduquer les gens et à fournir souvent des études et des informations sur le Cannabis. L’année 2019 a été un cru particulier car ReLeaf Malta a publié la première proposition maltaise pour un marché du Cannabis réglementé et légalisé.

ReLeaf-Presentation-final (2)

 

* * *

 

Pour la première fois, les citoyens maltais ont eu l’idée de ce à quoi ressemblerait un marché réglementé. Nous avons concentré notre proposition sur 8 points clés, tous centrés sur trois principes cardinaux:

  1. Le droit à la santé, à la vie privée et à l’accessibilité pour les personnes qui consomment du Cannabis
  2. L’importance d’assurer l’équité sociale et la radiation du casier judiciaire
  3. Durabilité et protection des ressources locales

Cette année, nous avons de nouveau présenté notre proposition au gouvernement (changement de membres du cabinet en janvier) et nous continuons de suivre attentivement les développements. En avril, nous avons également publié une résolution 4/20, qui appelle le gouvernement à permettre aux citoyens maltais adultes de cultiver un nombre limité de plantes dans l’intimité de leur domicile.

 

* * *

 

Dans les semaines à venir, ReLeaf Malta publiera une deuxième résolution, cette fois en se concentrant sur les personnes toujours emprisonnées pour un crime non violent.

Cannabis Malte ReLeaf
Credit ReLeaf

* * *

LC: Quelle est la situation concernant le Cannabis et son usage thérapeutique à Malte?

AB: L’usage de Cannabis à des fins personnelles est toujours illégal et, bien que les modifications législatives apportées en 2015 aient pu décriminaliser la simple possession de Cannabis (jusqu’à 3,5 grammes), l’état a continué de donner aux policiers le droit de détenir et interroger des accusés. En outre, si la personne est trouvée avec plus que prévu par la loi, cela entraînerait une peine de prison.

Plus récemment, des modifications législatives ont inclus une référence à la question de savoir s’il appartient au juge, à sa discrétion, de déterminer si la personne doit être envoyée en prison ou non.

Récemment, nous avons eu un cas de jeunes femmes arrêtées et terrifiées pour avoir cultivé une plante de Weed et que la police a fini par les déclarer comme 6 plantes. À l’heure actuelle, la loi ne reflète donc pas adéquatement les niveaux de consommation ou de culture et continue d’affecter négativement le bien-être des personnes qui consomment du Cannabis.

* * *

Le Cannabis médicinal a été légalisé en 2017, mais n’a été mis à la disposition des patients qu’à la fin de 2018 et il n’existe actuellement que 4 types différents de souches (Bedrocan et Pedanios). Pendant longtemps, seuls les produits à haute teneur en THC étaient disponibles. En effet, le CBD n’est pas « techniquement » disponible et nécessite une prescription.

Le Cannabis médicinal coûte entre 16 et 18 euros par gramme et le patient doit demander une nouvelle autorisation après un certain temps. Cela nécessite du temps et une quantité considérable de travail administratif. Les patients ne sont pas autorisés à cultiver leurs propres médicaments et ont été une fois menacés par la police que leur permis de conduire leur serait retiré maintenant qu’ils utilisent une substance psychoactive (suite à la plainte de ReLeaf et des médias locaux, rien n’est finalement arrivé).

 

Cannabis Malte ReLeaf

* * *

LC: Quelles sont tes motivations pour te battre pour les droits du Cannabis?

AB: ReLeaf Malta représente principalement la voix et les droits des personnes qui consomment du Cannabis, qui ont été emprisonnées et abusées par un système draconien et injuste au cours des 50 dernières années. Cependant, ReLeaf Malta reconnaît que la consommation de Cannabis ne se produit pas de manière isolée et est en fait un phénomène social.

Par conséquent, tout changement législatif doit refléter non seulement les besoins de la communauté du Cannabis à Malte, mais également garantir à la société les avantages d’un système plus humain et durable.

 »amener les gens à ne pas mélanger le tabac avec le Cannabis

Nous observons que les pays qui adoptent un marché réglementé fondé sur les droits de l’homme, l’équité sociale et la durabilité affectent en fait les niveaux d’utilisation et les méthodes de consommation. Je pense que notre plus grand défi dans une ère post-réglementée serait d’amener les gens à ne pas mélanger le tabac avec le Cannabis.

L’usage du tabac avec du Cannabis est un reflet direct de la façon dont l’interdiction (augmenter le prix du Cannabis lui-même et rendre la substance moins disponible) a eu un impact direct sur les modes de consommation et, en fin de compte, sur la santé.

 

Cannabis Malte ReLeaf
Andrew Bonello, Graziella Calleja avec la députée Julia Farrugia Portelli et le prof John Ellul Credit @releaf FB

 

* * *

 

Le Cannabis médicinal coûte entre 16 et 18 euros par gramme et le patient doit demander une nouvelle autorisation après un certain temps. Cela nécessite du temps et une quantité considérable de travail administratif.

Les patients ne sont pas autorisés à cultiver leurs propres médicaments et ont été une fois menacés par la police que leur permis de conduire leur serait retiré maintenant qu’ils utilisent une substance psychoactive (suite à la plainte de ReLeaf et des médias locaux, rien n’est C’est arrivé).

LC: Les droits sur le Cannabis ont-ils évolué à Malte ces dernières années, dans le bon sens?

AB: Par rapport à ce qui a été dit précédemment, nous pouvons dire oui, nous allons de l’avant. Mais le tabou continue d’entraver un dialogue ouvert. En fait, bien que nous ayons un nombre assez important de followers, les gens ont toujours peur d’exprimer leur soutien public. En fait, la plupart de nos membres ne veulent pas être identifiés par la police ou les médias locaux et étiquetés comme utilisateurs de Cannabis.

A lire sur Le Cannabiste

 

Le message sur 420 de la députée Rosianne Cutajar souligne la stigmatisation contre les personnes qui utilisent du Cannabis et la nécessité de mettre en œuvre des changements législatifs qui respectent les droits et les besoins des personnes qui utilisent des Cannabinoïdes. C’est donc très encourageant.

 

* * *

 

Cependant, certains utilisateurs locaux de Cannabis ont contacté ReLeaf pour exprimer leur inquiétude quant au fait que le principal conseiller gouvernemental en matière de Cannabis soit un ancien policier, qui a passé ses 25 ans de carrière à être directement lié à la persécution et à la poursuite des consommateurs d’herbe. 

 

Cannabis Malte ReLeaf
La Valette Capitale de Malte Credit Pixabay

* * *

LC: Penses-tu que la légalisation du Cannabis aura bientôt lieu à Malte?

Comme souligné ci-dessus, les changements des dernières années donnent une image très encourageante que les lois prohibitives draconiennes du passé feront bientôt place à un système plus humain et durable. Il est maintenant important de reconnaître les différents types de régimes réglementaires et la manière dont ils affectent le droit à la santé, le droit à la vie privée et qu’ils adhèrent aux « Objectifs de développement durable 2030 » des Nations Unies.

 

LC: Si tu devais aller sur une île déserte pendant un certain temps, quelle variété emporterais-tu avec toi?

AB: Certainement celle créé par notre ami commun Marc, Northern Lights Cheese (NLC)

 

Cannabis Malte Releaf
Northern Light Cheese Foto Privata

* * *

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

– François Xavier Mombelli pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook