Rita Bernardini : l’Ex-députée Italienne pro-joint

Publicité

L’invitée du jour sur Le Cannabiste nous vient d’Italie. Il s’agit de cette femme politique pro-cannabis téméraire qui avait été interpellée avec 32 pieds de ganja sur son balcon le mois dernier.

La désormais célèbre, Rita Bernardini est un peu à la politique Italienne ce que Bob Marley serait à la musique Reggae: une égérie. L’ex députée pro-joint : une interview mixée par François Xavier Mombelli et roulée par la rédaction.

* * *

L’Italie, ce beau pays latin, qui jalouse souvent notre efficacité légendaire pour les grèves syndicales, l’Italie n’a pourtant rien à nous envier en matière de lutte contre la prohibition du Cannabis.

L’Italie enfin, c’est là que Rita Bernardini mène un combat acharné depuis plus de quarante ans pour le Cannabis. La weed à Rita, c’est sa bataille pour la préservation des libertés individuelles, comme celle de disposer de son propre corps …. 

Sur le même sujet

Il y a quelques semaines, nous vous racontions ici même comment elle avait été interpellée et aussitôt relâchée pour avoir cultivé pas moins de 32 plants de Cannabis sur sa terrasse.

* * *

Rita c’est une mauvaise graine. Avec son Ami, son compagnon de lutte aujourd’hui disparu Marco Panella, ils ont affronté les autorités de multiples fois lors d’actions de désobéissance civiles dans toute l’Europe. Le Cannabis était souvent l’objet de ses revendications, la prohibition toujours dénoncée.

Alors cette fois-ci, nous sommes allés à sa rencontre, au plein coeur de l’été et elle a accepté de répondre à nos questions. Nous avons l’immense honneur et le privilège d’accueillir Rita Bernardini sur Le Cannabiste.

 

Marco Pannella et Rita Bernardini – Crédits Massimo Lensi @ FB

#Interview

LC : Bonjour Rita, bienvenue sur Le Cannabiste.

Bonjour Le Cannabiste. On peut se tutoyer ?

Je tiens d’abord à préciser que je ne suis plus parlementaire. Je l’ai été de 2008 à 2013. Aujourd’hui j’ai des responsabilités au sein du Parti Radical Transnational Transparti.

La France… Je me souviens d’avoir fait une désobéissance civile en 1985 à Porta Portese en compagnie d’un Français et de l’immanquable Marco Panella. Nous avions distribué gratuitement un demi kilo de Cannabis. Nous hurlions des messages anti-prohibitionnistes et bien sûr nous avions été arrêtés. 

 

 » … je n’ai jamais fait un seul jour de prison

 

LC : Wow, ça démarre sur les chapeaux de roues! Et que se passe t’il ensuite?

En quarante ans, nous avons fait beaucoup d’actions de ce genre. A chaque fois nous organisions des distributions gratuites de Haschich à des patients dans la rue. J’ai été jugé une quarantaine de fois mais je n’ai jamais fait un seul jour de prison à cause de cela.

Nous avons été relaxés à tous nos procès.

 

Rita en action à Milan. Crédits Rita Bernardini

* * *

LC : Que s’est-il passé il y a quelques semaines chez toi. Tu peux nous expliquer un peu ?

Oui un traitement de faveur que je n’ai pas manqué de contester sur le procès verbal. Mais toute cette histoire est rocambolesque et voici comment elle a commencé : par une dénonciation à la police.

Non pas à mon encontre mais à celui d’une de mes voisines du deuxième étage. Elle cultivait 12 plants sur son balcon. Ainsi les carabiniers qui ont procédé à la destruction de sa culture se sont penchés et ont découvert la mienne!

 

 » …le manque d’équité reste dérangeant

 

LC : Cocasse… C’est là qu’ils t’appellent au téléphone?

Oui. Je devais effectivement prendre le train pour Parme, mais j’ai du rentrer chez moi. Les carabiniers ont appelé l’officier de justice en charge qui a ordonné de procéder normalement . Puis un haut fonctionnaire a rappeler dans la demi heure suivante pour annuler cette procédure contre un simple procès verbal de rappel à la loi.

Le point positif de cette histoire est que ma voisine n’a pas été plus inquiétée. Mais le manque d’équité reste dérangeant par rapport au reste de la population.

 

Crédits Rita Bernardini

* * *

LC : Une échappée belle qui n’est pas permise à tout le monde.

Du tout. Il faut savoir qu’en Italie, quand tu es pris par la police en possession de plants de Cannabis, tu es de suite assigné à résidence. Puis jugé et condamné dans les deux jours suivant. Ce qui est surprenant quand tu sais que quand tu te fais prendre avec une quantité modique de Cannabis tu ne risques qu’un rappel à la loi.

A croire que les lois suggèrent aux consommateurs de se fournir sur le marché noir.

 

Image Rita Bernardini @ FB

* * *

LC : On se croirait presque en France. L’absurdité des lois à l’encontre du Cannabis en Italie?.

En effet c’est un contresens assez énorme. Ainsi prouver l’inconstitutionnalité de telles lois n’est pas impossible. En 1993 nous avions réussi à faire abroger une loi jugée finalement sans fondement. Elle concernait le Cannabis et a ainsi permis que le consommateur ne soit pas puni au même titre que le trafiquant.

 

 » … le coût de la répression

 

Mais tout comme en France les lois en vigueur ne lutte pas de manière efficace contre les systèmes mafieux. D’ailleurs pendant trois années consécutives la direction nationale Anti-Mafia s’est exprimée en faveur de la légalisation du Cannabis en Italie.

Avec l’appui de rapports très sérieux elle a démontré l’inefficacité des politiques actuelles en matière de Cannabis mais aussi de drogues en général. Ainsi le coût de la répression est aussi pointé tout comme l’utilisation massive de force de police, qui les empêche de se concentrer sur des délits majeurs. Sans parler de l’augmentation des usagers.

 

Crédits Rita Bernardini

* * *

LC : Penses tu qu’il soit possible de gouverner tout en étant un consommateur de Cannabis ?

Bien sur! Et pourquoi pas? Il faut savoir que le parlement possède plusieurs bars. Et il faut voir les litres d’alcool qui y sont consommés. Pourtant des lois sont votées.

Ainsi pour protester, je me souviens avoir semé quelques graines dans la salle de presse de la chambre des députés. Pour revenir sur l’auto-production, il faut savoir aussi que depuis 2001, la loi autorise le peuple Italien à cultiver sa propre vigne et à produire son propre vin si il n’est pas destiné à la vente.

 

 » … Bubble et Silver Haze

 

LC : Quelle variété cultivais tu sur ta terrasse?

Il y en avait plusieurs. On m’avait donné ces graines de plantes riches en THC qui étaient destinées à des personnes malades. Leur destruction et leur exposition comme des trophées par les carabiniers fut un pincement au cœur.

* * *

L’anecdote au passage, c’est que le carabinier responsable de la destruction était allergique à la weed, ce qui n’a rien gâté. Mais voici la liste exhaustive des génétiques de mes plants disparus :

  • White Widow,
  • OG Kush,
  • Skunk,
  • New York Diesel,
  • Cheese,
  • Critical,
  • Bubble et Silver Haze…

LC : Si tu devais partir sur une île déserte, quelle variété emmènerais tu avec toi?

Je ne sais pas! (rires) Mais je demanderais surement conseil au Cannabiste 😉

Crédits Rita Bernardini

* * *

Tous les Lundis sur Radio Radicale retrouvez l’émission de Roberto Spagnoli contre la prohibition.

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Interview exclusive réalisée en ligne par François Xavier Mombelli le 09/08/2019

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

 

Suivez et partagez :

Facebook Comments