Théorie de l’escalade : l’alcool premier de cordée

Publicité

Selon une étude réalisée par l’université de Floride en 2012, l’alcool serait la principale porte d’entrée vers la consommation de toutes les autres drogues, y compris le tabac. Un principe qui met à mal la théorie de l’escalade liée quasi exclusivement au Cannabis dans l’imaginaire des Français. 

Le Cannabiste en quête d’informations liquides, psychotropes et exclusives. Tout de suite on pose le joint et on fait le point.

 * * *

Affiche prohibitionniste Reefer Madness USA 1936 Crédits Facebook

#Retour vers le Futur

Théorie de l’escalade, drogue passerelle, hypothèse de l’initiation… Le Cannabis a souvent été associé avec ces expressions dans la presse nationale et internationale. Dans la rhétorique prohibitionniste la consommation de drogues dures est directement la conséquence du Cannabis. ‘Et Pi sétou !.’

* * *

Mais en fouillant un peu, on est tombé sur une série d’études, pas vraiment toutes jeunes Kandel, 1975 , Kandel et Faust, 1975 , Kandel et al., 1992 . Réalisées auprès d’adolescents elles démontrent l’existence d’une séquence significative et clairement définie de consommation de drogue commençant avec des substances licites (alcool, cigarette). Avec une progression vers les drogues dures (cocaïne, méthamphétamine et héroïne) à l’âge adulte.

Ainsi l’alcool, cette drogue psychotrope liquide et licite qui est en vente partout, est déjà pointé du doigt depuis 1975. Malgré cela l’alcool est si bien implanté dans notre société, qu’il y provoque des centaines de morts par jour en France sans être remis en question par l’opinion publique. Ou au moins pas autant que le Cannabis.

Publicité pour de l’alcool sur le chemin de l’école. France 2019 Crédits  @GuylaineBenech @Twitter

En 2003 c’est le Rapport du Comité spécial du Sénat sur les drogues illicites au Canada qui conclut :

 » Dans l’ensemble, l’hypothèse de l’initiation n’a pas été prouvée. En particulier, il n’existe aucune donnée probante concluante que la consommation de Cannabis entraîne de manière causale la consommation d’autres substances.

De plus, s’il est vrai que la consommation de drogues telles que l’héroïne ou la cocaïne passe presque obligatoirement par la consommation préalable de Cannabis, elle passe aussi par la consommation d’autres substances, notamment la nicotine et l’alcool. Ils seraient davantage les portes d’entrée d’une trajectoire d’usager que le Cannabis. « 

Et d’ajouter :

Nous sommes d’avis que les données disponibles démontrent que ce n’est pas le Cannabis en soi qui mène vers la consommation d’autres drogues mais la combinaison des facteurs suivants :

  • des facteurs reliés à l’histoire personnelle et familiale qui prédisposent à une entrée précoce sur une trajectoire de consommation de substances psychoactives, en commençant par l’alcool ;
  • une initiation précoce au Cannabis. Plus précoce que la moyenne des expérimentateurs, et une adoption plus précoce d’une habitude de consommation régulière ;
  • la fréquentation d’un milieu marginal ou déviant ;
  • la disponibilité des diverses substances chez les mêmes revendeurs (marché noir).

Comme c’est souligné pour ce dernier point il est clair que la vente du Cannabis par le biais du marché noir entraîne le consommateur vers un fournisseur de drogues dures. Ce facteur, absolument déterminant, est à prendre en compte dans les chiffres mis en évidence dans de nombreux rapports d’étude.

 * * *

Proportion des personnes de 15 ans et plus ayant consommé de l’alcool ou du Cannabis au cours de la dernière année. Credits Rapport du Comité spécial du Sénat sur les drogues illicites. Canada. 2003

 * * *

#Miami Vice

En 2012 c’est à l’université de Floride qu’on a démontré que l’alcool serait bien plus efficace que cette bonne vieille Weed pour nous porter vers d’autres drogues. Une étude a analysé les données recueillies auprès de 14 577 élèves du secondaire dans 120 écoles publiques et privées des États-Unis.

En comparant les taux d’abus de substances, des chercheurs ont découvert que les élèves qui avaient consommé de l’alcool au moins une fois dans leur vie étaient 13 fois plus susceptibles de fumer des cigarettes, 16 fois plus susceptibles de consommer du Cannabis et d’autres stupéfiants et 13 fois plus susceptibles de consommer de la cocaïne.

Il y est souligné ceci :

 » L’alcool devrait être la priorité absolue en matière de prévention de l’abus de substances en milieu scolaire. C’est la drogue la plus largement disponible et socialement acceptable. Mais aussi responsable de milliers de décès et d’innombrables blessures chaque année. Malgré le fait que cela crée une dépendance et un danger, les gens continuent à normaliser leur consommation d’alcool d’une manière qui ne serait jamais tolérée avec d’autres drogues. « 

* * *

Crédits Le Cannabiste

* * *

Ainsi il y est démontré que le Cannabis n’est pas le plus courant et est rarement la première drogue utilisée. Le tabagisme chez les mineurs et la consommation d’alcool précèdent généralement la consommation de Cannabis. L’alcool est également l’une des substances les plus difficiles à oublier, en raison de la disponibilité permanente du produit.

L’usage du Cannabis est devenu assez populaire. On estime à 182 millions le nombre de ses utilisateurs en 2017 dans le monde. Mais ce n’est pas la drogue la plus répandue. Il se classe souvent au troisième rang derrière l’alcool et le tabac.

«Ces résultats renforcent la crédibilité que l’alcool est la drogue qui ouvre la voie à la consommation d’autres substances» Adam Barry, professeur adjoint et chercheur à la College of Health and Human Performance .

* * *

#From Paris with Love

 

En France on ne peut pas dire que cette réalité ait été comprise. Chez nous le ricard prime sur le pétard, c’est évident. D’ailleurs le gouvernement vient de créer l’Ofast. Comprenez « Office anti-stupéfiants ». Et bien sur le c’est toujours le Cannabis qui reste dans le collimateur, avec au menu une délation systématique et généralisée. Ambiance disco.

Pour lutter contre les crimes liés au trafic, face à cette gabegie de moyens collectifs,seul en 2015 le journal Libération s’était risqué à diffuser l’information à grande échelle.

 

 

Par le biais d’une étude réalisée par treatment4addiction, un courageux journaliste mets en évidence les chiffres annoncés. Ainsi, 65% des consommateurs de Cannabis ont essayé l’alcool comme première drogue.

Mais aussi 88% des usagers d’alcool n’ont jamais pris d’autres substances par le passé. Par contre de ceux là, au moins 50% feront usage d’autres drogues.

D’autre part 40 % des personnes ayant testé la Weed ne se tourneront pas vers d’autres substances ensuite. On peut noter que le tabac est malheureusement absent de la liste. Un graphique interactif y est proposé avec les différents liens entre les produits : 

Image fixe. Cliquez dessus pour accéder au tableau. Crédits Libération.

 

#Inception

A l’instar de cette idée reçue que seul le Cannabis serait une passerelle naturelle vers les autres drogues, une étude récente de l’ université de Harvard a prouvé qu’il pouvait enrayer le processus. Ainsi dans tous les états Américains où le Cannabis thérapeutique a été légalisé, le nombre de prescriptions d’opioïdes a chuté. Ainsi que le nombre de morts par overdose. 

D’autre part, des chercheurs ont découvert que le Cannabis pourrait même aider à prévenir les dommages cellulaires dus à une consommation excessive d’alcool. Une étude menée sur des rats a montré que le Cannabidiol, pouvait constituer un remède efficace dans le traitement de la neurodégénérescence induite par l’alcool.

 


* * *

Sources : UNIVERSITY of FLORIDA News, Sciencedirect.com, Treatment4addiction

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

– François Xavier Mombelli pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments