Allan Barte : Le Crayon est dans la place

Publicité

Allan Barte est dessinateur professionnel, aujourd’hui ses fans se comptent par milliers et les partages de ses dessins par centaines sur les réseaux sociaux. Avec un trait sobre et reconnaissable entre tous, Allan impose une nouvelle école de style à la satire politique. Un trait doux pour des idées parfois hardcore. Quelles que soient vos opinions ou vos hobbies, Allan ne vous connaît pas encore, mais il vous aime déjà. Le fond, la forme et le crayon dans l’oeil : Allan Barte est sur le Cannabiste.

* * *

Tout bon canard qui se respecte a son illustrateur, son caricaturiste, c’est comme cela depuis la nuit des temps : Tant qu’il y aura des crayons, il y aura des plumes. Et puis le dessin comme le langage, appartiennent à tout le monde et se marient tellement bien ensemble qu’on aurait tort de les séparer.

C’est qu’on en croise des dessins sur la toile aujourd’hui, de toutes les tailles et de toutes les formes. Des bons, des compliqués, des spectaculaires, des épiques, des bien trouvés… Mais pour avoir la chance d’illustrer sur ‘Le Cannabiste’ il fallait être un peu tout ça à la fois. Alors inutile de le dire: lorsqu’on est tombé dessus, on a tout de suite adoré le trait unique d’Allan Barte et son style décapant voici l’interview du crayon.

 

#Interview

LC:  Le dessin professionnel ça fait longtemps? dessiner ça veut dire quoi pour toi ?

Le dessin est devenu mon métier en 2005, lorsque j’ai été contacté pour faire éditer le blog BD que j’avais ouvert 5 jours plus tôt. Depuis, je suis donc auteur de bande dessinée. Cela me permet de gagner un peu ma vie en racontant des histoires et en faisant des dessins. C’est sur que c’est du boulot, mais c’est un peu foufou quand on y pense. Ça m’offre aussi l’opportunité d’organiser mon travail comme je le veux, quand je le veux; de travailler chez moi, sans être sous l’autorité hiérarchique de quiconque. C’est un travail très précaire et compliqué financièrement, mais qui m’offre une grande liberté.

 

LC: tu dessines souvent Macron, ? c’est parce que c’est le patron ou bien parce que cet homme là t’inspire aujourd’hui ?
J’ai commencé à dessiner l’actu sur les réseaux sociaux « sous » Hollande et c’était alors le personnage principal de mes dessins. Mais avant, au moment de l’élection de Sarkozy, je faisais des strips en 4 cases avec lui, dont les thèmes étaient rythmés par l’actu. 
Si mes dessins peuvent traiter de tout, notamment des aléas de la vie politique française en général, je me focalise principalement sur ceux qui ont le pouvoir. Parce que leur actions et leurs errances ont des conséquences directes sur la vie des gens. 
Après, si c’est désespérant en tant que citoyen, en tant que dessinateur, c’est intéressant d’avoir un président archétypal et si « cliché » comme Macron, ultra-libéral, méprisant et égocentrique, qui multiplie provocations, insultes et erreurs de communication.

 

LC: Un sacheur chassant sacher…. vous n’aimez pas les chasseurs vous monsieur?
Certains de mes proches le sont, alors je ne dirais pas les choses comme ça. Une chose est sûre, c’est que je n’aime pas la chasse. C’est un passe-temps qui me dépasse et les interactions que j’ai eu avec des chasseurs en forêt ne m’ont jamais rassurées. Les gens qui se baladent avec des armes, qu’ils soient chasseurs ou pas, ont me semble-t-il, une fâcheuse tendance à s’autoriser des choses qu’ils ne feraient pas en temps normal.

 

Mais au-delà de mes propres affinités et penchants, c’est une activité dangereuse qui devrait-être beaucoup plus encadrée légalement. Je pense que pour éviter les accidents, il faudrait contrôler l’état de santé des chasseurs, exclure la chasse des forêts domaniales, l’interdire le week-end, en terminer avec le droit de suite… Bref, garantir la sécurité de ceux qui ne chassent pas. Ça apaiserait certainement les choses.
LC: Vous avez pourtant l’air bien sous tous rapports. Qu’est ce qui peut pousser un homme normalement constitué à illustrer sur le journal Le Cannabiste ?
Tout d’abord, le rédacteur du site est très sympathique ! Ensuite, en ce qui concerne le cannabis, je ne suis pas consommateur. A maintenant quarante ans, il a dû m’arriver deux-trois fois de tirer sur un joint, mais c’est tout. Je préfère largement partager une boîte de bonbons avec des copains. Sur sa légalisation, je n’ai pas un avis très tranché que je défendrais becs et ongles.

Mais intuitivement, il me semble que cela permettrait de fragiliser les réseaux illégaux qui vendent par ailleurs toute sorte de produits plus dangereux, mais aussi de mieux protéger les consommateurs qui de toutes façons existent et sont très nombreux. En tous cas, je suis  pour Que l’on ouvre ce débat.

 

 

 

Pour participer au prochain album d’Allan Barte rendez-vous sur Ulule

Allan Barte sur Facebook

 

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Interview réalisée le 22 Novembre 2018 – Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 206 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.