Canada: La légalisation a 4 ans aujourd’hui !

Publicité

Sweetseeds-GreenFriday-LeCannabiste
Image Denis Tuksar @ unsplash (modifiée)

Le Canada célèbre aujourd’hui l’anniversaire de sa légalisation contrôlée du Cannabis à usage adulte. C’est un marché dont la valeur à plus que doublé ces deux dernières années et qui représentera au bas mot un chiffre d’affaire de 7 Milliards à l’orée 2026, selon le très sérieux institut de prévisions Statista.

Alors qu’on estime à 68% la part de consommateurs qui ont désormais recours au marché légal. Au Canada, la légalisation du Cannabis a 4 ans aujourd’hui. Un joyeux anniversaire à toutes les têtes de beuh de la planète.

 

* * *

Sur les réseaux sociaux, Twitter en particulier, les militants prohibitionnistes (sisi il y en a!), mènent une guerre sans merci contre ceux qu’ils appellent : ‘les camés’. Première remarque, le vin est une drogue dure et vu l’éthylisme avancé qu’on devine chez les sujets en question, le débat sur Twitter, ce serait un peu : drogués contre drogués. Du coup ça s’annule un peu, c’est bête.

Madehellin-Franchise-LeCannabiste

 

 

Alors plutôt que d’épiloguer entre drogués, autant regarder de plus près ce qui a marché ou moins bien marché, chez ceux qui l’ont fait, pour de bon la légalisation. Depuis quatre ans tout rond aujourd’hui, le Cannabis est légal au Canada. Et il faut bien reconnaître que ça ne va pas trop mal pour l’instant.

Avec officiellement 25% de la population totale du Canada, qui a goûté au Cannabis au moins une fois dans l’année ; les côtés des routes ne sont pas jonchés d’épaves de voitures et les hôpitaux psychiatriques n’ont toujours pas débordé …

Et si on nous avait menti toutes ces années?

 

#Money

L’industrie du Cannabis distribue des dividendes à ses actionnaires comme prévu. Mais globalement ne gagne pas tant d’argent qu’elle le souhaiterait. Cela entraîne une politique de réajustement des coûts, principalement sur la main d’œuvre.

Et ça ne va pas sans un peu de casse sociale au passage, histoire de ménager les actionnaires. Un exemple à la Société Québécoise Du Cannabis.

 

« Le salaire est en effet le principal point en litige maintenant. Les travailleurs gagnent 17,12 $ l’heure à l’embauche. » La Presse

 

 

Si on observe une certaine disproportion entre les objectifs affichés et les bénéfices obtenus. C’est que le marché du Cannabis peine à trouver une stabilité entre l’offre et la demande. En cause deux inconnues : l’évolution attendue de la légalisation fédérale aux USA et l’expansion des multinationales par à-coups vers des pays où la régulation tarde parfois à se produire.

 

« Malgré une certaine fluctuation d’un mois à l’autre, le marché légal de la vente au détail de cannabis continue de croître, passant de 148 millions de dollars en décembre 2019 à près de 355 millions de dollars en décembre 2021. Les ventes au détail ont presque doublé en Ontario entre 2019 et 2021, ce qui coïncide avec l’élimination du nombre maximum de permis accordés aux magasins. » CCDUS

 

À en croire les velléités d’expansion vers l’étranger de la plupart des multinationales canadiennes du Cannabis, on s’aperçoit que finalement le marché local n’était qu’un objectif secondaire. Voici en attendant, la liste du nombre de points de vente par province et la proportion de boutiques par nombre d’habitants.

 

ccdus2
Capture d’écran site du CCDUS – DR

 

#Santé

« Selon l’Enquête canadienne sur le cannabis (ECC) de 2021, le pourcentage de jeunes âgés de 16 à 19 ans ayant consommé du cannabis dans la dernière année a considérablement diminué, passantde 44 % en 2020 à 37 % en 2021 » CCDUS

Premier constat du Centre Canadien sur les Dépendances et l’Usage de Substances : les jeunes en consomment moins qu’avant. Voici quelques points que ce même organisme observe sur la période 2021

Si le cannabis sous la forme de fleurs séchée, domine toujours les ventes totales, on constate une augmentation de la demande pour d’autres types de produits, comme le cannabis comestible et les extraits concentrés, de type haschisch, huiles et résines.

• Les ventes au détail légales continuent de représenter une part croissante du marché. Les clients se tournent de plus en plus vers des sources de cannabis légales, ce qui diminue la part du marché illicite.

• Les fausses accusations et les incidents liés au cannabis ont considérablement diminué depuis la légalisation.

• Une surveillance continue est nécessaire pour mieux comprendre les répercussions de l’expansion du marché et des habitudes de consommation émergentes sur la santé publique, comme l’usage problématique ou les visites à l’urgence

« On constate des tendances similaires chez les 20 à 24 ans, dont le taux d’usage est passé de 52 % en 2020 à 49 % en 2021, une importante diminution. Toutefois, des indications portent à croire a priori qu’un plus grand pourcentage de jeunes ayant consommé du cannabis ont changé leurs habitudes de consommation durant la pandémie. » CCDUS

En revanche, il faut noter une augmentation du nombre  aux urgences pour toutes les tranches d’âges, mais il faut modérer ce phénomène par 2 bémols majeurs : premièrement l’effet pandémie / confinement et disponibilité du Cannabis. Deuxièmement les données qui précisent cette tendance ont été collectées juste après l’introduction légale du Cannabis fort à manger. Autrement dit juste après la mise sur le marché des comestibles infusés.

C’est donc une information à prendre avec des pincettes, une observation sur le long terme s’imposera sans doute.

 

ccdus1
Capture d’écran site du CCDUS – DR

 

Pour clore le chapitre santé, sur la question de la santé mentale, on se refuse pour le moment à en conclure quoi que ce soit attendu que :

  • les hospitalisations pour des psychoses liées au cannabis étaient en hausse avant la légalisation
  • Il est peut-être trop tôt pour constater les effets de la légalisation du cannabis sur la santé mentale en général

 

#Usage

L’Enquête canadienne sur le cannabis de 2021 de Statistique Canada a révélé que 29 % des hommes ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours des 12 mois précédents, contre 31 % l’année précédente. À priori une part de femmes autour des 22% contre 23% d’hommes dans l’enquête de 2020.

 

* * *

Fait intéressant, la consommation des 16-19 ans a chuté de près de 20 % entre 2020 et 2021 (de 44 à 37 %).

Pour ce qui est de la conduite automobile sous influence, dans l’ensemble, la conduite auto déclarée après usage de cannabis est restée la même à la suite de la légalisation et durant la pandémie. 

 

« Une personne sur cinq ayant consommé du cannabis dans les 12 derniers mois a rapporté avoir conduit deux heures après avoir fumé ou vapoté du cannabis, un chiffre semblable à celui de 2020 (22 %), mais beaucoup moins élevé que celui de 2019 (26 %). CCDUS

Effectivement, on observe un accroissement manifeste du nombre de procédures pour conduite sous influence, jusqu’à +300% localement, parfois du double. Mais l’ensemble de ces données reste encore à analyser et à vérifier. Enfin la taille et l’efficacité du travail policier à changé entre temps, il est donc très difficile de se faire une idée précise.

 

« La comparaison des accusations pour conduite avec facultés affaiblies avant et après la légalisation montre une augmentation de 369 % de 2015 à 2019.

Comme ces données comprennent toutes les drogues, pas seulement le cannabis, d’autres recherches seront nécessaires pour les séparer. (…) . Le nombre de policiers formés en reconnaissance de drogues a aussi augmenté lors de cette période, accroissant par le fait même la capacité à porter des accusations. » CCDUS

 

 

* * *

#La boulette du patron

Un chiffre d’affaire de 7 Milliards de Dollars en 2026 ? Marrant ça, c’est exactement le montant estimé en Euros par nos soins, des dépenses françaises pour lutter contre le Cannabis.

  • France – 7 milliards
  • Canada + 7 milliards

S’il ne fallait retenir qu’un chiffre ce serait celui là. Que ce soit en Dollars ou en Euros de la paix sociale, le retour dans le girond de la loi de millions de personnes, l’arrêt de la chasse aux sorcières ça n’a pas de prix.

 

 

Ce qu’il faut enfin savoir de cette légalisation Canadienne : c’est que personne dans les médias, dans la politique dans les associations … Non personne, n’envisage sérieusement de retour en arrière vers la prohibition de l’herbe.

Vive le progrès, vive la démocratie, vive le Canada libre et Joyeux Anniversaire la légalisation!

 

* * *

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources : RTBF / Toronto Sun / La Presse / 

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés – CCDUS

A propos Jean-Pierre 1127 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.