Cannabis Médical avec Nicola Dickens: Free my Cure, un combat pour la vie

Publicité

Le Cannabiste vous emmène en Arizona pour un épisode assez spécial dans la série ‘Visages militants’. Nicola est désormais catégorisée en phase terminale par ses médecins. On lui a diagnostiqué 4 cancers simultanés, au niveau digestif et obstétrique. On la dit condamnée depuis 2014 à plus ou moins brève échéance. Chimiothérapie, rayons, opiacés, la maladie mais surtout les effets indésirables des traitements classiques, lui avaient pris sa vie et ses enfants. Elle raconte comment le Cannabis les lui a rendu. C’est un récit poignant qui s’écrit avec elle au présent, car Nicola vient à nouveau d’être hospitalisée dans un état grave. Voici son l’histoire.

 

* * *

#Robin Williams          

« Il faut toujours donner en retour, peu importe que vous soyez quelqu’un d’important. Une des choses les plus belles à contempler, c’est la première étincelle dans le regard de quelqu’un qui reprend espoir. C’est addictif, magnifique, et très séduisant. » Robin Williams

 

Je devais avoir 10 ans lorsque je l’ai rencontré au studio. Ma mère animait une émission de Radio du temps où il jouait dans le feuilleton ‘Mork and Mindy’. J’étais assise dans un coin du studio, il est venu s’asseoir tout à côté de moi. Puis au bout d’un moment, il a murmuré :

« Tu as ça en toi, inutile de l’ignorer lorsque ça frappe à la porte, car de toute façons, ça continuera quand même de frapper ».

 

Ces dernières années, j’ai été diagnostiquée avec 4 cancers, colique ulcéreuse, déchaussement des dents, cystite chronique, troubles alimentaires sévères, dépression chronique et syndrome de choc post traumatique des suites d’une enfance difficile. J’ai survécu à une addiction sévère aux opiacés ainsi qu’à deux divorces. Mais le plus dur dans tout ça, à été de me tirer de l’addiction aux médicaments.  J’étais déjà très malade, mais j’étais aussi devenue une junkie que tout le monde avait fini par laisser tomber, jusqu’à mes propres enfants. Mon leitmotiv : ne jamais rien lâcher, jamais.

#FreeMyCure sur Youtube

#Stephen King

Au début des années 80, grâce à l’émission de Radio de ma mère nous avions la chance de côtoyer le cinéaste Stephen King aussi. Au début je ne comprenais pas bien, mais j’ai fini par m’attacher à sa logique bien particulière…

 

Photo Nadine Doerle @Pixabay

Stephen était connu pour avoir une imagination débordante, il avait des obsessions parfois étranges, comme avec les clowns vous savez?  À cette époque là, Stephen avait vraiment très peur des gargouilles, alors pour vaincre son angoisse, il en avait installé un peu partout chez lui. C’est un peu comme cela que j’ai choisi d’affronter mes propres peu: en face. C’est un chemin difficile et ça ne marche pas à tous les coups. Mais je dois à Stephen de m’avoir appris à vivre ma vie sans jamais me voiler la face sur ce qui m’effraie.

 

#Révélation

C’est mon fils âgé de 16 ans qui m’a fait découvrir le Cannabis. Il avait très peur de perdre sa maman à cause du cancer. Ma santé se dégradait rapidement aussi à cause des effets médicamenteux. Je passais mes journées à dormir, le reste du temps j’étais à la salle de bain avec des douleurs et des nausées à n’en plus finir.

Les douleurs étaient telles que je chargeais dangereusement la dose d’antalgiques puissants pour tenir le coup. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire j’étais aussi devenue dépendantes à ces cachets.

 

Nicola Dickens avec ses chiens

Et un jour en 2013 mon fils m’a donné une confiserie infusée au Cannabis et ce jour là j’ai eu comme une révélation.

Il m’aura fallu 2 bonnes heures pour que l’effet du Cannabis ne se fasse sentir. Je me suis assise sur le bord du lit et j’ai passé en revue tous mes problèmes. C’était un peu comme si quelqu’un venait d’allumer la lumière dans une salle obscure. Tous ces médicaments avaient fini par me brouiller l’esprit et petit à petite j’avais perdu contact avec la réalité.

Le Cannabis venait de me redonner le goût de vivre. J’étais absolument terrifiée à l’idée des épreuves qui m’attendaient, mais je savais que je devais essayer d’y survivre. Ce jour là j’ai trouvé la force de me battre pour mes enfants grâce au Cannabis.

 

#Winter

L’hiver 2014 a été très dur pour moi, je suivais une trithérapie qui était indispensable, et j’avais été hospitalisée pour une pneumonie, dans mon état c’était une situation très critique. Dans le même temps mes troubles alimentaires avaient pris des proportions assez étendues et j’avais perdu tellement de poids que le personnel soignant s’était retrouvé au pied du mur avec moi …

Pour couronner le tout j’étais désormais aux prises avec une sévère addiction aux opiacés. Mon fils n’en pouvait plus de me voir me détruire, nous nous sommes fâchés et il a quitté la maison. De mon côté je me suis retrouvée internée dans une unité de soins intensifs. A ce moment-là je me souviens m’être dit que c’était la fin pour moi. En réalité c’était le début d’un combat que je mène toujours par amour pour les miens.

 

#Cancer

le Cannabis est légal en Arizona depuis 2010, mais moi je n’en savais strictement rien. Malgré l’expérience que j’avais vécu avec la confiserie que mon fils m’avait donné, je me considérais comme une cancéreuse, fragile. J’étais inquiète de tout ce qui pouvait représenter un danger pour la santé en général.

Et puis il y avait aussi la guerre à la drogue dont parlent tous les médias. Il faut savoir que l’Arizona ça n’est pas la Californie, pour tous ceux qui travaillent dans le médical, le Cannabis est resté tabou. Bref jusqu’à environ 3 ans en arrière, je n’ai vraiment pas fait grand chose pour le Cannabis. Puis une nuit de 2015 j’ai fait un rêve.

 

Illustration : Seringue D’huile de Cannabis médical – RSO

 

#I had a dream

J’avoue que ce n’était pas plus original que cela, rien de vraiment précis ne reste dans ma mémoire. Mais dans ce rêve, soudain j’étais soulagée par le Cannabis, au milieu de tant de souffrance et de confusion, soudain, je me sentais bien de nouveau. Ça m’a réveillée au beau milieu de la nuit. Je me suis demandé si ça n’était que moi qui ressentait ce genre de choses avec le Cannabis. Alors je suis allée sur internet. J’ai découvert Leafly, Weedmaps, Youtube et toutes les sources d’information médicales que vous pouvez imaginer au sujet du Cannabis. C’est à partir de ce moment-là que ma vie à vraiment commencé à changer.

Le point d’entrée essentiel pour moi c’était surtout que le Cannabis n’avait jamais été mis en cause dans le moindre décès. Il y avait des rumeurs de décès suspect mais rien qui ne tienne la route. Alors que chaque jour des centaines de gens meurent d’overdose aux opiacés.

Quelle genre de drogue est-ce là ? Une drogue qui soigne et qui ne tue pas? Je me suis demandé pourquoi notre société mentait là dessus. Mais devant les témoignages et les informations dont j’avais pris connaissance sur internet, je me suis décidée à me soigner avec du Cannabis médical.

#Transformée

Mon état de santé s’est très rapidement amélioré. Première chose, l’arrêt des opiacés. Puis mon état général s’est transformé, j’ai retrouvé l’appétit, le goût de rire et de plaisanter avec ceux que j’aime. Jour après jour, le Cannabis m’a permis de me réapproprier ma vie. Depuis que j’ai démarré un traitement à base principalement d’huile de Rick Simpson la ‘RSO’ j’ai progressivement diminué puis arrêté les traitements et mon état de santé s’est transformé.

Je dors bien, je mange bien, je paye mes factures, je garde ma maison propre. J’ai même réussi à me réconcilier avec mes enfants qui m’avaient délaissée lorsque j’étais devenue dépendantes aux opiacés.

 

#Ambassadrice

Comme je n’ai désormais plus la force de travailler, j’ai décidé de donner la plupart du temps qu’il me reste à vivre, à soutenir la cause du Cannabis médical en Arizona.

J’interviens désormais directement auprès des malades dans certains dispensaires, avec lesquels je me suis liée. J’ai également pas mal d’activités en ligne sur mon blog et à présent ma chaine Youtube. Aujourd’hui je collabore avec toutes celles et ceux qui sont intéressés au sujet du Cannabis médical. J’écris aussi un livre et j’interview beaucoup par le biais de mon site.

#Le site de Nicola Dickens : Free My Cure

Nous partageons le plaisir de la cuisine avec au Cannabis, le goût des plaisirs spirituels et de la détente physique avec le Cannabis. Mais aussi et surtout, la joie de retrouver un immense bien être pour ceux chez qui se soigner avec du Cannabis est une nécessité.

 

 

#Docteur Simpson

Il existe de nombreux dispensaires en Arizona, mais il vaut mieux se renseigner auprès des patients pour connaître les bons. La qualité des produits aux US c’est parfois un réel problème. Il vaut mieux savoir d’où vient le Cannabis et comment il a été produit pour ne pas risquer de s’empoisonner lorsqu’on est malade.En ce qui me concerne le produit qui a fait toute la différence c’est l’huil de Rick Simpson le fameux RSO. Un extrait très concentré obtenu généralement à base de fleurs brutes et d’alcool.

J’ai une routine quotidienne que je suis à la lettre, tout est planifié heure après heure, souvent à la minute près. Je m’administre le RSO par doses de 4 grammes que j’avale avec des aliments chaque jour. J’utilise également des crèmes aux cannabinoïdes pour application cutanée. Je vapote également à partir de fleurs et d’extrait concentré, puis je m’accorde quelques cigarettes d’herbe par jour, ça dépend de mes activités. 

Je mange également pas mal d’herbe crue en salade par exemple. Je sais parfaitement que les propriétés médicales de l’herbe crue ne sont pas très importantes, mais sur moi ça marche aussi très bien pour lutter contre l’inflammation intestinale chronique et les ulcères.

#Bilan

Je suis en phase terminale, je sais très bien que pour moi c’est très compliqué. Récemment je me suis rendue chez l’oncologue que l’état m’a assigné pour finir mon parcours.

Mon nouveau médecin était scandalisé que je suive pas intensément la chimio et les rayons. J’ai répondu qu’aucun des deux ne marchait sur moi et il m’a demandé si je voulais mourir. Mais qu’est ce qu’elle signifiait cette question?  Que ma vie ça devait être rester couchée dans un lit pendant que ma famille me regarde mourir ?

L’huile de Rick Simpson m’a rendu ma vie et aide davantage à la réduction des cellules cancéreuses que chimio et rayons combinés. La différence c’est que je reste présente pour profiter de ma famille jusqu’au bout, et que j’aurais peut-être le temps de terminer mon livre pour raconter tout cela.

#Weeds

Je consomme personnellement beaucoup d’hybrides à dominance Indica. Ici nous avons une variété qui se nomme la Paris OG, il y a aussi de la Girl Scout Cookies et une variété qui s’appelle la Platinum Flagship dans mon dispensaire. À mon niveau je privilégie surtout la lutte contre la douleur et la relaxation musculaire. Donc j’utilise surtout des Indica pour préparer mon huile RSO à la maison.

 

Crédits – Nicola Dickens Free My Cure – All rights reserved

* * *

#Le mot du Cannabiste :

L’histoire de Nicola, ce n’est pas le récit d’une rémission miraculeuse analyses à l’appui pour faire hurler tout au scandale dans les chaumières. C’est juste l’histoire banale et quotidienne de tous ceux qui savent que la maladie va finir par les emporter mais qui luttent de toutes leurs forces jusqu’au bout. La question parfois, c’est de quelle vie on parle jusqu’à ce que se produise l’inéluctable. La question de savoir celle ou celui que nous resterons dans les yeux de ceux qui nous aiment après notre départ. Nicola a choisi de rester une femme forte, fière et libre avec l’aide du Cannabis. Peu importe ce que les autres en pensent, c’est comme cela qu’elle à choisi de vivre et d’aider.

Au moment où nous lui avons parlé pour cette interview, Nicola se portait bien et nous a répondu depuis chez elle en Arizona. Mais il y a quelques jours à peine, elle a dû de nouveau être hospitalisée dans un état qu’elle dit préoccupant. Nous souhaitons lui témoigner nos meilleurs voeux de rétablissement et lui dire combien dans notre regard, elle reste exemplaire et courageuse dans l’épreuve. Une grosse bise Cannabique à toi Nicola et un prompt rétablissement <3.

 

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

 

— Interview réalisée en Septembre 2018 — Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 185 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.