Conférence du Collectif 420 en Aveyron : Pari gagné

Publicité

Le week-end du 11 Novembre l’association Collectif 420 hébergeait son premier rassemblement. Ce collectif avait tenté le pari risqué d’organiser une rencontre interprofessionnelle du Cannabis aux confins de l’Aveyron dans un immense gîte rural. Ce qui au départ apparaissait comme une proposition inattendue s’est soldé par une réussite. Pari gagné, au final la conférence promise s’est bien tenue pour une centaine d’acteurs venus de tous les secteurs du Cannabis légal. Un premier défi remporté par C420 grâce à la présence d’invités majeurs pour cette réunion: Le professeur Yann Bisiou, Me Ingrid Metton, Francis Caballero et Nicolas Hachet. Le public était au rendez-vous, Le Cannabiste aussi: le rédacteur raconte.

* * *

#30 ans

Ça commence par un épais brouillard. Le genre de brouillard qui vous oblige à ne pas dépasser les 25 Km/H sur la route et même à 25, ça fait beaucoup. J’avais rejoins Safia Lebdi dans un genre de grande bâtisse provençale, un Mas à la Périphérie proche de Montpellier. Nous marchons le long de quelques logements juxtaposés, ça sent bon la soupe.

 

Safia Lebdi du Legalize à Montpellier

 

Safia me guide à travers les escaliers et les couloirs du Mas. Il y a des vélos garés dans tous les coins. L’écho des longues journées ensoleillées du sud résonne encore entre les murs épais blanchis à la chaux. C’est le soir, il ne fait pas froid.

J’ai longtemps attendu de rencontrer Francis Caballero, cela fait environ 30 ans. Et le moment va se produire dans quelques secondes. Il est derrière cette porte, j’entre. Un large comptoir haut et clair occupe tout le côté gauche de la pièce. Derrière, un homme barbu et souriant fait cuire des saucisses à la poêle, c’est le compagnon de Safia. Sur ma droite au fond de la pièce se trouvent trois enfants. Deux sont sur le sofa, ils sautent et ils jouent. C’est le petit garçon et la fille de Safia. Devant eux, debout et souriant se tient Maître Caballero, les mains dans le dos.

L’homme me jette rapide un coup d’oeil, il est de taille modeste mais il joue d’un grand aplomb. Ce qui saute aux yeux c’est la souplesse et la fluidité de ses déplacements. Habitué aux parquets des salles aux mille pas, Caballero ne marche pas, il glisse. Et puis il y a cette voix qui n’a pas pris une ride, il y a cet esprit vif et sautillant. La légende Caballero, la terreur des prétoires c’est juste un homme bienveillant et libre, autour duquel il fait bon se sentir en famille.

#Brouillard

Une fois les civilités expédiées les enfants cajolés et quelques tomates cerises avalées, nous quittons Montpellier. Nous partons en voyage tous les 3, Safia Francis et moi. Autoroute, nationale, puis c’est la petite montagne, la nuit, un blaireau mal élevé qui s’octroie la priorité sans nous faire l’aumône d’un regard … Nous pénétrons dans le brouillard.

Francis est un peu grognon : « Tout ça c’est bien gentil mais il s’agirait tout de même de faire tourner le pétard. J’espère que personne n’a mis la moindre miette de tabac là dedans« . Depuis le fauteuil passager Safia rieuse s’exécute. La Volvo évolue désormais avec lenteur et précaution sur les départementales Aveyronnaises. On n’y voit pas à 5 mètres.

 

Crédits ome Willem@Pixabay

 

L’intérieur de la voiture n’est guère mieux, le chauffage est en panne et Francis est frileux, impossible d’ouvrir les fenêtres. D’épaisses volutes voyagent doucement dans l’habitacle. Nous sommes confiants. Nous roulons dans l’obscurité la brume et l’inconnu mais nous n’avons pas peur. La conversation déraille. Le temps s’est arrêté.

* * *

Francis Caballero: « Alors c’est vous qui avez fondé Ni Putes Ni Soumises Safia? Les prostituées forment une corporation pour laquelle j’éprouve la plus vive sympathie et un véritable respect vous savez? »

Safia Lebdi: « Mais non,  justement Maître, ça n’a rien à voir avec ça. C’est tout autre chose, … vous comprenez? »

Jean-pierre Ceccaldi: « … On pourrait évoquer le cas d’Alison Ettel aux US pour parler de la dureté du fameux tribunal du net. »

Francis Caballero: « Ah non, s’il vous plaît fermez tout de suite la fenêtre! »

3 Heures durant, nous nous sommes dirigés à marche lente vers notre histoire, à travers le brouillard et sans avoir la moindre conversation cohérente. Mais qu’est ce qu’on a ri! De là où nous nous trouvions, on ne pouvait pas distinguer la route, mais ce qui était sur c’est qu’on y allait ensemble. Francis, Safia et moi.

 

Safia Lebdi, Jean-pierre Ceccaldi, Francis Caballero – Crédits Le Cannabiste

 

* * *

#Destination Gîte

Au bout du chemin se tenait une assemblée d’inconnus mais dont les préoccupations résonnaient de manière étrangement familière. Une vaste pièce lumineuse et qui sentait bon la popote, nous attendait dans cette vieille et immense demeure au milieu des bois. Il y avait les commerçants, les chanvriers, les grainetiers, il y avait les avocats, les militants, les amis et même quelques artistes. Tout le monde était là : le week-end de C420 pouvait commencer.

 

Repas C420 dans le réfectoire du gîte d’Andabre – Crédits Le Cannabiste

Personne ne se baladait avec un badge, nous étions dans une ferme Aveyronnaise mais tout le monde se sentait chez soi. Le premier soir nous avons beaucoup ri, un peu bu parfois, mais il n’a été question que de faire plus ample connaissance. Les choses sérieuses commençaient le lendemain avec la conférence.

 

Repas studieux pour Francis Caballero, Nicolas Hachet, Yann Bisiou, Ingrid Metton Crédits Le Cannabiste

#Bisiou Day

Le dimanche, après un repas campagnard partagé en compagnie d’Eric Correia tout juste arrivé de Creuse, le débat tant attendu était enfin prêt. Vers 14 heures, lorsque le professeur Bisiou est arrivé dans la salle de la conférence, un modeste plateau technique l’attendait. Pas de scène, ni de podium, mais une simple table en bois massif recouverte d’une bâche imprimée, quelques éclairages, une petite sono… Bref, rien de trop sophistiqué mais juste assez pour faire le job.

 

Derniers préparatifs pour Yann Bisiou avec Jean-pierre Ceccaldi- Crédits Le Cannabiste

Incarnée par Max Andrieu, un président charismatique au look atypique, l’association Collectif 420 à ouvert le bal avec une rapide présentation du bureau, de ses objectifs et des premiers travaux associatifs. Leur riposte tient en deux mots : Unir pour agir.

C420 propose de mettre en commun des compétences et des ressources autour des acteurs économiques du chanvre du CBD et du Cannabis Légal. Les entrepreneurs comptent bien faire valoir leur droit de travailler légalement. L’initiative de cette conférence, se voulait une première pierre à un nouvel édifice de résistance républicain et juridique.

Main sur le coeur, Max Andrieu avec Sheeryne Berber lors de la présentation – Crédits Le Cannabiste

#Correia

A l’invitation de C420 l’élu Creusois Éric Correia a également témoigné de son soutien de principe à l’association et sa reconnaissance pour avoir été convié à cet évènement. Puis il est revenu sur l’évolution du processus de demande dérogation pour le développement de la filière Creusoise de chanvre et de Cannabis à usage thérapeutique ou médical.

Il faut sans doute à cette occasion, remarquer l’implication d’un élu qui n’hésite pas à bousculer son agenda quelques jours à l’avance, puis à conduire 8 heures aller-retour pour 3 heures petites heures de conférence. Eric Correia a délivré un discours accessible et précis, témoignage d’une présence symbolique forte, aux côtés de tous les acteurs économiques Français des filières du chanvre et du Cannabis thérapeutique aujourd’hui.

 

L’allocution d’Eric Correia – Crédits stupfx.budtender

#Ovationés

Le professeur Yann Bisiou est entré tout de suite dans le vif du sujet sur les questions de la loi et du CBD. Après avoir situé les questions et cerné le débat le professeur a débouché sur la question préjudicielle issue du procès Kanavap il a bien sure donné la parole à Maître Metton. De nombreuses précisions techniques ont été apportées par Maître Metton grâce à la lecture du fameux arrêté de la cour d’appel d’Aix en Provence, un fait juridique nouveau, venu tout récemment changer la donne.

 

Pendant la conférence – Nicolas Hachet, Yann Bisiou, Ingrid Metton, Francis Caballero – Crédits le Cannabiste

 

Maître Hachet a pu revenir sur l’affaire du magasin ‘Green Heaven’ de Bordeaux et les aspects techniques qui ont permis la levée du contrôle judiciaire. Il s’est exprimé à plusieurs reprises sur la question du commerce des fleurs de chanvre et de Cannabis. Une longue séance de questions réponses qui a duré près d’une heure et demie a permis aux avocats de répondre aux préoccupations de la centaine d’entrepreneurs qui avaient fait le voyage jusque là pour la circonstance.  

 

 

 

Pour conclure, la parole a été proposée à plusieurs reprise à Maître Caballero en marge des questions liées à la réglementation sur les stupéfiants et des limites imposées par la France en matière de Cannabis. Le célèbre avocat connu pour des prises de position tranchées a évoqué la trajectoire globale du Cannabis en France depuis ses nombreux combats passés. Puis au travers d’un humour désormais légendaire, Caballero a fait part son engagement de principe avec le Collectif 420, une intervention particulièrement appréciée du public qui a chaleureusement applaudi Maître Caballero et l’ensemble des intervenants. Un débat rondement mené par Yann Bisiou qui a également consacré un long moment après la conférence pour répondre à un certain nombre aux questions privées des participants venus à sa rencontre.

 

* * *

 

Lumières caméra révolution, des maîtres de droit des avocats ont été ovationnés comme des rock stars ce 11 Novembre 2018 en Aveyron. C420 a fait l’histoire, maintenant il lui reste à permettre le changement et ça n’est pas le travail qui manque. De nombreuses attentes ont été exprimées, l’histoire peut continuer.

Ce qui présidait au week end C420 en Aveyron, ce n’était ni le Cannabis, au final ni le droit, ni les affaires. Ce qui présidait c’était une espèce de magie silencieuse. Sans doute l’expression d’un certain soulagement. La volonté partagée de la part d’hommes et de femmes qui croient ensemble à une forme de changement grâce au commerce du Cannabis. Ce qui présidait c’était une atmosphère apaisée et souvent joyeuse.

Il aurait juste fallu que ce soit un tout petit peu plus long pour être vraiment parfait.A présent : Allez C420! Tout le monde attend la suite.

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

 

— Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 206 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.