France: Les experts disent OUI au Cannabis médical

Publicité

Les premières conclusions du comité d’experts mandaté par l’Agence Nationale de la Santé et du Médicament, le ‘Comité Scientifique Spécialisé Temporaire’, sont positives. « Il est pertinent d’autoriser l’usage du cannabis à visée thérapeutique ». C’est un tremblement de terre de magnitude 9 dans la France prohibitionniste de 2018. D’abord on sable le champagne avec les malades, ensuite, va falloir causer.

 

 

Et pour ce faire, nous sommes allés recueillir les réactions de Alexandra Maillard du Norml France, du député LREM Jean Baptiste Moreau, mais également d’Eric Correia, des professeurs de médecine Jean Costentin et Nicolas Authier et enfin la réaction éclairante du professeur de droit Yann Bisiou. Ça se passe sur Le Cannabiste

* * *

Telle une horde de Galilées d’opérette, ils sont nombreux depuis la nuit des temps à le répéter en France : »Et pourtant elle soigne ». Comptez, environ 1 Million d’usagers quotidiens aujourd’hui et ça n’est pas uniquement pour des considérations sociales, entendez récréatives..

D’ailleurs, d’après nos informations le Cannabis est sorti de la pharmacopée officielle en 1954. (Rendez-vous sur Facebook pour en débattre). Cela fait donc 64 ans que personne n’avait osé officiellement l’y remettre, en France, depuis une agence d’état.

Et voilà qu’après tant d’années. Le fleuron de la médecine Française à l’issue d’une série d’auditions et de travaux approfondis arrive à la même conclusion:

 

« Et pourtant elle soigne »

* * *

#Action

Bon d’accord ils ne l’ont pas dit tout à fait de cette façon là. En substance ça ressemble d’ailleurs plutôt à ce qui suit :

« Le Comité estime, qu’il est pertinent d’autoriser l’usage du cannabis à visée thérapeutique pour les patients dans certaines situations cliniques et en cas de soulagement insuffisant ou d’une mauvaise tolérance des thérapeutiques, médicamenteuses ou non, accessibles (et notamment des spécialités à base de cannabis ou de cannabinoïdes disponibles). Cet usage peut être envisagé en complément ou en remplacement de certaines thérapeutiques.

Les situations thérapeutiques retenues par les experts pour l’usage de cannabis à des fins médicales sont les suivantes:
– dans les douleurs réfractaires aux thérapies (médicamenteuses ou non) accessibles ;
dans certaines formes d’épilepsie sévères et pharmacorésistantes ;
– dans le cadre des soins de support en oncologie ;
– dans les situations palliatives ;
– dans la spasticité douloureuse de la sclérose en plaques. 
Le Comité souhaite qu’un suivi des patients traités soit mis en place sous forme d’un registre national pour assurer une évaluation de son bénéfice/risque, qu’une évaluation des effets indésirables soit régulièrement faite par les réseaux de pharmacovigilance et d’addictovigilance, et que la recherche soit favorisée.

Le Comité souhaite pour que l’ensemble de ces propositions soit appliqué, qu’une évolution de la législation soit mise en œuvre.

Par ailleurs, considérant les risques pour la santé, le comité exclut la voie d’administration fumée pour le cannabis à visée thérapeutique. Il rendra le cas échéant un avis détaillé sur les différentes voies d’administration possibles. »

Source officielle – ANSM 

 

* * *

#Réactions

La nouvelle est de taille alors nous sommes allés demander leur avis à un certain nombre de responsables politiques et académiques au sujet de l’avis émis par le CSST.

Voici Eric Correia président du Grand Guéret, porteur du projet de Cannabis médical en Creuse.

« Je suis ravi aujourd’hui du positionnement du CSST. Un rapport, qui acte enfin que le Cannabis therapeutique a des effets positifs sur les patients. Je pense surtout aux malades qui en prennent déjà dans l’illégalité, mais pas de la bonne manière, car fumer est dangereux. 

Ça veut aussi dire que demain on pourra prescrire du Cannabis pour des malades parfois jeunes qui sont obligés d’aller se soigner à l’étranger.

Enfin je pense aux agriculteurs Français, comme à ceux de chez moi en Creuse, où tout est prêt pour contribuer à la mise en oeuvre d’une production nationale de chanvre à usage thérapeutique et de Cannabis médical. » 

* * *

 

La réaction de Yann Bisiou, Professeur et chercheur en droit de Montpellier.

« Il faut saluer un réel progrès. L’ANSM précise qu’il s’agit de l’usage thérapeutique de la plante de cannabis, en dehors des spécialités pharmaceutiques disposant d’une AMM ou d’une ATU ce qui est tout à fait considérable.

À présent reste à organiser tout ça, car dans le choix de l’organisation qui sera mise en place à la suite, on peut passer d’une grande avancée à une avancée beaucoup plus symbolique au final.

Je propose de recourir à la catégorie des « produits réglementés dans l’intérêt de la santé publique ». C’est une page blanche du code de la santé publique qui permettrait un contrôle de l’ANSM et une distribution plus adaptée aux patients. On pourrait enfin, de façon complémentaire, autoriser le CBD plus largement après avoir défini des seuils de concentration à l’image de ce qui se fait en Suisse.. »

* * *

On écoute a présent Alexandra Maillard, co-responsable de l’association Française  d’usagers de Cannabis : Le Norml France

« Chez les usagers de Cannabis médical, il me semble que tout le monde à encore en tête l’entourloupe avec le Sativex qui devrait être prescrit mais qui reste indisponible finalement … Je crois personnellement que si l’état ne s’appuie pas sur les expertises existantes, c’est à dire des personnes anciennement « hors-la-loi » les décisions suivantes ne seront pas adaptées.

La plante de cannabis accompagne l’humanité sans trop de dommages depuis la nuit des temps. Je pense qu’il faut encourager une production nationale créatrice de richesses et d’emplois, produire des fleurs et des extractions, d’une manière sanitairement contrôlée et biologique.

Demain il sera possible d’en organiser la vente en dispensaire, ou en club. Aujourd’hui je ne suis pas la seule à dire qu’il faudrait totalement décriminaliser l’usage et possession de quantités personnelles de Cannabis. Il faudrait enfin autoriser ceux qui le souhaitent à produire en autoculture quelques plants d’herbe à domicile, en priorité ceux dont la santé l’exige. » 

* * *

Nous avons également tenu à recueillir le témoignage du Professeur Jean Costentin pour qui l’annonce d’une régulation du Cannabis médical, n’est en revanche pas une bonne nouvelle.

« Il est singulier que l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) ait à juger du statut d’un médicament, sous des pressions de lobbies extérieurs et autres groupes de pression.  Que de plus elle prenne des décisions à partir de donnés très préliminaires et incomplètes, c’est à dire en l’absence  des données cliniques produites selon les très strictes règles qui encadrent ces études; et qu’ainsi elle fasse fi du sacro-saint rapport bénéfices / risques qui fonde désormais et depuis un assez longtemps déjà le statut même d’un médicament. »  

* * *

Du côté des élus, cette fois-ci c’est le député LREM Jean-Baptiste Moreau qui nous a confié ses premières impressions après cette annonce.

« Je suis très satisfait à l’annonce de ce qui constitue un premier pas, mais ce combat n’est pas encore terminé. À présent il nous faut acter de cet avis important pour mettre les choses en pratique. 

En matière de Cannabis médical, pour la suite nous sommes tournés vers les ministères compétents, en particulier celui de la santé.

Un deuxième volet important concerne cette fois les usages bien-être et santé du chanvre. C’est précisément sur ces questions qu’il nous faut presser le pas vers une légalisation de ce type de produits de leur production et de leur transformation le plus vite possible. » 

* * *

Enfin la déclaration d’un Médecin et pas des moindres, le Professeur Authier qui a directement présidé à cette commission du CSST nous livre sa première réaction en exclusivité. 

« Ce qui est important c’est que nous allons maintenant pouvoir passer à des propositions concrètes pour cette mise en œuvre. Et que par ailleurs, le comité insiste sur la nécessité d’accompagner dès maintenant ces usages à visée thérapeutique »

* * *

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources : 

ANSM

OFMA

— Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 231 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.