La Thaïlande légalise le médical 153 voix contre 0

Publicité

Le parlement Thaïlandais viens d’entériner la réforme gouvernementale qui légalise l’usage du Cannabis médical hier le Jeudi 25 Décembre 2018 avec 153 voix pour, 13 abstentions et zéro voix contre. Joyeux Noël sur Le Cannabiste.

* * *

Cela faisait 39 ans que le Narcotic act rendait impossible de se soigner avec du Cannabis en Thaïlande et le moins qu’on puisse dire c’est que les autorités n’étaient pas tendres avec les récalcitrants. Selon les témoignages en effet, un simple joint pouvait coûter de 1500 à plus de 10000€ d’amende et aussi de la prison ferme, le tout dans des conditions décrites comme très difficiles.

C’est d’ailleurs une évolution considérable dans la région. Rappelons au passage que chez les pays voisins de la Thaïlande comme Singapour, l’Indonésie ou encore la Malaisie, le trafic de Cannabis peut toujours conduire à la peine de mort.

#Ho Ho Ho

« Il s’agit d’un cadeau du Nouvel An de l’Assemblée législative nationale au gouvernement et au peuple thaïlandais« , a déclaré Somchai Sawangkarn, président du comité de rédaction, lors d’une session parlementaire télévisée.

Le bâtiment du parlement Thaïlandais – Crédits Wikimedia Commons

Cependant de nombreuses entreprises étrangères et Thaïlandaises avaient anticipé le vote en se basant sur la seule décision du gouvernement. De nombreuses entreprises avaient initié des processus de dépôt de brevets pour la fabrication de médicaments en Thaïlande comme nous l’avions vu plus bs dans cet article.

Ainsi les conséquences auraient été immédiates avec des hausses de prix, rendant les traitements inaccessibles à de nombreux patients. Mais les hautes instances médicales du pays ont vu venir le coup, aucun brevet ne sera retenu parmi ceux qui ont été soumis à l’état en préalable à l’entrée en vigueur de la réforme. 

« Nous allons exiger que le gouvernement révoque toutes ces demandes avant que la loi entre en vigueur« , a déclaré Panthep Puapongpan, doyen de l’Institut de médecine intégrative et anti-âge de Rangsit. Certains défenseurs thaïlandais espèrent que l’approbation de mardi ouvrira la voie à la légalisation à des fins récréatives.

« C’est le premier pas en avant », a déclaré Chokwan Chopaka, un activiste du Highland Network, un groupe de défense de la légalisation du cannabis en Thaïlande.

 

Article original Publié le : 15 novembre 2018 – Mis à Jour le 26 Décembre 2018- 


Le gouvernement Thaïlandais vient d’approuver une réforme qui vise à légaliser l’usage médical du Cannabis ce Mardi 13 Novembre 2018. A l’impulsion de son Premier Ministre Prayut Chan-ocha le gouvernement du pays devient ainsi le premier pays d’Asie du Sud-Est à opérer sa légalisation. Le Cannabiste passe les détails en revue.

* * *

C’est un décret dont l’ébauche vient d’être établie par l’assemblée législative nationale la NLA Thaïlandaise au parlement. Cette note dans laquelle figure un avis du conseil d’état, un avis motivé du ministère de la santé et une note du bureau des Narcotiques Thaïlandais réglemente l’usage du Cannabis médical dans tout le pays pour une durée de 5 ans.

 

Prayut Chan-O-Cha le Premier ministre Thailandais

 

#5ans

En Thaïlande le Cannabis est illégal depuis 1935. Il s’agit ainsi pour les patients qui en bénéficient d’une avancée majeure, car c’est un pays où l’usage de Cannabis et sa possession pouvaient coûter jusqu’à 15 ans de prison. Cependant rien n’est définitif, le Cannabis devient désormais l’objet d’un contrôle suivi par le ministère de la santé et le bureau des narcotiques. Il reste désormais au parlement à approuver cette décision gouvernementale, ce qui en principe ne devrait pas poser de problème.

Au bout de 5 ans la décision de maintenir cette légalisation fera l’objet d’une réévaluation afin d’en déterminer l’efficacité. En attendant les médecins qui le désirent vont pouvoir prescrire l’emploi d’un Cannabis médical produit sous licence par des fermiers sous licence gouvernementale.

 

Crédits Mathew Schwartz @Unsplash

#Putthipong Punnakanta

C’est le nom du porte parole du gouvernement Thaïlandais qui s’est adressé à la presse lors d’une conférence organisée à Bangkok.

Phutthipong Punnakan Crédits Wikimedia Commons

« Le Cannabis reste sur la liste des Narcotiques, cela ne signifie pas que n’importe qui peut en faire pousser dans son jardin. Le décret autorise seulement l’emploi de Cannabis pour les patients et seulement sur prescriptions des médecins.

Les fermiers peuvent faire pousser du Cannabis, cela leur permettra de bonnes rentrées d’argent. La Marijuana qui est importée du Laos ne se vend pas à moins de 5000 Bahts le kilo (140€) »

 

#Brevets

L’organisation non gouvernementale BIOTHAI a tenu à rappeler que 8 brevets relatifs aux applications du Cannabis ont été déposés ces dernières semaines. L’association précise qu’il ne devrait pas être possible de breveter le principe des extraits à base de Cannabis pour ne pas en bloquer la fabrication.

De nombreuses entreprises étrangères ont démarré le processus de dépôt de brevets pour la fabrication de médicaments à base de Cannabis en Thailande.

 

Crédits Marlon Lara @Unsplash

 

Le représentant du premier ministre Prawit Wongsuwan a précisé que le Cannabis serait employé en priorité pour lutter contre les symptômes du cancer, de l’épilepsie, du sida et autres maladies graves. Mais la liste de prescriptions s’étendra à des pathologies moins graves comme la douleur chronique, les maladies inflammatoires chroniques, les maladies de peau ou encore des affections comme la cystite.

Crédits Alex Block @ Unsplash

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources :

The Thaiger

Grizzle

New Indian Express

Biothai

Khaosod English

Nation Media

 

— Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 340 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.