Les Mohawks ne veulent pas de la légalisation Québécoise

Publicité

Plutôt que de se conformer aux règles Québécoises en matière de Cannabis. La tribu des Mohawk a décidé d’éditer les siennes. Alors que la légalisation du Cannabis approche au Canada. Le Cannabiste propose un éclairage le peuple de la réserve Kahnawake. Une communauté forte de 9000 Indiens a décidé de réclamer la liberté de gérer eux-même la très ancestrale ‘herbe des dieux’ des Mohawk.

* * *

Même les plus calés en géographie parmi nos chers concitoyens hexagonaux, auront sûrement du  mal à visualiser le territoire Kahnawake sur une carte. C’est un petit bout de monde de 42Km² situé au Québec et dans lequel vivent les descendants de la légendaire tribu Mohawk. Tout près de Montréal la capitale du Québec

KML-LogoFullscreen-LogoGeoRSS-Logo
Québec

chargement de la carte - veuillez patienter...

Montréal: 45.497200, -73.610400
kahnawake: 45.415100, -73.677300

 

Les descendants Mohawks ne sont plus qu’une poignée à l’échelle du continent Américain où ils représentaient jadis un des 6 grands peuples de la nation Iroquois. Dans la langue de leurs ennemis Algonquins, ‘Mohawk’ se traduisait autrefois par ‘mangeur d’homme’. Dans leur propre langue ‘Mohawk’ veut dire ‘peuple de la lumière’ ou encore ‘enfants des étoiles’.

Il subsiste environ 16 000 descendants des peuples natifs d’Amérique du nord au Canada aujourd’hui. Le petit territoire de Kahnawake au Québec près de Montréal, représente de loin la communauté indienne la plus importante par la taille à ce jour. 

Crédits photo : Nation Pow-wow

#Indépendants

Le territoire Kahnawake est celui d’un peuple souverain, sa juridiction fonctionne de manière indépendante vis-à-vis des autorités Québécoises et Canadiennes. Les affaires courantes et les lois de ce territoires sont gérées par un conseil des chefs qui organise et met en place ses propres règles indépendamment de l’administration Québécoise. A l’occasion de la nouvelle loi Canadienne et au vu de la mise en application par les autorités francophones régionales, les Mohawks sont bien décidés à faire prévaloir vision et leurs droit à réguler le Cannabis comme ils l’entendent.

Représentants de la tribu Mohawk

#Légalisation Mohawk

Dans un document détaillé de 24 pages les chefs Mohawks détaillent les modalités Indiennes de la production à la vente du Cannabis.

  • L’âge minimum légal passe de 18 à 21 ans
  • Usage du Cannabis interdit dans les lieux publics
  • Les prix seront encadrés par le conseil Mohawk
  • Un bureau dédié va réguler l’attribution des licences de cultivateur
  • Les dispensaires Mohawks seront tenus à l’écart des écoles
  • Une taxe sur le Cannabis spéciale sera appliquée
  • La micro-culture sera possible mais encadrée

« Personne ne sera autorisé à produire ni à conduire aucune activité commerciale en rapport avec le Cannabis sur notre territoire sans détenir une licence selon nos propres lois. »

Pour le moment il ne s’agit que d’un document de travail, les chefs Mohawks souhaitent néanmoins travailler à son harmonisation avec les lois Québécoises voisines. Une de leurs préoccupations demeure la protection des plus jeunes et une bonne maîtrise fiscale de cette ressource. 

Car il faut bien le répéter, à part les bénéficiaires et tous ceux à qui cela va procurer un emploi, le monopole d’état de la vente de Cannabis au Québec n’arrange pas grand monde. Les Mohawks ont la chance de pouvoir résister à ce choix arbitraire du gouvernement provincial, et ils n’ont visiblement pas l’intention de s’en priver.

Crédits photo : Nation Pow-wow

* * *

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

— Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 325 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.