Objectif Weed #1 : Jour J depuis Montréal avec FX

Publicité

C’est l’heure attendue de notre voyage au Canada sur Le Cannabiste, aujourd’hui nous vous invitons à partager le jour J de la légalisation du Cannabis avec François Xavier Mombelli, l’envoyé spécial Le Cannabiste et qui s’est trouvé sur place à Montréal à l’instant T et au moment H.

C’est le premier volet d’une série de reportages exclusifs et en image depuis le pays des Caribous où la belle verte est désormais légale et librement vendue partout. Aventure.

* * *

 

#FX débarque à Caribouland

Montréal, le 17 Octobre 2018, le rendez vous est fixé à 7 heures du mat’.

Je dois retrouver Maya une activiste qui représente Marc Boris Saint Maurice, connu entre autre pour avoir fondé bloc pot, un mouvement politique en faveur de la légalisation du Cannabis au Canada. Notre mission :  acheter tous les types de fleurs disponibles sur le marché afin de les répertorier sur le site internet du bloc pot.

 

 

Le temps est maussade, je me rends donc plaza st Hubert, qui est sans dessus dessous pour des restructurations profondes… L’endroit est facile à repérer, malgré l’ouverture au public dans 3 heures, je suis loin d’être le premier, mais encore plus loin d’etre le dernier et je ne vais pas tarder à m’en apercevoir. Les travaux publics dans la rue font un bruit assourdissant, mais visiblement tout le monde s’en tape. Chez les premiers clients, l’émotion est palpable.

Je me retrouve dans la file d’attente devant le magasin de Pot. À côté de moi, Daniel bientôt la soixantaine. La dernière fois qu il a fumé du pot :

« Sté  y’a plus de treinte ain, pour un concert des Floyd tsé? » 

Daniel est venu fêter la légalisation et s’acheter une petite dégustation quotidienne.

« Jme lô fumerai d’ tein zain tein pour me relaxer l’soar là…“

Très rapidement la file prend de l’ampleur. Jusqu’à compter facilement plus de 400 personnes. Il faut savoir que seuls 2 boutiques du SQDC ont ouvert hier à Montréal et 12 en tout dans la province du Québec, pas plus.

Je me félicite d’avoir écouté les conseils de mes amis du Bloc Pot et d’être arrivé super tôt. Le premier client de la file un certain Hugo Senecal, est arrivé devant le magasin à 3.30 du matin. Cela fait pas mal d’heures déjà qu’il fait le pied-de-grue devant la porte de la boutique SQDC.

 

 

 

#Objectif Weed

J ai donc pour mission d’acheter 2 x  15 g de deux variétés différentes. Je n’ai personnellement jamais entendu parler de ces variétés ni du producteur. Je dois acheter de la ‘Hélios’  et de la ‘Nébuleuse’, tout un programme.  Au total aujourd’hui je vais pouvoir acheter 30 g de fleurs de Cannabis séchées, c’est la limite légale par personne, techniquement depuis minuit et une seconde, ce matin au Canada.

 

 

Je me tiens sagement à côté de mon nouvel ami Daniel dans la file. Je suis seulement le seizième à la queue s’allonge tout au long du trottoir sur une bonne partie de la rue à présent.

Enfin, le moment tant attendu. Il est 10H00, le pot est légal et disponible dans tout le Canada. Une clameur croissante se fait entendre  du début à la fin de la file d’attente dont je ne vois plus désormais plus le bout, tout au fond de la rue.

Sur place les  médias présents s’affolent un peu, l’événement  est largement couvert, caméra, micros, flash, interviews. Je réponds avec le sourire au Washington post et au New York Times tout contents de trouver un cannabiste Frenchie si loin de chez lui. C’est une expérience assez marrante d’ailleurs, le moment où l’on se rend compte à quel point les journalistes nord Américains sont complètement largués en matière de Cannabis, encore plus que les Français finalement.

 

#Indoor

C’est à présent mon tour de pénétrer dans le temple de la liberté Cannabique surveillée. Je passe enfin la porte du bureau de vente légale de Cannabis à Montréal, le très sérieux SQDC. Le look de pharmacie est bien là. L’intérieur est aseptisé, très minimaliste.  Couleurs chatoyantes mais froides. À mon grand étonnement l’accueil est assez chaleureux. On sent bien que l’excitation est partagée par les employés et les managers de la  SQDC autant que par les clients.

 

Le comptoir est long et toutes les caisses sont prises d’assaut. Les produits sont rangés soigneusement par catégorie:  Indica Sativa ou bien Hybride. Le conditionnement prévoit des paquets de 1 g, 3.5 g ou 15 g pour les fleurs séchées. Le choix est large, les noms des variétés demeurent totalement inconnus, j ai la tête qui tourne, les palpitations, mon coeur s’emballe d’excitation. C’est ici maintenant, c’est totalement légal et je vais pouvoir en profiter : le doux rêve vert est enfin devenu une réalité. La présence de mon nouvel ami  Daniel à mes côtés, va me permettre d’acheter davantage que les 30 g autorisés. Lui n’a besoin que de très peu d’herbe au final, ce qui va me permettre d’essayer plus de variétés.

La tentation de goûter à tout est grande, les prix assez corrects entre 7 et 11 dollar le gramme au détail. La vendeuse s’avance vers nous dans le hall du magasin, elle a un sourire d’ange.

 

 

#Qu‘est ce qui te fallait ?

Daniel est le cobaye parfait, du haut de ses 30 ans de retard à rattraper sur le sujet, il a des questions plein la bouche. La fille se révèle intarissable. Elle connait son sujet, et nous explique, tout en faisant défiler le menu sur un écran, les différents produits, leurs effets sur le corps et l’esprit etc etc…

Avec Daniel on arrive quand même à la coller sur la question des taxes comprises ou pas (TTC). Mais nous lui pardonnons vite ses hésitations, car  c’est une grande première aujourd’hui et nous en plaisantons avec quelques bonnes ‘jokes’ de fumeur.

 

 

Direction le comptoir, a notre tour de faire des emplettes. Je prend donc mes 30 g prévus au prix total de 196 dolz. Puis grâce à Daniel 3.5 de Delahaze une sativa classée en Catégorie 3 et qui compte pratiquement 24% de THC. Je fais également l’acquisition de deux joints pré roulés de Blue Dream 10 dolz et 1 g de Banana Split une hybride a 16 % THC.

J’ai les yeux qui brillent, comme un môme au pied du sapin de Noël, partout des vapos, des concentrés, des huiles, des extraits, des terpenes…. Plus de temps à perdre, il faut aller dehors ouvrir une boîte, se faire une bonne dégustation, et se remettre des émotions de la ‘toute première fois’. (Ndlr: comme dirait Jeanne Mas? OK je sors)

« De toute façon l’magasin yé là pi y bougera pô. » me fait savoir Daniel goguenard. « Mais y en aura t il pour tout le monde? » Lui réponds-je drapé dans un épais accent Français. (Ndlr: Sans blague?)

Car à en juger par la foule qui attend dehors, il y a effectivement de quoi se poser la question. J’ai dû rester une quarantaine de minutes dans le magasin, dehors la file d’attente est devenue interminable.

 

#Pop Star

Si tôt dans la rue, avec nos sacs en papier kraft à la main, les gens nous accostent. Badauds, curieux, clients, journalistes,. Devant nos paquets fraîchement remplis de Cannabis bien sec et bien frais, les question pleuvent et les interview fusent, c’est l’instant pop-star.

Nous fumons tranquillement notre joint dans la rue en répondant sans nous cacher. C’est un pré roulé de Bluedream qui embaume l’air autour de nous. Une fois le devoir accompli nous nous dirigeons vers un bon repas bien mérité. Mission achevée d’ailleurs car j’ai remis mes ‘échantillons’ à mon contact de Bloc Pot comme promis pour le référencement.

 

 

Je repasserais vers 18h : la file sera exactement la même taille tout au long de la journée, à se demander même comment ils ont pu faire la fermeture prévue pour 21H.  Aujourd’hui je suis passé à nouveau devant cette adresse désormais incontournable de Montréal pour les amateurs de bonnes choses, et la file était tout de même moitié moins longue aux alentours de midi. De l’aveu d’un client qui venait de sortir ce jour là, il faut compter au minimum 1 heure d’attente service compris, mais tout monde finit par avoir la possibilité d’acheter sa weed.

Avant de poursuivre mon voyage, on s’en roule un petit avec mon nouveau pote Daniel, un dernier pour la route. Il souffle doucement la fumée au ciel, les yeux vagabonds dans les branches des arbres sur le boulevard. Puis il se ressaisit et d’un air solennel, il lâche en regardant le joint :

« C’est corre’k Tabarnak! »

L’histoire du Cannabis libre, à suivre depuis le Canada, over and high.

FX

 

* * *

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

 

— Textes et Images Xavier Mombelli pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 412 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.