Cannabis contre cancer : Samantha courage

Publicité

Si vous cherchez un peu sur internet vous n’aurez aucun problème à dégotter des témoignages plus ou moins controversés ou questionnables au sujet du traitement des cancers par le Cannabis. On passe allègrement de la fake news au parti pris, alors les prohibitionnistes de tous poils ont désormais pour habitude de renvoyer les médias dos à dos, en mode : ce ne sont pas des sites officiels …

Aujourd’hui Le Cannabiste vous propose le témoignage d’une jeune femme courageuse et déterminée mais qu’on ne fera pas taire : Samantha Nicolas. Nous avons choisi de l’interviewer, justement pour partager avec vous, une expérience authentique à travers ses propres mots. Tout ce que allez voir ici est vrai, mais ne le répétez à personne, car il est interdit de le lire.

* * *
LC : Bonjour Samantha, la frite la weed ou les 2 ? 
Bonjour, les 2 : d’abord la weed et juste après les frites!
LC: Vous avez été très malade et vous vous êtes soignée avec du Cannabis?
En septembre 2017 J’ai appris que j’avais un cancer de stade 3 sans métastases mais avec des ganglions atteints. Un traitement conventionnel de chimiothérapie et radiothérapie m’a alors été proposé ainsi que deux opérations. J’ai refusé le traitement conventionnel de chimiothérapie et radiothérapie et je me suis documentée sur les bienfaits thérapeutiques du cannabis les remplacer.

Images Samantha Nicolas – Tous droits réservés

Dix jours après l’annonce de mon cancer j’ai rencontré un homme dont je ne peux révéler l’identité pour des raisons évidentes. Cet ami, ce bienfaiteur m’a préparé une huile forte en THC, la Rick Simpson oil.

« L‘oncologue a déclaré que ça tenait du miracle

Deux mois après, je me suis fait opérer, sur les 25 ganglions analysés plus aucun n’était atteint par les cellules cancéreuses. L’oncologue à du re-classifier  ma tumeur de T3N1M0 en T3N0M0 c’est à dire, zéro ganglions tumoraux. Après seulement 2 mois. L’oncologue a déclaré que ça tenait du miracle, mais moi je sais parfaitement que dieu n’avait rien à voir là-dedans, en revanche le Cannabis c’était évident.

* * *

LC: Ça se passe comment en Belgique on peut se soigner avec du Cannabis ?

Une nouvelle directive autorise les pharmacies Belges à commercialiser des produits pharmaceutiques à base de poudre de CBD, tout en continuant à diaboliser le THC. Le CBD vendu en pharmacie est hors de prix, il faut une prescription médicale et aucun remboursement par la sécurité social n’est envisagé à l’heure actuelle.
La Belgique fait partie des pays autorisant un médicament à base de cannabis, le Sativex qui contient du THC et du CBD, mais il n’est délivré qu’aux patients atteints de certaines formes de sclérose en plaque et il coûte très cher.
« Je suis hors la loi

Le cannabis thérapeutique avec du THC reste illégal pour les autres maladies, qu’elles soient graves ou chroniques peu importe, c’est illégal. Donc qu’est ce qui ce passe si malgré la loi, je décide quand même de me soigner avec du cannabis? Eh bien, je suis hors la loi, parce que j’utilise une substance illégale. Nous sommes punis plutôt que soutenus, ce qui est forcément vécu par les patients comme une double peine

Images Samantha Nicolas – Tous droits réservés
LC: Association, parole publique, quand avez-vous décidé de prendre le taureau par les cornes?
Quelque mois après le début de mon aventure avec le cancer je me suis rendue au parlement Bruxellois pour témoigner de mon expérience lors d’une séances plénière qui avait pour sujet l’abolition de la loi 1921 sur la prohibition des drogues. 
C’est là que mon combat pour cette plante a débuté. J’ai décidé que mon expérience cancer/cannabis devait  sortir de la sphère privée et devenir une personne publique, afin de transmettre et d’aider les personnes en souffrance
 « Un accès au cannabis médical équitable
J’ai alors ouvert une boutique bien être pour y proposer du CBD et surtout pour y rencontrer des personnes que j’allais pouvoir aider. Puis j’ai créé, l’association  NORML Benelux.
Une délégation s’est dernièrement rendue au parlement Européen pour participer à la première rencontre sur le Cannabis à usage médical « *Cannabis Europe : Ensuring fair access to médical cannabis for patients in Europe« . *Cannabis Europe: Garantir un accès au cannabis médical équitable pour les patients en Europe
Images Samantha Nicolas – Tous droits réservés
LC: Vous l’exprimez comment aujourd’hui votre résistance?
Je milite pour la plante entière parce que ce qui est important c’est l’effet d’entourage des différents cannabinoïdes mais également des autres composants de la plante, terpènes, flavonoïdes. C’est une plante très complexe qui agit en synergie et isoler un seul cannabinoïde à peu d’intérêt en terme de thérapie.
* * *
Pour moi c’est un faux débat, cannabis thérapeutique vs cannabis récréatif, parce que c’est la même plante. La preuve en est que dans le cannabis dit « thérapeutique » de Bedrocan et vendu en pharmacie, il y a une variété qui est ni plus ni moins une génétique Jack Herer.
Aussi dans mon entourage, j’ai un nombre très important de fumeur de cannabis qui fume depuis des années et uniquement dans le but d’atténuer leur douleurs.
« L‘état n’est pas prêt à légaliser
Je suis pour l’autoproduction, les cannabis social club et les dispensaires médicaux, modèle qu’on retrouve au Canada ou dans certains états aux Etats unis.  Je suis contre la cannabis synthétique et chimique de la pharmaceutique.
L’état n’est pas prêt à légaliser la plante de cannabis à l’état naturel parce qu’elle n’est pas brevetable par l’industrie pharmaceutique et donc pas rentable.
Images Samantha Nicolas – Tous droits réservés
LC: CBD, THC, ils prennent quoi au juste les gens malades ?
  • De l’huile ou teintures de CBD ou de THC  ou mélangée ensemble, par prise sublinguale.
  • De l’herbe  de THC avec du CBD à fumer à vaporiser ou en tisane
  • Des concentrés de cannabis THC ou CBD ou mélangé ensemble à dabber.
  • Des pâtisseries ou bonbons CBD ou THC à manger.
  • Des suppositoires de THC
  • Des crèmes et huiles de CBD ou de THC ou mélangée ensemble en application cutanée.
  • Des patchs de THC ou CBD en transdermique.
LC : Sur une île déserte vous emporteriez quelle variété avec vous ?

Sans la moindre hésitation, Girl scout cookies pour la polyvalence et la puissance. Merci à la rédaction pour m’avoir donné l’occasion de témoigner et bien sûr, longue vie Le Cannabiste!

 

Images Samantha Nicolas – Tous droits réservés

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Interview exclusive réalisée en ligne en Août 2019

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 438 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.