Interview d’un Buraliste en colère: l’amende CBD?

Publicité

Les forces de l’ordre Françaises ont resserré l’étau autour des buralistes qui vendaient des produits au CBD à l’initiative de la justice depuis cet été. Et ce qui est déjà vrai aujourd’hui pour les boutiques du CBD semble se  confirmer aussi pour les buralistes: dissimulation, amendes stups’ et enquêtes de police.

L’état Français à la dent dure avec le chanvre, pour en parler Le Cannabiste reçoit Eric Hermeline, il est le président de la fédération des buralistes en colère, c’est aussi le gérant de la marque de chanvre : Bural’Zen. Il a accepté de répondre a quelques questions pour nos lecteurs. Interview.

 

* * *

 

LC: Bonjour et bienvenue, vous vous occupez en France de la marque de Chanvre Bural Zen. Comment s’est passé votre lancement jusqu’ici?
Plutôt bien, nous entamons notre troisième année d’exercice et de plus en plus de buralistes nous font confiance.
Une marque de chanvre créée par un buraliste Français, ça rassure tout le monde. Au niveau réglementaire, le cahier des charges que l’on s’impose chez Bural’Zen, permet a de nombreux confrères de travailler sereinement, c’est déjà ça!

 

Eric Hermeline – Image @ FB

 

LC: Pourquoi ne pas se contenter de « vendre des feuilles longues à une bande de fumeurs de joints tandis qui vont engraisser le marché noir Français? » (Lu sur les réseaux …) D’ailleurs: vous soutenez la légalisation du Cannabis?

– rire – Pour commencer à titre personnel je ne suis pas un adepte de la combustion et de nombreux buralistes partagent cet avis. Ensuite, je ne vous apprend pas que ce ne sont pas les buralistes qui votent les lois. La plupart de mes confrères sont tout ce qui reste de tissu commerçant dans certaines communes rurales. Nous tâchons simplement d’exister.

Au final on constate une part de plus en plus importante de nos clients se tourne vers la vaporisation en e-cigarette. Mais malgré de jolies gammes de produits, les vaporisateurs restent encore assez compliqués à vendre en France, on persévère …
La légalisation totale du Cannabis? Je n’y crois pas trop hélas, par contre ce serait bien qu’on nous laisse au moins vendre du chanvre bien être tranquillement, ce serait déjà une belle avancée légale.

 

 

LC: Est-ce que vous avez reçu des témoignages de consommateurs qui on ‘basculé dans le chanvre’ alors qu’ils avaient d’autres habitudes de consommation vis-à vis du Cannabis ou du tabac?

Oui c’est régulièrement le cas. Je vois de plus en plus de jeunes et parfois moins jeunes venir à ma rencontre pour pour essayer d’arrêter de consommer des produits issus du marché parallèle. Que ce soit récréatif, thérapeutique ou les 2, les nombreux consommateurs veulent avant tout la quiétude et la légalité.

Le chanvre c’est pour beaucoup d’entre eux un moyen de quitter le tabac, éventuellement les ‘joints’ avant l’obtention d’un nouveau job, ou de changer d’habitudes après d’un retrait de permis. Il y a l’aspect santé et l’aspect économique individuel aussi.

Le chanvre ‘patenté’ chez les buralistes, j’imagine que cela influe probablement sur l’offre illégale au profit de l’état et des commerçants .. Tout le monde finit par s’y retrouver.

 

* * *

 

LC: Comment se fait-il que l’état vous laisse ‘faire ce que vous voulez’ vous enfreignez la loi ?

C’est aussi la question que se pose notre avocate, selon les jours et le ‘dernier son de cloche’ on s’interroge parfois nous même. -rire-
Plus sérieusement: nous demeurons très largement ‘dans les clous’. Nos produits sont scrupuleusement le reflet commercial de ce que permet la législation Française.
Nous avons déjà été contrôlé, nos produits analysés et tout nous a été rendus, avec à chaque fois un classement sans suite. Pour mémoire, nous avons collaboré avec la DGCCRF quand nous avons lancé Bural’zen afin de s’assurer que tout était aux normes sur l’étiquetage, ils savaient précisément ce qu’on commercialise.

 

LC: Ces derniers jours de mauvaises nouvelles sont arrivées vers vous, vous pouvez nous raconter ce qui se passe en ce moment?

Par expérience, je sais que les autorités agissent sur dénonciation . Une enquête a été ouverte suite au contrôle d’un jeune, qui a cru malin de dissimuler son propre Cannabis, issu du marché parallèle, dans un pochon de chanvre légal.

C’est précisément ce qui vient de se passer dans le département du Var où le préfet a demandé aux force de l’ordre de perquisitionner tous les buralistes qui vendaient des produits au CBD.

D’après mes informations, une liste de buralistes suspects aurait été établie au préalable cet été. On parle d’enquêtes menées incognito par des agents de la police et de la gendarmerie en civil. Des méthodes qui semblent dignes de la lutte contre les stupéfiants sont pourtant appliquées aujourd’hui à de paisibles buralistes.

 

Exemple de produits de la marque Bural’Zen – Image Fabricant

 

LC: A la rédaction on a pas tout compris: des amendes délictuelles auraient été mises à certains buralistes à cause de la présence de produits au chanvre? Pourtant les amendes c’est pour le ‘stup’, et le CBD ça n’est pas du ‘stup’? *se gratte la tête*

Je vous le confirme, dans le Var un buraliste a écopé d’une amende de 100€ pour infraction relative aux stupéfiants. Ce qui est surprenant, c’est que dans les Landes une infraction quasi similaire a donné lieu à une contravention d’un montant de 200€. On essaye d’y voir clair mais visiblement il y aurait une certaine inégalité de traitement selon les régions.

Par contre les produits au CBD saisis n’ont pas été restitués, ce qui a eu pour effet de gonfler l’addition inutilement pour les commerçants suspectés. Est-ce que l’économie de notre pays et le coût de notre justice ont vraiment besoin de ça aujourd’hui ? C’est d’ailleurs un dernier point est très contestable juridiquement sur lequel nous travaillons avec nos conseillers.

* * *

Il faut se souvenir: à l’île de la réunion les stations service chez qui du chanvre avait été saisi, ne s’étaient pas laissé faire. D’ailleurs un juge local avait même ordonné aux douanes de restituer les produits CBD aux commerçants les obligeant même à une astreinte de 100€ par jour. 

 

À lire également sur Le Cannabiste

 

LC: Comment comptez-vous réagir face à ce que certains décrivent comme une véritable persécution?
Jusque là notre méthode a payé, la meilleure des défenses c’est de pas enfreindre la loi. Nous mettons en application à lettre ce que nous commande la loi Française et Européenne. C’est valable dans la ligne de conduite que nos membres adhérents adoptent en suivant nos conseils.

En ce qui concerne Bural’Zen c’est bien sur aussi valable pour l’élaboration des produits et l’évolution progressive des solutions d’emballage qui garantissent l’origine et l’authenticité des produits du chanvre et du CBD. Nous allons continuer de ‘rester dans les clous’ et tâcher d’évoluer avec la législation tout en restant au maximum irréprochables.

 

LC: Indica, sativa, ou Ruderalis Monsieur le président ?
Sativa ! …
Pour l’Indica on va attendre encore un peu ;)

 

 

Illustration: Chanvre – Image @Pixabay

 

* * *

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Interview réalisée en ligne en Juillet 2020 par la rédaction de Le Cannabiste

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook

A propos jean-pierre 671 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.