Italie: L’Empire Salvini contre attaque

Publicité

En Italie l’alliance prépare la légalisation du Cannabis et réponse de l’Empire ne s’est pas faite attendre comme prévu. Elle est plutôt cinglante venant de l’empereur Palpatine aka Matteo Salvini, vice premier ministre Italien, déjà connu pour avoir fermé les ports de la botte et refusé leur accès aux migrants repêchés par les navires des ONG en mer méditerranée. Le Cannabiste vous présente l’épisode 2 par François Xavier Mombelli.

#LImpero colpisce ancora *l’empire contre attaque

« Un parlementaire s’inquiète de la légalisation des joints. Ce n’est pas une priorité de notre pays… Cela ne passera jamais, ce n’est pas dans le contrat du gouvernement” live sur Facebook

#Italia

Immanquablement les partisans de l’immobilisme, les négationnistes de l’échec de la prohibition renchérissent en chœur  comme le ministre de la famille Fontana qui réagit ainsi :

Les propositions sur la légalisation de la consommation de cannabis ne sont pas approuvées. En fait, cela ne fait pas partie du contrat du gouvernement ni de l’ordre du jour de la Ligue. Nous sommes donc surpris que des projets de loi présentés semblent plus provocants qu’autre chose.”

 

La bataille politique s’annonce rude. De son côté le jeune Padawan Matteo Mantero, dépositaire de la proposition de loi, a reçu le soutien de Maître Yoda, Beppe Grillo, ancien humoriste et fondateur du mouvement M5S. Mais qu’en est il sur le terrain? Apparemment, on est toujours dans la boue sur la Planète Dagobah….

Cannabis Light (saber), c’est la bataille juridique: le tribunal a jugé les saisies “régulières” pour 750 000 euros.

Le même jour que les déclarations de Salvini, la commission de révision a décidé que la saisie d’environ 73 kilos de «cannabis light», (que nous relations ici même il y a un peu plus d’un mois) était régulière.

Exploitée dans 17 magasins de cannabis légal à Forlì, Cesena, Cesenatico et Savignano, soit la totalité des magasins de la province, la marchandise a une valeur totale qui avoisine les 750.000€!

Car l’activité des stormtroopers dans les magasins de cannabis s’est poursuivie ces derniers jours. Les contrôles de la “Squadra Mobile” (en italien dans le texte) ont permis de saisir 550 grammes supplémentaires dans deux autres magasins de la ville de Forlì.


Les propriétaires des magasins concernés ont collaboré pendant les contrôles et sont ensuite intervenus, comme ‘Luke Skywalker’, directeur d’une entreprise qui fournit plusieurs magasins en franchisage sur toute l’Italie et à l’étranger.

Son siège, ainsi que nombre de ses magasins et sites de production, se trouvent dans la province de Forli, au beau milieu des troupes de l’empire…

* * *

 

Voici ce que nous avons pu déchiffrer de son message qui nous est parvenu par l’intermédiaire de R2DWeed, un droïde un peu bizarre…

 

“Nous demandons aux législateurs une réglementation claire sans laquelle il est impossible de travailler. Qu’ils décident du taux de THC, de l’emballage, de l’étiquetage, de tout…

Nous exigeons donc que les institutions nous montrent la voie à suivre afin que de tels événements ne se reproduisent plus…

Car fouiller un ou plusieurs magasins, réquisitionner la marchandise de manière aléatoire et vider les étagères, c’est tuer un marché qui est quand même estimé à 40 millions d’euros.”

 

En gros la rébellion et les jedi ont les mêmes idées et cherchent à mettre en place un plan infaillible pour éviter que l’étoile de la mort de la république ne les détruise…

Mais que fait Han Solo?? 

#Plus sérieusement…

La commission de révision s’est exprimée sur la légalité des saisies des produits mis en vente libre, mais pas sur les crimes allégués par le procureur pour une telle action, destinés plutôt à un jugement de mérite du juge qui sera appelé à les évaluer.

La note conclut que “les aspects du mérite du crime ne peuvent être évalués à cet égard et qu’ils auraient besoin d’un avis institutionnel spécifique « .

Ainsi, pour cette commission, il semblerait que le cadre réglementaire actuel ne permette pas de statuer sur nos amis du secteur cannabique Italien.

* * *

Aujourd’hui, la législation prévoit que les fleurs séchées qui n’ont pas subi de processus de travail ou de transformation ou qui n’ont pas de but exclusif d’utilisation ornementale ne peuvent être ni vendues ni offertes librement au consommateur.Il s’agit de l’hypocrisie substantielle de la loi 242/2016, qui prévoit la possibilité de cultiver du cannabis avec peu de principe actif (Thc jusqu’à 0,6), la possibilité de le commercialiser (avec Thc jusqu’à 0,5, paramètre défini par la Cour suprême en 2016), mais l’interdiction de l’utiliser « à des fins récréatives » (c’est-à-dire fumer ses fleurs), en limitant son utilisation uniquement « à des fins ornementales » (c’est-à-dire les regarder ou les utiliser comme parfums pour l’environnement).

 

Mais pour le bureau du procureur général de Forlì, les fleurs saisies ont un taux de THC au-delà du taux consenti, et donc soumises à la réglementation en matière de stupéfiants.

 

La confusion règne et la bataille fait rage sur tous les fronts! La suite dans l’épisode VI… Que la force soit avec vous.

 

FX

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources:

Corriere della Sera

Facebook

ForliToday

– François Xavier Mombelli pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 373 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.