Le kif médical est désormais légal au Maroc

Publicité

Buralzen-LeCannabiste-BN

C’est désormais officiel: depuis le 22 Juillet 2021 il est devenu légal de cultiver et de produire du Cannabis au Maroc, mais attention seulement si c’est dans un but médical, ou industriel. Cette blague.

Le premier producteur mondial de haschich passe un cap, la légalisation de la production tout en maintenant la prohibition de l’usage sur son propre sol. Le kif médical est désormais légal au Maroc et sur Le Cannabiste.

 

* * *

Le Cannabis est la plante de tous les paradoxes. Il ne tue pas, pourtant il est interdit. Il est reconnu comme médicament, pourtant ses consommateurs récréatifs en recherchent les effets indésirables.

sweetseeds

En gaule, il y a ceux qui refusent de l’admettre et ceux qui vous regardent avec un petit sourire, l’œil en coin car ils y ont déjà goûté: environ un Français sur 2.

#Flou

« Le Bulletin officiel du 22 juillet 2021 vient de rendre publique la loi 13.21 relative à la légalisation de son usage licite à des fins médicales et industrielles » –Source

 

Il faut garder les pieds sur terre, le premier producteur mondial de kif risque de mettre un certain temps avant de voir son commerce régulé pour de bon. D’ici là un flou artistique entoure le déroulement des opérations.

 

À lire sur Le Cannabiste

a lire sur le cannabiste 1

 

Premièrement, la loi est promulguée mais visiblement rien n’est prêt pour la mettre en œuvre. Le gouvernement Marocain évoque toujours la création d’une « Agence Spécialisée » mais pour l’instant cette dernière n’a encore pas de nom ni de responsable.

 

* * *

Secundo, les coopératives de Cannabis au cœur de ce projet, ne sont pour le moment qu’un principe. Une mosaïque de petits cultivateurs pour la plupart clandestins se répartissent la production.

Alors Il faut imaginer l’écosystème en place après 50 ans d’interdiction, donc de marché noir. De ce que les enquêtes journalistiques sérieuses ont démontré. Il existe de vastes réseaux de distribution, s’étendent depuis le rif jusqu’aux places forte du pouvoir et de l’industrie au Maroc et en Europe.

Alors on peut s’interroger: pourquoi le légaliser?

#Calmos

En fait la légalisation marocaine n’en a que le nom. C’est une souplesse qui regardera uniquement les producteurs agréés et autorisés. Un investissement attendu par de nombreux groupes et exploitants étrangers.

Du côté des petits producteurs locaux l’inquiétude est grande. Le marché local du Cannabis médical ou bien être reste souterrain.

  • Le Maroc n’a pas de programme de Cannabis médical
  • Aucun produit santé ou bien-être n’y est encore disponible
  • Les médecins ne dispose ni de formation ni de prescriptions au Cannabis

Mais surtout, le Maroc reste signataire de la convention unique de1961 de l’ONU sur l’usage des stupéfiants, dont le Cannabis à peu de choses près comme en France … Les usagers resteront punis à l’identique.

Un article complet et gratuit à lire sur Maroc Hebdo

maroc hebdo
Capture d’écran Maroc Hebdo – Tous droits réservés

 

* * *

La consommation et le commerce de détail restent pour l’instant totalement prohibés, sauf si c’est un médicament. Et là il va falloir se lever de bonne heure, car aucun décret de définition des pathologies concernées ou des taux n’est encore proposée, alors que cette loi entre en vigueur.

Pour des milliers de producteurs et pour le marocain de base, rien ne change. Le marché parallèle risque de durer encore longtemps

 

sunset 2395035 1920
Image @ Pixabay

 

Pour ce qui est de la portée du Cannabis médical, ce marché d’exportations se chiffrera en milliards d’Euros  chaque année. Il faut voir dans le dernier rapprochement entre Israël et le Maroc la volonté de ce dernier de saisir une balle au bond. Les vols commerciaux viennent d’ailleurs tout juste de reprendre entre ces deux pays.zzzzz

 

À l’heure actuelle les agriculteurs marocains reçoivent environ 4% du prix final du produit en bénéfice brut. Après la légalisation ce prix de revient pourrait être multiplié par 3. La majeure partie des quelques 100 000 cultivateurs marocains ne gagne pas plus de 100 dirhams par jour (10 euros). (Source: Le Monde abonnés).

 

Avec ce changement de paradigme qui ne regarde que les producteurs, le consommateur marocain reste dans l’illégalité. Mais pas que. Comment croire que le premier employeur du pays va gentiment passer la main aux corporations. « Le processus sera long et complexe, le marché légal va devoir exister avec le marché illégal » Kenza Afsahi – Le Monde.

#La boulette du chef

Conséquence majeure également: la production non déclarée de Kif, ne conduira plus  en prison mais des amendes sont désormais prévues pour les cultivateurs irréguliers. On vous laisse imaginer le volume des exportations clandestines à venir en proportion du marché légal …. pour de nombreuses années.

 

À lire sur Le Cannabiste

a lire sur le cannabiste23

 

Une chose est sure, devant le désastre de 50 années de prohibition, tandis qu’en France Manu la menace, réinvente la guerre à la drogue, le Maroc d’aujourd’hui invente son futur.

 

* * *

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter / Instagram

Sources : Le Monde // Maroc hebdo

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

 

A propos Jean-Pierre 952 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.