Les ministres Ougandais approuvent le plan Cannabis

Publicité

L’ensemble des cabinets ministériels Ougandais réunis en conseil Lundi dernier viennent d’approuver un ensemble régulations pour la production et l’exportation de Cannabis, principalement vers l’Europe. Mise à jour en médecine Africaine sur Le Cannabiste.

* * *

Le pays des Gorilles et des hippopotames niché au coeur de l’Afrique: l’Ouganda, se met peu à peu en route avec le Cannabis à usage médical.

 

 

#A Chaud

La décision date de la semaine dernière. C’est l’issue  d’un comité interministériel composé de délégués du Ministère de la santé et de celui du Contrôle des Drogues et Stupéfiants : le NDA en Ouganda.

 

Image Leila Boujnane @Unsplash

La réforme date de 2015, une mise à jour du ‘Drug and Psychotic Substances’ Ougandais permet la culture de Cannabis à visée médicale.

 » Les exportations de marijuana d’une ferme du district de Kasese comprennent le cannabinol (CBD) et le tétrahydrocannabinol (THC) avec un mélange de 2,7 mg de THC et 2,5 mg de CBD pour les médicaments Sativex approuvés aux États-Unis, en Europe et au Canada. Oil Rosin contient du Dronabinol pour la fabrication de capsules de Marinol et des crèmes enrichies en CBD pour divers troubles cutanés. « 

A l’heure actuelle deux entreprises se partagent le gâteau : Industrial Hemp Unlimited et Pharma Limited, un groupe Israélien qui a investi plus de 360 Millions de Dollars dans cette opération.

Image Bill Wegener @Unsplash

#Ruée vers l’Hors

Les conditions de production et de transformation ont été contrôlées par une délégation de l’Union Européenne en Août dernier. Depuis la production est lancée, mais pas encore les exportations.

 » Les inspecteurs de l’UE ont également certifié WHO-GAP (Lignes directrices sur les bonnes pratiques agricoles et de collecte (GACP) pour les plantes médicinales; EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) -Guideline on GAP et GACP pour les plantes médicinales à base de plantes. Ils ont également approuvé la propagation par clonage de matériel végétal, culture, récolte, séchage, emballage et stockage des inflorescences de cannabis à usage médical. « 

Image Francesco Ungar @Unsplash

Les demandes de licences affluent. Plus de 100 entreprises du monde entier sont à présent sur les rangs pour produire leur Cannabis depuis le sol riche et l’air propre de ce petit pays Africain.

Mais la barre est haute, en plus de fonds de trésorerie disponibles immédiatement, l’état Ougandais demande une capitalisation de base de 5 Millions de dollars aux investisseurs, de base.

Jane Ruth Aceng, la ministre de la santé de l’Ouganda qui est en charge du dossier doit à présent valider les propositions des différents cabinets. En raison des mesures liées au Coronavirus ce dossier qui prend un peu de retard devrait voir une issue définitive avant l’été.

* * *

L’ouganda est définitivement devenu la chasse gardée des grands groupes multinationaux. Le Cannabis y reste inaccessible au citoyen de base pour se soigner, son usage et sa culture restent réprimées par l’état.

Incarnation du nouvel or vert, manne outrancière d’argent frais, les nouveaux visages du Cannabis sont ceux de la finance et des multinationales.

Image Melissa Askew @Unsplash

D’un côté du monde les précieuses molécules dans un écrin blanc à des prix prohibitifs pour des patients fortunés. De l’autre l’exploitation et la prohibition.

Inutile de s’attendre à ce que ça change? Ça a déjà commencé.

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources : La Marihuana /// Daily Nation /// Daily Monitor

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook

A propos jean-pierre 537 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.