L’urine des Cannabistes produit de l’électricité

Publicité

Recherche : une équipe de scientifiques Turcs de l’université d’Istanbul vient de démontrer qu’il était possible de générer plus facilement de l’électricité à partir de l’urine de consommateurs de Cannabis. En cause? Le THC métabolisé par l’organisme.

Énergies renouvelables et microbiologie du pipi, vous êtes sur le Cannabiste. Ici tout est vrai, même la date.

* * * 

Vous le savez, nous le savons, je le sais, tout le monde le sait : la planète entre dans une phase de crise écologique profonde, peut-être même irréversible.

Épuisement des énergies fossiles, disparition des espèces, basculement climatique. N’en jetez plus l’urinoir est plein.

Illustration Elysium – Sony Pictures Entertainment

Désormais tous les moyens sont bons pour répondre aux défis de l’économie verte de demain, à commencer par les plus audacieux : les sources d’énergies renouvelables et l’eau potable. 

Simultanément sur ces deux chapitres, le Cannabis semble avoir un message pour l’espèce humaine.

#Pipi power

Le terme énergie électrique désigne toute énergie transférée ou stockée grâce à l’électricité. Cette énergie est transférée d’un système à un autre par un mouvement de charges.

Les systèmes susceptibles de fournir de l’énergie par transfert électrique sont les alternateurs ou des systèmes chimiques comme les piles notamment. Wikipedia

Qui dit pile, dit réaction, voyons rapidement de quoi est réellement fait le pipi d’un fumeur de joints, pour la circonstance.

95% d’eau

2% de sels minéraux

3% d’urée, un mélange de carbone, d’oxygène, d’azote et d’hydrogène

Le THC de la veille (NDLR entre autres cannabinoïdes!)

#Pipi combustible

L’idée des chercheurs c’est d’aller récupérer les atomes d’hydrogène présents dans l’urine  afin d’utiliser ce dernier comme une source  énergie. C’est toutefois un principe assez ancien.

La découverte de ce principe date de 2010 c’est l’université écossaise d’Edimbourg à qui on doit la découverte. Une annonce qui avait fait grand bruit à l’époque révélée par cet article de Hazel Muir sur le New Scientist.

Schéma : principe de la pile biologique – Image @ Fb

Oui mais voilà, récupérer l’hydrogène procède d’une réaction chimique, à partir de l’urine. Et c‘est à partir de ce moment là que ça devient intéressant.

Grâce à l’action du THC les composant de l’urée se retrouvent beaucoup plus facilement séparés les uns des autres, permettant une meilleure production d’électricité par électrolyse. 

#Double effet THC

Outre les multiples fonctions de cette molécule active sur le corps humain, l’expérience en laboratoire avec le THC révèle deux observations scientifiques importantes.

  • La dépuration de l’eau des métabolites
  • La production accrue d’énergie électrique

Les scientifiques Turcs se sont effectivement penchés sur une comparaison de résultats entre de l’urine de synthèse et de l’urine humaine imprégnée de COOH-THC.

A dosage similaire l’urine de synthèse donne effectivement de meilleurs résultats, mais l’urine au COOH-THC dépasse en performances l’urine classique.

Le COOH-THC, c’est la version métabolisée du THC qui demeure dans le corps longtemps après la consommation. Cette molécule qui se stocke aussi dans les tissus gras est naturellement évacuée petit à petit par les déjections. 

D’après l’étude publiée ici l’urine qui contient du THC peut générer entre 0.25V et 0.35V tandis que 62% des autres métabolites humaines du Cannabis sont dégradées grâce au COOH-THC dans cette configuration.

#Pile Bio

L’idée derrière ces recherches scientifiques c’est la mise au point de véritables piles biologiques totalement écolos. C’est très sérieux.

Outre les qualités évidentes de ces dispositifs en matière de développement durable, le COOH-THC permettrait d’assembler des unités de production d’énergie verte, tout en purifiant les eaux usées ou stagnantes des autres Cannabinoïdes métabolisés.

Crédits : Facebook

Donnez leur de l’herbe ils vous feront du courant … Avec la multitude de composés présents dans ses fleurs, l’herbe philosophale n’a pas fini de nous électriser.

De là, à ce que les fumeurs de pétards soient déclarés source d’utilité publique il n’y a qu’un pas, que nous ne franchirons pas aujourd’hui car il ya déjà longtemps qu’on l’a fait.

 

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources : La Mota  //// Science Direct 

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

 

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 372 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.