Prohibition à l’italienne: La police dans les écoles

Publicité

Crédits Pixabay

En septembre 2018, le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, a présenté le décret-loi ‘Écoles sûres. C’est une décision qui vise à mettre fin au trafic de drogue, en tout particulier celui de Cannabis, dans les établissements scolaires. Si la question que l’on pouvait se poser il y a quatre mois était: ‘Est ce que ce sera dans l’intérêt des jeunes?’ Éléments de réponse sur Le Cannabiste.

* * *

#Haut les mains!

La nouvelle loi mise en oeuvre par la majorité, a été budgétée pour une somme modique de 2,5 millions d’euros, voici les principaux axes de cette mesure:

  • Des contrôles avec des unités cynophiles dans les écoles et les bus
  • L’installation de systèmes de surveillance vidéo
  • Le recrutement de nouveaux policiers urbains
  • Des primes spéciales pour la police locale
  • Des campagnes d’information sur les stupéfiants dont principalement le Cannabis dans les écoles (NDLR : ou de désinformation? D’accord je sors.)

 Plus de 2000 agents sont concernés dans certaines communes Italiennes, on connaît le montant des budgets alloués:

  • Bari (81 500 euros),
  • Bologne (98 250 euros),
  • Catane (78 500 euros),
  • Florence (96 000 euros),
  • Gênes (146 250 euros),
  • Messine (59 000 euros),
  • Milan ( 344 750 euros),
  • Naples (243 750 euros),
  • Palerme (168 750 euros),
  • Padoue (53 000 euros),
  • Rome (724 750 euros),
  • Turin (222 750 euros),
  • Trieste (51 500 euros),
  • Venise (66 000 euros)
  • Vérone (62 250 euros)
Crédits Pixabay

Seulement voilà, sur Facebook, plusieurs posts portant les témoignages d’étudiants et de leurs parents très choqués par les méthodes brutales utilisées par les force de l’ordre commencent à tourner en boucle. Les intrusions à l’improviste dans les classes, les fouilles dans les bus ou devant les lycées. Des scènes qui se répètent sur tout le territoire et on commence à reprocher aux forces de l’ordre leur attitude de ‘cow boys’.

* * *

A Naples, les élèves du lycée Antonio Genovesi se sont retrouvés confrontés aux unités cynophiles situées à l’entrée du lycée. Les chiens anti-drogue inspectent chaque élève un par un, avant de les laisser entrer dans la classe. Réaction immédiate des étudiants du lycée napolitain qui, à travers les réseaux sociaux, ont qualifié cette mesure de : « inacceptable ».

« Ce matin, nous nous sommes retrouvés à l’entrée de l’école avec des agents qui  fouillaient de nombreux élèves, ils nous ont même menacé de monter dans les salles de classe. » 

Ein, zwei, drei, polizei, tous en rang pour l’inspection, plutôt sympa l’ambiance en arrivant le matin pour aller étudier au lycée …

Crédits : NC

#Peau de Lapin

Depuis le début l’opération, les forces de l’ordre ont saisi 5 kg de Cannabis, sur tout le territoire Italien. Du coup cela pose question mathématique, un excellent problème à poser en classe : Combien chaque gramme de Cannabis saisi pendant cette campagne a t-il coûté aux contribuables? 

Et on a pas eu besoin de calculer nous mêmes, puisque deux représentants du parti radical de gauche s’en sont chargés pour nous : Michele Usuelli, et Barbara Bonvicini. Ils sont respectivement conseiller régional, et présidente du groupe parlementaire des radicaux.

Selon un rapport que Usuelli a présenté ces derniers jours au Conseil régional de Lombardie chaque gramme coûte 500€ à l’État. Dites-donc la weed est moins chère en Suisse ou en Grèce ces jours-ci non?

« Un coût excessif pour l’administration publique et une utilisation de ressources décidément excessives » Michele Usuelli

“Les opérations de police dans les écoles sont doublement dangereuses – conclut Barbara Bonvicini, présidente des radicaux italiens – car d’une part, elles traînent des enfants dans le circuit judiciaire, entachant de manière indélébile leur avenir et, d’autre part, de part les perquisitions effectuées, exposent les jeunes au ridicule public de la part de leurs camarades de classe et contribuant à créer un sentiment de honte individuelle, préjudiciable lorsqu’il est vécu à l’adolescence”. Barbara Bonvicini

#La prohibition : au piquet !

On ne peut que vivement questionner les résultats de ce genre politique ultra prohibitionniste comme la loi ‘Écoles sûres’. En France, nous sommes bien placés pour en juger, car avec des lois les plus répressives d’Europe en matière de Cannabis, nous demeurons les premiers consommateurs Européens et les jeunes n’ont jamais été autant exposés au phénomène. Un constat édifiant.

Crédits Prohibition Partners

Pourtant des études comme celle de l’université de Berkeley ont prouvé que dans un pays comme les Pays-Bas, où le Cannabis est toléré depuis 1976, la consommation chez les 15-24 ans était même descendue de 14,3 % à 11,4 % entre 1997 et 2005Il en est de même au Colorado où la légalisation plus récente en 2014 a permis de constater que la consommation chez les plus jeunes stagnait d’après le Healthy Kids Colorado Survey.

Pour finir, d’après les témoignages des enseignants dans la presse, il semble que le problème des écoles Italiennes soit plus porté sur leurs structures vieillissantes et dangereuses pour les élèves que sur quelques grammes de Cannabis.

* * *

Forza Italia! Le chien prohibitionniste Européen continue visiblement de jouer avec sa queue. Malheureusement cette fois-ci ce sont les mômes Italiens qui en font les frais.

Remarquez d’ici à ce que le Ministre de l’intérieur ne vienne leur expliquer au tableau, comment on utilise un fusil sur un manifestant …. Pourrait-on même s’imaginer pareille abomination ?  

 

L’exemple en une image : uniformes, chien anti drogue mais les volets qui ne se ferment plus, ont été remplacés par des journaux en papier. Crédits Facebook

FX

* * *

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources Facebook // Dolcevita.it // Ilmessaggero.it 

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments