Tunisie : le COLEC met la pression

Publicité

L’idée de la légalisation du Cannabis progresse au delà des océans et des frontières, comme une revendication des peuples à disposer légitimement de cette ressource, surtout là où elle est abondante. Aujourd’hui nous partons en Afrique du nord en Tunisie, Le Cannabiste vous emmène à la rencontre du COLEC. Le collectif qui œuvre pour la légalisation de la weed en Tunisie. Zatla power !

* * *

Culturellement parlant, la différence majeure entre les pays du Maghreb et la Gaule, c’est doute qu’au Maghreb les produits Cannabiques du terroir y sont disponibles depuis toujours, une tradition ancestrale.

Capture d’écran Google maps – Tous droits réservés

Rappelons tout de même que le Cannabis avait été introduit en Tunisie par les Arabes entre le IXe et le XIIe siècle. Mais un beau matin de 1953, une bande de types en costards ont décrété que la belle verte c’était terminé au profit du pinard et de ses dérivés, le 23 Avril 1953. 

* * *

Sur un plan historique, imaginez à l’inverse qu’une autre bande de types en turbans aient décrété le califat en Europe dans les années 50 et y aient rigoureusement interdit le pinard et toute forme d’alcool. Et bien c’est à peu près la même. En Tunisie, le Cannabis est interdit et son usage durement réprimé depuis la colonisation.

Résultat : en quelques décennies, avec une consommation de 1,26 litres d’alcool pur par an et par habitant de plus de 15 ans la Tunisie est devenue le plus gros pays buveur d’alcool d’afrique du nord (Source OMS)

Crédits Wikimedia Commons

* * *

Pourtant ce ne sont pas les consommateurs qui manquent en Tunisie. Selon Karim Chair de l’association COLEC, le pays compterait 3 Millions de consommateurs dont 300 000 quotidiens, pour un pays de 12 Millions d’habitants c’est assez énorme.

Crédits COLEC @FB

Pour ramener ça à l’échelle de la France, l’hexagone compterait alors 15 Millions de consommateurs dans les proportions identiques, pourtant la loi est sans merci… Ça y est vous voyez le tableau?

#Zatla

c’est le mot d’argot local qui désigne le Cannabis dans la langue populaire en Tunisie. ‘La Zatla’ ça marche pour tout, le haschich, les fleurs, tous les concentrés, c’est pratique, tout est ‘Zatla’.

Et la Zatla si elle ne coûte pas cher en Tunisie par rapport à l’Europe, peut aussi rapporter gros là bas : entre 1 et 5 ans de prison pour usage et détention, 25 ans pour trafic … le pactole.

Le paradoxe de ce grand pays du Maghreb où les Français aiment tant passer leurs vacances c’est que le Cannabis y est très largement consommé. Pour autant les arrestations pour usage de Cannabis y sont fréquentes pour ne pas dire quotidiennes. Il se murmure aussi que depuis longtemps la police utilise la prohibition du Cannabis pour interpeller, perquisitionner et arrêter un peu qui bon lui semble. Colonisation quand tu nous tiens …

Crédits COLEC @FB

Dans ces conditions, la délation aussi est monnaie courante et la police utilise des tests urinaires pour confirmer les signalements. Au dessus de 20 nanogrammes de THC par litre, c’est entre 6 mois et un an de prison. Selon les quantités saisies, Zatla a beau être un mot rigolo en bouche, lorsqu’il tombe dans l’oreille de la justice Tunisienne, elle ne rigole pas.

* * *

#COLEC

À l’heure actuelle, la prohibition du Cannabis en Tunisie est mise en application sur la base de la loi 52 promulguée pendant la dictature Ben Ali.  Un texte sympa qui interdit aux magistrats de prendre en compte les circonstances atténuantes garantissant en quelque sorte un certain niveau de des ‘peines plancher’ à tous les consommateurs incarcérés pour cela. C’est la loi … 

Selon l’ONG Human Rights Watch à la fin de 2016, pas moins de 30% des personnes détenues en Tunisie l’étaient pour du Cannabis.

  • 7451 personnes étaient emprisonnées en Tunisie pour usage ou trafic de Cannabis
  • 4189 avaient été condamnés les autres détenus par mesure préventive. (NDLR: Hallucinant!)

L’association COLEC s’est montée autour d’un enseignant de 41 ans Karim Chaiir. 

Crédits COLEC @FB

L’association dénonce le coût social et l’inefficacité du dispositif législatif  qui encadre la consommation de Cannabis en Tunisie. COLEC a démarré ses activités militantes à la charnière 2018/2019 la page Facebook se trouve ici.

#We need you

En ce moment précis COLEC recrute des bénévoles parmi le peuple de l’herbe Tunisien mais aussi chez tous ceux qui pensent qu’une nouvelle idée de la paix sociale est possible avec le Cannabis.

  • Couper les vivres du marché noir
  • Dynamiser l’économie et l’agriculture
  • Apaiser la société, créer de la justice
  • Développer la médecine et la recherche

COLEC parle aux Tunisiens de manière sobre et discrète, pas de logos tape-à-l’oeil ni de feuille de Zatla en accompagnement de leurs revendications. Pas de message direct en guise de provocation ni de joints envoyés aux députés par la poste.

* * *

Jusque là leur style ce serait plutôt les salons feutrés, les soutiens des élus, petits fours et présentation powerpoint de leur projet en mode ‘On voudrait pas trop déranger’. Mais ça c’était avant.

 

Crédits COLEC @FB

Aujourd’hui le COLEC recrute massivement des bénévoles pour porter la parole de leur mouvement à travers tout le pays. Et vu leurs ambitions par le nombre on va devoir leur filer un petit coup de main. 😉

Au programme des prochaines actions du COLEC : une tournée parlementaire au cours de laquelle le collectif va aller à la rencontre des élus de tous les blocs. Mais aussi et surtout une grande marche qui sera organisée le 4 mai à Tunis : restez connectés sur la page Facebook du COLEC pour en connaître les détails. 

Crédits COLEC @FB

#Tunisie lève toi !

Le COLEC recrute avec humour dans des proportions épiques, jugez-plutôt

  • 20 000 bénévoles pour coller des affiches (NDLR: fichtre !)
  • 50 000 bénévoles pour l’activité en ligne (NDLR: diantre !)
  • 100 000 bénévoles pour le porte à porte (NDLR: bigre !)

Vous l’avez compris c’est une blague, non le COLEC ne recrute pas 170 000 personnes pour protester contre la prohibition du Cannabis ;). Enfin, disons, ça dépend, vous etes partants?

Au programme de leurs actions, rencontres avec la population, affichage et tracts, mais également des réunions publiques comme celle qu’ils viennent d’organiser à l’Hôtel Tunisia Palace.

 

 

Bref vous l’avez compris le COLEC mobilise tout ce qui marche, tous ceux qui roulent, tout ce qui vole, tout ce qui flotte et tous ceux qui le souhaitent à les rejoindre dans une bataille épique qui ne fait que commencer et dont tout le monde connaît l’issue : La légalisation contrôlée du Cannabis en Tunisie.

* * *

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources : COLEC //// Mosaïque FM //// Kapitalis //// Tunis Webdo

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

 

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 340 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.