30 ans pour un joint : Tunisie justice barbare

Publicité

Trois personnes viennent d’être condamnées à 30 ans de réclusion criminelle pour avoir fumé une cigarette de Cannabis en Tunisie. Ce jugement rendu il y a trois jours tient compte du lieu où le Cannabis a été consommé à priori: un terrain de sport.

Aujourd’hui les nouvelles fraîches de l’herbe sèche ça veut dire libérable en 2051. 30 ans pour un joint sur Le Cannabiste : Tunisie justice barbare.

 

* * *

Vous pensiez qu’avec le prétexte de la répression routière pour punir l’usage du Cannabis, la délation, les hélicoptères, les coups de matraque les amendes en France on vivait un enfer ? Attendez de voir la belle Tunisie.

L’usage illégal de Cannabis pour la justice de ce pays du Maghreb, c’est probablement pire que de battre et de violer une personne.

#Printemps qui dure

La Tunisie n’est toujours pas sortie de la période trouble de son propre ‘printemps’.

Dix ans après une série de soulèvements qui avaient été qualifiés de ‘révolution’ ou de ‘printemps arabe’. Un profond sentiment d’injustice et une certaine frustration demeure au sein du peuple Tunisien.

 

 

Une décennie plus tard, la situation économique reste la même, les sondages montrent que la corruption n’a pas reculé. Jugez plutôt.

* * *

  • Près de neuf Tunisiens sur 10 affirment que la contrebande est un problème majeur (71%) ou un problème mineur (16%) dans le pays.
  • Près des deux tiers (63%) des Tunisiens pensent que le niveau de corruption a augmenté «quelque peu» ou «beaucoup» au cours de l’année écoulée
  • Sept Tunisiens sur 10 (69%) jugent insatisfaisante la performance du gouvernement dans la lutte contre la corruption.
  • Près des deux tiers (63%) des Tunisiens disent que les gens risquent des représailles s’ils dénoncent la corruption aux autorités

Source One to One for Research and Polling le 30 septembre 2020 / Tunis

 

Des lois iniques restent en vigueur, en matière d’usage de Cannabis: une prohibition sans limites, la répression jusqu’à l’écœurement.

#Tribunal

La suite en images, vous ne parlez pas l’arabe? Nous non plus.

Pas besoin de traducteur pour exprimer la détresse de ces mères. Leurs fils viennent d’être condamnés à 30 ans de prison pour usage et détention de Cannabis.

 

Images COLEC – Tous droits réservés

#COLEC

À l’heure actuelle, la prohibition du Cannabis en Tunisie est mise en application sur la base de la loi 52 promulguée pendant la dictature Ben Ali.

Un texte sympa qui interdit aux magistrats de prendre en compte les circonstances atténuantes garantissant en quelque sorte un certain niveau de des ‘peines plancher’ à tous les consommateurs incarcérés pour cela. C’est la loi … 

 

À lire sur Le Cannabiste

 

Selon l’ONG Human Rights Watch à la fin de 2016, pas moins de 30% des personnes détenues en Tunisie l’étaient pour du Cannabis.

  • 7451 personnes étaient emprisonnées en Tunisie pour usage ou trafic de Cannabis
  • 4189 avaient été condamnés les autres détenus par mesure préventive. (NDLR: Hallucinant!)

 

 

* * *

 

Les militants de l’association COLEC qui défendent la légalisation du Cannabis étaient sur place. Nous avons parlé à Karim Chaiir, il est l’un des porte parole de ce collectif.

« Trois jeunes tunisiens âgés de 20, 26 et 40 ans sont jugés par 30 ans de prisons suites a la consommation d’un joint. Une peine maximale pour la simple raison que le lieu de la consommation est un terrain de foot presque délaissé.

Le collectif COLEC a organisé aujourd’hui le 1 février à 11h devant le tribunal du kef avec la participation des députés Zied Ghanney, Amal Saidi et Farès Blel. » Karim Chaiir du COLEC pour Le Cannabiste

 

Images COLEC – Tous droits réservés

 

#30 ans pour 1 joint

« Le verdict a été dénoncé par Amnesty International, la directrice du bureau régional de l’ONG, Amna Guellali, jugeant « inacceptables par principe toutes les condamnations émises concernant la consommation et la possession de stupéfiants ».

Il s’agit d' »un moyen de dissuasion visant les jeunes, non pas pour introduire des réformes sinon pour briser la jeunesse », a-t-elle ajouté. » – Source France Info

 

En se comportant encore et toujours, comme le valet d’une prohibition défunte la justice Tunisienne donne un nouveau sens au mot: ‘honte’

Un asservissement devenu discutable, une vertu devenue le symptôme d’un attachement endémique à des principes coloniaux abominables. Qui pour libérer la Tunisie de cette dépendance morale?

 

Crédits COLEC @FB

 

#Barbares?

30 ans pour un joint? Manifestement le totalitarisme colonial n’est pas mort, en Tunisie il porte même un numéro: le 52, les lois didactoriales de Ben Ali demeurent.

Oui lorsqu’on a fait le tour du principe: pour une plante non létale et qui soigne l’humanité depuis toujours, le mot qui vient à l’esprit c’est celui de barbare.

Car s’appliquer aussi méthodiquement au culte de l’injustice ne relève plus de l’humanité ni de la civilisation: carton rouge.

 

 

* * *

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter / Instagram

Sources : COLEC //// France Info //// Amnesty International //// TV 5 Monde

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

A propos jean-pierre 784 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.