Cannabis médical au Royaume-Uni : entre injustice et incompétence

Publicité

-50 pourcent stormrock avec lecannabiste
cannabis et drapeau royaume uni

Le cannabis à usage thérapeutique est légal depuis 2018 outre-Manche. Malgré cela, bon nombre de combats et injustices perdurent. 5 ans après la légalisation, qu’en est-il des patients qui peuvent (ou essaient) de bénéficier de cannabis médical ? Les enfants sont-ils laissés pour compte ? Les policiers vont-ils enfin apprendre à lire une ordonnance avant de passer les menottes à de braves gens ?
Légalisation du cannabis à des fins médicales au Royaume-Uni et absurdités policières, juridiques &CO, ça se passe sur Le Cannabiste !

Des patients menottés pour avoir pris leur traitement…

Tranquillement en train de discuter avec sa sœur, tout en vaporisant les fleurs de cannabis médical qui lui ont été prescrites, un homme de 24 ans [administrateur du NHS] s’est vu passer les menottes suite à un contrôle de police.

Forcément, que les fleurs soient médicales ou issues du marché noir, elles sentent fort. Les policiers alors interpellés par l’odeur ont tout de suite traité l’individu en tant que “délinquant”. Les deux messieurs, vêtus de leur uniforme, ont jugé que ces médicaments n’étaient pas légaux.
Surement n’étaient-ils pas au courant que des fleurs de cannabis pouvaient être prescrites (en l’occurrence pour soigner l’anxiété et la dépression) ?
L’homme a été plaqué au sol avant d’être menotté, car il a émis un geste de recul, étant dans l’incompréhension et la peur (ce qui peut se comprendre lorsqu’on n’a pas l’habitude de faire face aux forces de l’ordre). Sa sœur a, elle aussi, été arrêtée.

L’homme de 24 ans restera enfermé pendant 6 heures. Il déposera plainte par la suite.
Ce patient n’est pas un cas isolé. Pourtant, ils ont le droit de vaporiser ces fleurs de cannabis, même en public. Pour certaines personnes interpellées, la police a su être compréhensive, pour d’autres, leur médicament a été confisqué (dur dur quand on voit le prix). Pour les moins chanceux, arrestations ou petit tour au tribunal. Certains ont même été menacés d’expulsion de leur domicile, pour un soi-disant “comportement antisocial”. La blague…

Cannabis médical = or vert ?

La grande majorité des prescriptions se font en cliniques privées. Cela est dû à la réticence des services de santé publique. Aussi, il faut passer par un spécialiste, du moins par un médecin inscrit à un registre spécifique. Le cannabis est encore beaucoup stigmatisé, même dans le domaine médical, et le manque de connaissance à ce sujet est flagrant.
La demande est telle, et tellement croissante, que de nombreuses cliniques spécialisées voient le jour pour répondre à la demande.

homme avec un vetement cannabis à londres

Aussi, il faut dire que l’usage de cannabis thérapeutique a un cout, et représente un budget énorme pour les personnes ayant des revenus assez faibles.
À titre d’information, voici les couts moyens d’un traitement à base de cannabis au Royaume-Uni : pour un mois et pour 30g de fleurs de cannabis, comptez environ 200 £ à 300 £. Les huiles sont encore plus chères. Le tarif d’une consultation oscille entre 49 £ et 200 £, en fonction de la clinique.

Un triste petit pactole… Certains patients doivent même réhypothéquer leur maison et poser leurs bagages dans leurs familles pour pouvoir continuer leur traitement.
On comprend bien pourquoi tant de gens continuent à se tourner vers le marché noir pour obtenir des fleurs, certes pas de qualité médicale, mais moins chères et plus accessibles.
En début d’année 2023, un patient a réussi à obtenir le remboursement total de son traitement (un médicament sans licence) par la NHS (l’équivalent de la Sécurité sociale). Depuis, il y a environ 5 prescriptions via le NHS (pour des médicaments sans licence).

Les choses semblent quand même avancer, 5 ans après la légalisation du cannabis à usage thérapeutique. Les défenseurs du cannabis médical sont encore et toujours sur le front, pour faire valoir leurs droits.

-50 pourcent stormrock avec lecannabiste

Les enfants, dans tout ça ?

Il faut savoir que la légalisation du cannabis à usage thérapeutique au Royaume-Uni est en grande partie due à la pression qui a été faite sur le gouvernement, surtout en démontrant que le cannabis constituait un bon remède pour soulager, entre autres, les enfants atteints de formes d’épilepsies graves (et réfractaires). Et pourtant, c’en est suivi des vagues d’injustices tant pour les parents que pour les enfants, car beaucoup se voyaient refuser l’accès à ce traitement pourtant efficace.
Un accès synonyme de parcours du combattant, voire impossible.

La British Pediatric Neurology Association (BPNA) ne semble pas assez soutenir le cannabis médical, alors qu’il semble être le seul espoir pour les enfants souffrant d’épilepsie réfractaire. Encore une fois, la diabolisation de la plante aux mille vertus va bon train…

C’est effarant de voir que tant d’enfants sont laissés pour compte.

***

Si même le Prince Harry vante les bienfaits du cannabis, pourquoi encore en douter ? Ah oui… La bête noire de la famille royale, oups.
En espérant que les choses évoluent en bien, et vite.

A propos Léonard 25 Articles
Propriétaire et directeur éditorial du média Le Cannabiste, ainsi que de plusieurs autres sites informatifs dédiés à cette plante fascinante. Mon engagement va bien au-delà de la simple passion ; il repose sur la conviction que l'éducation et l'information sont les piliers d'une approche éclairée du cannabis. Je suis déterminé à œuvrer pour une perception du cannabis qui reflète sa véritable nature : une ressource précieuse aux innombrables applications.