Commission UE: Mais qui veut la peau du CBD !?

Publicité

Suite aux révélations faites par la représentante de Association Européenne du Chanvre Industriel au cours de son audition à l’assemblée lors de la ‘Mission Cannabis’. On apprend que le CBD serait en passe d’être considéré comme une drogue par l’Union Européenne.

Les deux co-rapporteurs et le président de la #MiCannabis viennent d’interpeller par écrit le ministre Français des affaires étrangères Jean-Yves le Drian pour qu’il tâche d’y mettre bon ordre.

Ce qui est en jeu c’est tout simplement le classement du CBD en produit stupéfiant et l’existence de toute la filière légale qui va avec.

Vulgarisation et lettre type, bienvenue sur Le Cannabiste.

 

* * *

Ça ne doit pas être facile d’organiser la Mission Cannabis dans la France de 2020.

Il y a d’un côté une armée de procureurs déchaînés qui ne voient que l’ordre républicain là ou une majorité des Français  attendent tolérance modernité et compassion.

De l’autre une foule de fonctionnaires dévoués que le bâton démange, et à qui la prohibition donne des zèles. (NDLR: facile!)

 

À lire sur Le Cannabiste

 

En face 5 millions de cannabistes dans une attente qui dure depuis 50 ans, dont plusieurs centaines de milliers de patients potentiels.

Autant vous dire que la pression doit être considérable.

#CBD

Heureusement, le cheval de Troie idéal pour expliquer que le Cannabis en général, n’est ni très dangereux ni mortel, c’est le deuxième composé chimique le plus présent dans les fleurs le CannaBiDiol: le CBD.

Sur le même sujet

 

On va vous la faire courte, jusqu’ici, la tolérance effective du CBD passe par sa présence massive dans les fleurs de chanvre. Il est toléré dans l’Union au titre d’un produit agricole légal et naturellement présent. Par contre ça se complique dès qu’il est question d’en rajouter dans des produits finis, à part pour le CBD dit ‘synthétique’. Plus d’information à ce sujet dans cet article.

Bien que la MILDECA prétende le contraire, en France le droit pénal n’interdit pas les fleurs de chanvre, ni le CBD d’ailleurs dans la mesure où les produits respectent certaines restrictions propres à notre pays.

Pourquoi?

Parce que cela serait juste contraire au droit européen.

 

* * *

 

L’Union Européenne, de son côté a mis en place une série de règles qui permettent d’intégrer le CBD dans les chaines alimentaires via un règlement nommé NOVEL FOOD.

C’est par ce biais que les entreprises qui le pouvaient demandaient une homologation pour les produits contenant du CBD. Il s’agissait d’un processus lent et coûteux mais qui avait au moins le mérite d’exister.

 

Or on apprend : 

La Commission européenne (CE) a récemment suspendu les demandes d’inclusion du CBD dans son catalogue des nouveaux aliments, déclarant que le CBD et d’autres extraits de fleurs de chanvre seraient mieux réglementés en tant que stupéfiants en vertu de la Convention unique des Nations Unies (ONU) sur les stupéfiants de 1961.

Si la « conclusion préliminaire » est maintenue, on ne peut en surestimer les implications pour le marché européen du CBD. En plus de rendre impossible l’existence du marché européen du CBD sous sa forme actuelle, la décision restreindrait également, sur l’ensemble du continent, la recherche et l’innovation sur les cannabinoïdes. (Source)

#La Riposte 

Du côté Français une riposte a pris corps via le député LaREM Jean-Baptiste Moreau, il est aussi éleveur en Creuse, c’est lui le rapporteur général de la Mission Cannabis à l’assemblée.

 

À lire sur Le Cannabiste

 

Dans un courrier qu’il a publié sur son compte Facebook JBM demande au ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, d’intervenir auprès de l’UE afin de mettre un terme à ce changement annoncé. Document ci-dessous

#Toi aussi deviens ministre

Amie lectrice, ami lecteur, toi aussi viens défendre le CBD dans ton pays. Puisque le titre posait la question « Mais QUI veut la peau du CBD ? » On a trouvé la réponse et les responsables.

* * *

La direction de la Santé et de la sécurité alimentaire de l’UE c’est essentiellement quatre fonctionnaires.

Stella Kyriakides Commissaire

Anne Bucher Directrice Générale

Sandra Gallina Directrice Générale adjointe

Claire Bury Directrice Générale adjointe

– Pour les joindre c’est au +32 2 299 11 11 (standard téléphonique de la Commission) –

#Lettre Type

Si vous ne savez pas quoi dire au téléphone, ou bien si vous n’avez pas trouvé l’adresse email de la commissaire générale Stella Kyriades au cab-kyriakides-contact@ec.europa.eu

Nous vous avons préparé un petit courrier type que vous pourrez lui envoyer, un peu comme va le faire Le Drian, mais à la sauce citoyenne

 

* * *

LETTRE TYPE

 

A l’attention des membres de la Direction générale de la santé et de la sécurité alimentaire : Commission européenne
1049 Bruxelles/Brussel
Belgique

OBJET : Reclassement du CBD en Stupéfiants

Chère madame la commissaire, madame la Directrice, mesdames les directrices générales adjointes.

Je me nomme ____________ et je suis citoyen(ne) Français(e) et de l’Union Européenne. 

Nous apprenons que vous vous apprêtez à proposer le reclassement du CBD en stupéfiant.

L’ensemble des agences de contrôle et de régulation à travers le monde considèrent le CBD comme un produit qui procure du bien-être, utile à la santé et aux effets bénins qui est contenu majoritairement dans les fleurs de chanvre.

Je viens vous demander instamment de ne pas porter atteinte à ma liberté de produire de commercialiser et de consommer du chanvre et du CBD en Europe et dans mon pays comme la loi Européenne le prévoit déjà, pour ma propre santé, et dans la mesure ou cela ne nuit à personne.

Vos 6 priorités sont :

  • Une Europe Verte
  • Une Europe connectée
  • Une économie fonctionnelle pour l’Europe
  • Une Europe forte dans le monde
  • La promotion de nos modes de vie
  • Le soutien de l’Europe aux démocraties

Je ne vois nulle part ‘la lutte contre la science sur les Cannabinoïdes et le bien être des citoyens’

Le Chanvre et le CBD sont une aubaine économique écologique sociale et scientifique pour notre continent, je ne comprends pas votre volonté de vouloir les enfermer dans une réglementation punitive.

Quel en serait l’intérêt sinon pour l’industrie alcoolière et pharmaceutique?

Les citoyens qui bénéficient et profitent du chanvre et du CBD ne comprennent pas: pourquoi soudainement les inscriptions au NOVEL FOOD sont interrompues?

Quels sont les intérêts qui vous guident dans le choix de vouloir soudainement considérer le CBD comme un stupéfiant alors que l’AMA et le WHO recommandent tout le contraire?

A présent nous vous voyons et depuis mon pays, nous sommes des centaines de milliers à profiter quotidiennement du CBD. Et des milliers d’entrepreneurs se lancent dans ce commerce légal et salutaire.

Si la dureté de la crise sanitaire n’atteint pas votre compassion, alors allez-y, faites en sorte de punir les citoyens pour du chanvre et du CBD. Faites en sorte de brider un peu plus l’économie et d’empêcher le soulagement par l’effet bien-être de cette plante autorisée.

Mesdames, messieurs, cette fois-ci nous allons vous demander des comptes. Merci d’éclaircir et de motiver sans tarder vos prises de position. Nous attendons.

Un(e) citoyen(ne) Européen(ne)

_______

 

* * *

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook

A propos jean-pierre 675 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.