Attendu par les députés Darmanin se défile

Publicité

Sweetseeds-GreenFriday-LeCannabiste

Gérald Darmanin, le ministre de l’intérieur, était attendu devant les députés et les spécialistes de la Mission Cannabis à l’assemblée, hier après midi le 6 Janvier. Mais ni lui ni sa fidèle Schiappa, n’ont daigné faire le déplacement après la convocation du député François-Michel Lambert.

En lieu et place de l’Intérieur, c’est une représentante du ministère de la santé qui s’est pointée et a lu un texte, rédigé à l’avance par d’autres. Sarah El Haïry, la Secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement est venue payer les pots cassés de la macronie. Elle n’a pas fait le déplacement pour rien … 

 

Attendu par les députés, le petit Gérald se défile, c’est seulement sur Le Cannabiste

 

* * *

Buralzen-lecannabiste

 

Hier après midi se tenait une séance de débat public autour de la politique du gouvernement, en matière de Cannabis. Les députés ont décidé de faire valoir leur ‘Droit de Contrôle’ et comptaient bien demander des comptes en matière de gabegie du Cannabis français.

Le tout se déroulait comme on vous le disait, à l’initiative de l’excellent François-Michel Lambert, héros incontesté du peuple de l’herbe.

 

Si vous avez raté l’épisode précédent sur Le Cannabistea lire sur le cannabiste darmanin lambert

 

#Expérimentation

L’expérience avait plutôt bien commencé, comme promis l’excellence des argumentaires d’Emmanuelle Auriol, de Jean-pierre Couteron et de Bruno Laforesterie, couvrait tous les champs possibles de la légalisation et de sa nécessité impérieuse. Puis on a appris que Darmanin et son assistante ne feraient finalement pas le déplacement jusque là.

Ce qui n’était pas du tout un problème, du point de vue de l’ambiance.

Une parole, libre fluide et maîtrisée à ainsi pu se répandre. Très franchement, une telle accumulation de bon sens face à l’absurdité de la guerre à la drogue en cours, ça nous a même tiré des larmes aux yeux, et pas qu’un peu.

Donnez vous donc le temps d’écouter ces gens.

En vidéo ci-dessous

Jean-pierre Couteron, Emmanuelle Auriol, Bruno Laforesterie. Moetai Brotherson, Jean-Baptiste Moreau, François-Michel Lambert. Retenez bien ces noms car ils sont devenus synonymes de compétence, de courage et de bon sens citoyen.

 

Les auditions en intégralité sont en vidéo, derrière le lien ci-dessous.

video

 

#Best of

Emmanuelle Auriol:

« S’il y a une seule forme de prohibition, de nombreuses légalisations sont possibles (…) Si un jour on légalise le cannabis récréatif en France, ce que j’espère, la question est de savoir comment.

Les députés ont un rôle très important à jouer en tant que représentants du peuple français. C’est de vous que viendront les évolutions. En tout état de cause, je considère, en tant qu’économiste, qu’elles sont inéluctables.

Je ne pense donc pas que l’argument consistant à dire que la légalisation créera des désordres plus grands soit pertinent. (…) Je ne crois pas à l’embrasement des banlieues que l’on nous prédit. »

 

« Au lieu d’arrêter les usagers, les forces de police pourraient se concentrer sur le contrôle de l’interdiction de vendre aux mineurs du tabac, de l’alcool et du cannabis.

#punchline:  « vouloir interdire le cannabis pour éviter la consommation de cocaïne, c’est comme interdire le saut à l’élastique pour éviter que les gens n’aient envie de se jeter du haut des immeubles »

 

Jean-Pierre Couteron:

« Je rappelle que le plus toxique, parmi ces produits, est, de l’avis unanime, l’alcool.  La substance psychoactive la plus dangereuse, c’est l’alcool, car il est toxique, fortement addictogène et a des effets psychiques importants.

La légalisation permettra donc l’accès à un produit de qualité sur le plan sanitaire et favorisera, en outre, des pratiques de réduction des risques. Aurait-on imaginé de prohiber la conduite automobile parce qu’elle cause des accidents mortels ? On a préféré améliorer la sécurité des conducteurs en rendant obligatoire la ceinture de sécurité.

Nous ne devons pas avoir peur d’un hypothétique marché noir du cannabis, à l’image de celui qui existe pour le tabac. »

 

« (…) débloquer un budget pour la prévention. Faut-il le souligner, la France est particulièrement en retard dans ce domaine par rapport à d’autres pays. De toute évidence, cela ne préoccupe pas grand monde ! »

 

Bruno Laforesterie:

« (…) le discours de fermeté ne prend pas et se solde par un échec patent. Il faut donc trouver un juste milieu.

L’arrêté du 30 décembre 2021 qui interdit la vente du cannabidiol (CBD) en fleurs aura pour conséquence de relancer l’activité des trafiquants. (…) Cet arrêté met en danger la santé des jeunes !

La « transition cannabis » est indispensable. La légalisation de cette substance n’est que l’un des aspects techniques de cette transition. (…) Si le cannabis est légalisé, le marché rapportera au moins 4 milliards d’euros en recettes nettes, et probablement beaucoup plus. Il faut donc qu’une partie de cette somme soit consacrée à l’accompagnement des jeunes concernés et serve à les faire sortir de la pauvreté.

En plus, cette plante absorbe du carbone, ce qui est très positif sur le plan écologique.
S’agissant ensuite de la transition du marché, nous pouvons la voir à l’œuvre au Canada : la part du marché noir y est tombée à 50 % du total, et l’objectif est de la réduire à 25 % dans cinq ans (…)

La police consacre plus de 1 million d’heures par an à lutter contre ce marché »

 

« (…) L’Assemblée nationale a publié sur le sujet un formidable rapport pas du tout partisan – je l’ai évidemment lu en détail, et je suis fier que l’Assemblée, sur cette question comme sur d’autres, produise des documents d’une telle qualité. Tout y est dit ! »

 

#La réponse de l’état

Et en Face, oui en face, Sarah El Haïry, secrétaire d’État chargée de la jeunesse et de l’engagement. Nous a lu un texte probablement rédigé par les ministères de l’intérieur et de la santé. Ça sentait bon le réchauffé.

Après 5 ans de Castaner de Darmanin, de chiens, de fouilles d’absurde répression et de quartiers à feu et à sang. Le ministère de l’intérieur se défausse et repasse la balle au ministère de la santé en mode ‘compassion’, cœur avec les mains.

Alors oui, on vous a fait aussi, un petit best-of du discours écrit de cette ministrette

 

 

lecannabiste sonya elhairy cannabis
Sarah El Haïry, secrétaire d’État chargée de la jeunesse et de l’engagement – image capture d’écran AN

« Il faut d’abord et avant tout lutter contre les addictions (…)

c’est bien le ministère de la santé qui a la charge de la gestion et de la lutte contre les conséquences de l’addiction au cannabis (…)

[Au Portugal] la hausse de la consommation y est réelle et qu’il n’y a pas de baisse de la délinquance associée

Pour l’heure, les drames restent bien trop nombreux : ainsi, l’année dernière, il y a eu plus de 500 morts sur la route dues à une consommation de produits stupéfiants (…) nous lutterons plus largement contre les addictions.

 Il s’agit de sortir des faux-semblants pour libérer la parole sur les situations d’addiction »

 

#Arrêt anti fleurs

Fait assez rare pour le souligner, en tout cas nouveau aujourd’hui. Le débat du CBD et en particulier celui du nouvel arrêté anti fleurs de la MILDECA s’invite au même rang que celui de la légalisation globale du Cannabis.

Mais l’incompréhension demeure face à ce non sens législatif. Le député Moreau, brillant, questionne. La ministrette répond, le gouvernement assume ses conneries.

 

Cet échange 

JB Moreau:

« Ce décret est pour moi nul et non avenu. Tout cela est dommage car il comporte un certain nombre d’avancées : il permet en particulier d’exploiter la fleur, contrairement aux textes précédents ; il fixe un taux maximal de THC à 0,3 %, ce qui rend possible le développement de certains produits. Il reste que l’interdiction de la vente de la fleur et de la feuille empêchera la création d’une filière française. Des recours ont cependant été déposés – je pense que leurs auteurs auront gain de cause, car le décret n’est pas conforme au droit européen.

(…) la prohibition, qui se pratique dans tous les pays depuis trente ans, échoue partout. J’ai l’esprit scientifique : les mêmes causes produisant les mêmes effets, la politique qui échoue partout continuera d’échouer quels que soient les paramètres que vous modifierez. »

 

S. El Haïry:  

« L’interdiction est prononcée en référence à des motifs de santé publique de divers ordres. Il y a d’abord la volonté de ne pas laisser les consommateurs intégrer les fleurs ou les feuilles de cannabis dans des cigarettes à fumer car cela serait contraire aux politiques actuelles de lutte contre le tabagisme. Il y a ensuite la volonté de ne pas favoriser la vente de fleurs ou de feuilles sous forme de tisanes, vente qui serait propice à l’utilisation d’allégations de santé inadaptées.

Cette interdiction est principalement justifiée par des motifs d’ordre public dans la mesure où, pour préserver la capacité opérationnelle des forces de sécurité intérieure dans la lutte contre les stupéfiants, il faut pouvoir discriminer simplement les produits afin de déterminer s’ils relèvent ou non de la politique pénale menée dans ce cadre. »

 

* * *

N’écoutez pas les railleries de ceux qui sont devenus allergiques à la politique. C’était plutôt sympa cet after de la Mission Cannabis. Car jamais de mémoire de Cannabiste, il ne s’était dit de choses aussi avancées et positives en matière de Cannabis depuis la lumineuse idée du Docteur Moreau de la Creuse.

Vous connaissez l’histoire du fou qui se tape la tête contre le mur toute la journée? Lorsqu’on lui demande ‘pourquoi?’, il explique: ‘parce que ça fait du bien quand ça s’arrête!’

Voyez-vous en matière de Cannabis et de politique c’est une analogie, dont nous avons pu profiter un peu hier après midi avec l’absence remarquée de Darmanin et consorts. Oui, le bon sens avait la parole hier à l’assemblée, finalement les jobards de l’intérieur ne nous ont pas manqué.

Ne fut-ce que pour quelques heures au moins: ça fait du bien quand ça s’arrête!

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter / Instagram

Sources : Rédaction // Assemblée nationale

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

A propos Jean-Pierre 1123 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.