Le nouvel Aphex Twin est un Psychotrope

Publicité

La musique à l’image de la peinture ou du cinéma possède ses grands maîtres. Aphex Twin fait partie de ceux-là. On inaugure la rubrique musique avec un truc psychotrope, un truc parfaitement légal et dont l’abus pour une fois, est fortement recommandé par Le Cannabiste.

* * *

Illustration : Aphex Twin

 

Pour ceux qui n’ont pas forcément entendu parler de Laurie Anderson, d’Art of Noise, ou encore du musicien Steve Reich, la musique électronique se résume un peu à ce qu’on à l’occasion d’entendre sur les canaux dits ‘mainstream’ à la radio, autrement dit à pas forcément grand chose de très original.

Aphex Twin est Irlandais, sa bio est ici c’est un musicien prolixe qui a souvent utilisé d’autres noms pour produire sa musique, il est parfois connu sous les pseudo AFX et Polygon Window. C’est à la fois un pionnier et un modèle pour de très nombreux artistes de musique électronique qui s’est illustré aux côtés du vidéo-plasticien Chris Cunningam dans une série de clips tout à fait épiques, dont nous allons voir deux échantillons plus bas.

Alors avant de vous révéler le dernier opus de maître Twin histoire de vous décrasser un peu les étagères à mégot, on passe en revue rapidement ses 2 morceaux à notre avis les plus marquants en images et en musique.

#Come to Daddy

Un truc qui vous colle des frissons, un truc vraiment flippant. ‘Creepy’ comme disent les Anglophones. Aphex Twin plante le décor pesant et anodin d’un logement collectif urbain. Cela pourrait être n’importe quelle banlieue avec sa dose crasse et de mal-être. Un délire visuel au coeur d’un habitat décrépi et chaotique dépeint de manière sombre et psychédélique. Une oeuvre violente dont les images restent gravées dans la mémoire. On adore ou on déteste.

Au coeur de visages monstrueux et déformés Come to daddy est une ode puissante, un cri graphique contre un environnement banlieusard qui finira quoi qu’il arrive, par vous faire préférer la montagne.

 

[SPOILER]

Fin du clip l’artiste se métamorphose en une créature androgyne démoniaque dérangeante. Né du désordre de la crasse et du chaos, la larve Twin devient un démon assez flippant mais protecteur bienveillant des petits enfants… Frisson garanti.

Come to daddy nous entraîne dans un Golgotha électro-post-apocalyptique, c’est un morceau de musique qu’il vaut sans doute éviter d’écouter au volant de sa voiture pour des raisons de sécurité. Un titre juste incroyablement puissant auquel on pourrait rattacher l’oeuvre de Skrillex « First of the year » où il est également question d’environnements banlieusards glauques de créatures monstrueuses et de jeunes enfants.

[FIN 2 SPOILER]

 

 

#Windowlicker

Ce clip devrait poser un sourire stupide sur le visage de n’importe qui, pendant 10 minutes et 41 secondes. C’est aussi long que la limousine qui vient ramasser 2 ‘bitches’ au coin d’une rue où une paire de ‘loosers’ qui se qualifient eux-même comme deux simples ‘niggaz’ du quartier essayent de les embrigader. Tout un programme.

Aphex sort le grand jeu et enlève les deux ‘bitches’ pour visiblement se livrer à une session sportive indoor privée dans la limousine, le tout fini dans une chorégraphie improbable. * on vous avait prévenu c’est psychotrope *.

 

 

Là ou ça part carrément en sucette c’est que tous les visages des personnages qui s’animent et qui dansent portent peu à peu tous le tous le même visage, celui du créateur Aphex Twin. Sauf les 2 loosers bien sur.

Les personnages sont pris dans une danse sensuelle et débridée on y retrouve nos deux losers complètement dépassés par leur nouvel environnement mais qui font contre mauvaise fortune bon coeur au final.

 


Essayez de choper le moment de ce clip où une petite voix de fille dit en Français : « J’aime faire des crackettes au chien ». Rendez-vous sur Facebook pour le minutage :).

Puis les visages se transforment, deviennent monstrueux à mesure que les bassins se tortillent et que coule le champagne à flot. Des corps pulpeux de filles s’agitent sous une pluie de gouttes du vin mousseux, Aphex tient la bouteille… c’est un véritable festival d’images puissantes décalées, bref inoubliable.

Où veut en venir Aphex Twin avec ce morceau? Pas la moindre idée, mais on ne se lasse pas de sa sensation unique. Windowlicker est un morceau sexuel, moite et dérangeant. Si vous n’avez jamais écouté Aphex Twin, c’est la porte d’entrée idéale vers son univers à lui.

 

 

#T69 Collapse

La musique se résume parfois à faire de l’exploration. Découvrir des contrées inconnues, des modes étranges. Le dernier morceau en date d’Aphex Twin fait partie de ces morceaux qui peuvent nous faire voyager, quitte à ne jamais revenir : un chef d’oeuvre.

 

Collapse T69, c’est le récit d’une aventure numérique chaotique, un trip visuel dont personne ne peut sortir indemne. C’est une irrémédiable descente dans un enfer graphique en 3 dimensions suivie d’envolées oniriques vers le paradis de Twin. Une ode cyberpunk dont les accents délirants sont portés de façon magistrale par l’artiste vidéo Weirdcore. Collapse T69 est un clip psychotrope qui est fortement déconseillé aux personnes qui sont sujettes à l’épilepsie.

D’ailleurs la première présentation du clip d’Aphex Twin avait dû être annulée sur la chaine de télévision Américaine Adult Swim. Car le clip vidéo avait échoué au test numérique anti épilepsie que doivent passer tous les programmes de la chaîne. Une première. Mais si vous ne souffrez pas d’épilepsie alors regardez plutôt, vous allez comprendre.

 

 

La vérité c’est que vous ne saurez pas vraiment pourquoi il vous faudra rejouer ce morceau encore et encore. T69 Collapse ne s’écoute comme rien d’autre, ce serait davantage une porte vers un univers parallèle mais bien présent, une porte vers un endroit vaste et dérangeant mais délicieux à la fois.

Vous savez la fascination qu’on peut éprouver face à la peinture de grands maîtres? Quelque chose d’accessible tout en restant mystérieux, quelque chose d’incontournable qui vous regarde. Le génie, le talent, la simplicité, Aphex Twin c’est la fraîcheur éternelle de moments infinis.

 

#Live

Aphex Twin sera en concert aux États Unis à New York le 11 Avril prochain. Les réservations sont ici. IL est possible de le retrouver sur de gros festivals comme Coachella en Californie les 9 et 11 Avril, les dates Européennes de 2019 n’ont pas encore été annoncées, mais il devrait aussi y en avoir. D’ici là bonnes musiques et rendez-vous sur les réseaux sociaux pour nous dire ce que vous avez pensé de cette nouvelle rubrique. Rendez-vous sur la page Facebook du Cannabiste et Twitter pour nous proposer des artistes que vous aimeriez voir et écouter ici. 

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources :

Pitchfork

Aphex Twin

Twitter

Youtube

nme.com

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 307 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.