Les Maoris veulent cultiver leur propre Cannabis

Publicité

L’agence de santé publique Maori, Hapai Te Hauora, propose d’autoriser l’entière gestion du Cannabis à usage social et récréatif au profit des communautés insulaires. Le Cannabiste passe en revue pour vous les derniers embruns de la vague verte, tout là-bas au pays de l’océan.

* * *

La nouvelle Zélande, on a tendance à s’imaginer que c’est un endroit ‘cool’. D’abord « vous serez gentils de ne pas dire cool je vous prie » (Source: Maurice Skyrock #OKBoomer).

 

 

Ensuite il vous suffira d’avoir malencontreusement ‘oublié’ un abricot séché au fond de votre poche, ou bien une banane dans vos bagages, pour vous apercevoir à l’aéroport … que le mot ‘cool’ n’a strictement rien à voir avec cette destination océanique de rêve.

Et bien figurez-vous qu’à peu de chose près avec le Cannabis, c’est le même deal, là bas on ne plaisante pas vraiment avec le sujet. Surtout pas dans les médias.

#Duncan NeuNeu

Et dans la partie médiatique, qui oppose les pros aux anti-cannabis, la palme du mauvais joueur revient à Duncan Garner, la star des journaux du matin. 

« La volonté des Maoris de contrôler le marché du Cannabis ce sont des conneries bigotes »

Capture d’écran NewsHub – Tous droits réservés

Le présentateur qui n’a pas de mots assez forts pour effrayer la plèbe et dénoncer la légalisation qui s’en vient a qualifié je cite de « Connerie Bigote » l’initiative gouvernementale qui propose de remettre la régulation du Cannabis aux mains des instances tribales Maoris.

Duncan ‘Neuneu’ Garner dans ses oeuvres

« La légalisation du Cannabis ferait grimper la consommation chez les adolescents en flèche »

Capture d’écran NewsHub – Tous droits réservés

#Hapai Te Hauora

Aux dernières nouvelles ce qui fâche Duncan et ses invités ‘sur-mesure’ c’est le principe de laisser les Maoris gérer leur propre Cannabis.

En fait c’est l’idée du Cannabis tout court, que ce pourfendeur de vérité tient à dénoncer quotidiennement, lui donnant par la même occasion une superbe promotion. (NDLR: Ô tempora Ô Mores!)

* * *

Mais l’actualité c’est l’agence ‘Hapai Te Hauora’ qui s’occupe des questions de santé publique au sein des communautés Maori. Cette association reconnue d’utilité publique, est en effet bien décidée à obtenir du gouvernement, de pouvoir gérer elle même la question du Cannabis au sein de ses communautés insulaires. (NDLR: ça sent la Landrace, vous ne trouvez pas ?)

#Descendants de Tribus

Autant dire qu’en Nouvelle Zélande, comme en Afrique du Sud comme ailleurs, la colonisation et la dé-colonisation ne se sont pas construites sans un fond de souffrance et d’injustice. Encore aujourd’hui sous les bouquets c’est souvent l’angoisse existentielle qui domine, pour les descendants des tribus indigènes.

 

Crédits Hapai Te Hauora @ Facebook – Tous droits réservés

Au résultat d’un bout à l’autre de la planète les descendants d’anciennes tribus comme les Maoris, ou ceux des indiens d’Amérique sont frappés par les mêmes maux: alcoolisme, diabète, taux de suicide élevé vulnérabilité aux addictions … mal être.

 

* * *

En Nouvelle Zélande Pour ne prendre qu’un seul marqueur, celui relié à la question de la malbouffe, le diabète frappe 3 fois plus de personnes chez les descendants Maoris que dans le reste de la population nationale.

 

Crédits Hapai Te Hauora @ Facebook – Tous droits réservés

L’épidémie de Malbouffe est telle que l’association Hapai Te Hauora songe à proposer l’interdiction des fast foods aux enfants dans la journée en semaine, ou encore le bannissement complet des sodas des écoles. 

 

Crédits Hapai Te Hauora @ Facebook – Tous droits réservés

#Referendum Cannabis

Le gouvernement en place en Nouvelle Zélande a été élu en Septembre 2017 pour 3 ans.

La question de l’usage personnel du Cannabis, entendez usage social ou récréatif, viendra prendre corps pour un référendum après la prochaine élection.

Les presque 5 Millions de Néo Zélandais seront donc appelés à s’exprimer sur la question  de l’usage social du Cannabis par le biais d’un référendum consultatif, au plus tard en Novembre 2020.

* * *

 A l’heure actuelle, la possession l’usage ou le transport de Cannabis jusqu’à 28 grammes ou l’équivalent de 100 cigarettes de Cannabis roulées, sont punis de 3 mois de prison et 500$ Nz d’amende. Au delà les peines peuvent aller jusqu’à 8 ans d’enfermement. 

 

Crédits Hapai Te Hauora @ Facebook – Tous droits réservés

 

Alors que 60% des Néo-Zélandais sont en faveur de l’usage médical du Cannabis dans le cadre de soins palliatifs, ils ne sont qu’un petit tiers à soutenir l’idée que le Cannabis devrait être entièrement légal dans leur pays.

Le phare de la légalisation ne brillera peut-être pas depuis la Nouvelle Zélande en tout premier, surtout si Duncan ‘Neuneu’ Garner reste à l’antenne un peu plus longtemps. 

 

Sur le même sujet

 

Dans ce contexte vaguement confus, on se quitte avec le brouillon de législation que le ministère de la justice Néo-Zélandaise a prévu de soumettre au référendum l’an prochain:

  • Achat réservé aux majeurs de plus de 20 ans
  • Contrôle par licences de toute la chaîne de distribution
  • Encadrement strict de l’autoproduction

Oui vous ne rêvez pas, même chez les plus frileux parmi les prohibitionnistes, un gouvernement est capable de prononcer le mot ‘autoproduction’.

Ce qui place la Nouvelle Zélande, disons, une galaxie, devant les Fromages Qui Puent. C’est toujours ça de pris, d’ailleurs « Je suis Maori ».

 

Image @ Pixabay

* * *

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources :  La Marihuana /// Hub News /// The Daily Blog /// Hapai /// 

— Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservé

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook

A propos jean-pierre 446 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.