L’Italie Légalise puis Re-prohibe le Cannabis light

Publicité

La nouvelle de la légalisation du Cannabis light en Italie s’est vite répandue dans la presse en fin de semaine dernière. Pourtant au final il n’en sera rien. La mise à jour de la loi ne se produira finalement pas, c’est une véritable douche froide, pour les industries du chanvre et du CBD en Italie.

En effet on apprend de source parlementaire, qu’hier Lundi 16 Décembre 2019, la présidente du Sénat Italien a déclaré ‘inadmissibles’ les deux amendements qui visaient à légaliser le marché de l’herbe de CBD dans la grande botte. Vous êtes sur le Cannabiste et jusqu’ici c’était le pied.

 

 * * *

Il en aura coulé de l’encre, avec l’histoire du Cannabis en Italie. Et nous en parlons souvent sur les pages de votre média Cannabique préféré, c’est à dire ici même. Une histoire pleine de rebondissements, le Cannabis en Italie, c’est une saga à rebondissements digne des meilleures séries.

Dans cet ultime épisode, François Xavier Mombelli, est allé pour nous à la rencontre d’un des acteurs majeurs de la réforme du chanvre en Italie, le député Matteo Mantero. [SPOILER] À la fin de l’épisode d’aujourd’hui, le progrès laisse à nouveau place à l’obscurantisme crasse.

 

On en parle sur le Cannabiste

Le Cannabiste

 

#Episode 419

Aujourd’hui nous devions vous annoncer une bonne nouvelle et finalement, bah non.

En fin de semaine dernière, une commission avait voté en faveur de deux amendements pour légaliser la beuh légère et ses dérivés. On avait alors un sentiment qu’une bataille était gagnée dans la lutte contre la prohibition. « avait » car aujourd’hui, tout vient de redevenir comme avant …

 

Capture d’écran Le point – Tous droits réservés

Vendredi dernier a rédaction de Le Cannabiste s’était empressée de contacter ses amis italiens pour les féliciter. Parmi eux, le député Matteo Mantero, qui nous a tout de suite répondu.

Mais il a commencé par tempérer notre sentiment de victoire. car il savait quelque chose que tout le monde semblait avoir ignoré : une étape cruciale du processus décisionnel restait à venir : la présidente du Sénat. Et Matteo savait aussi, selon ses propres mots que « c’était pas gagné. »

#Parole de député

On en parle sur le Cannabiste

Le Cannabiste

* * *

LC : Bonjour Mr le Député. Que s’est il passé au juste?

Bonjour Le Cannabiste. Nous avons pris une claque. Littéralement. Par nous, j’entends moi même et tout le secteur du chanvre sur notre territoire.

Comme je vous le disais vendredi dernier, rien n’était encore joué malgré que la commission ait voté en faveur de la modification de la loi actuelle.

Et bien voilà, ce que je craignais vient de se produire: La présidente du Sénat a jugé inadmissibles les deux amendements proposés par notre groupe de travail. Le motif serait d’origine technique mais au vu de la proximité de la présidente avec l’opposition, nous pensons que c’est une décision purement politique.

 

LC : Cette décision n’a pas manqué de susciter de vives réactions.

Ça a été très choquant, de voir les applaudissements et d’entendre les déclarations de l’opposition et en particulier de la ligue de Matteo Salvini à l’énoncé de cette décision. Comment peut-on se prétendre patriote et se réjouir de la précarité économique de plus de 3.000 entreprises et 12.000 employés d’un secteur émergent. C’est scandaleux.

J’ai d’ailleurs tenu à m’exprimer sur ce sujet lors de la dernière parlementaire, afin que tout le monde sache exactement ce qui se passe ici.

#Episode 420

LC : Que va t’il se passer maintenant ?

Avec ces deux amendements notre objectif était d’accélérer les choses et de rendre plus sûr le travail des opérateurs du secteur. Nous avons échoué mais nous avons toujours un projet de loi que j’ai déposé au mois de Juillet dernier. Cela reste possible de faire changer la loi.

À ce jour il n’a toujours pas été discuté devant le parlement. Notre objectif sera de l’y porter le plus rapidement possible. Nous savons que l’incertitude actuelle risque d’impacter les agriculteurs qui doivent semer d’ici quelques mois. Donc le combat pour le chanvre et le cannabis léger continue. 

 

* * *

Crédits Pixabay

#Pendant ce temps au front

En attendant que ça change, le jour même, hier Lundi 17 Décembre, ce sont 83 kg de Cannabis ‘light’, qui ont brûlé dans les incinérateurs de la province de Forli.

La marchandise détruite est d’une valeur comprise entre 800 000€ et un million d’€. Ce lot provient de l’ensemble des magasins de la région. Ces entrepreneurs, qui ont obtenu des licences légales et payé leurs taxes ont vu la force publique détruire leur gagne pain. Un acte révoltant.

* * *

Nous avons traduit le message que l’un d’entre eux a transmis au député Mantero:

Bonjour a tous,

Aujourd’hui pour beaucoup c’est un lundi ordinaire, pour moi ce n’est pas le cas. Aujourd’hui le gouvernement italien m’a donné le énième coup, je n’ai plus la force de continuer, maintenant je n’ai plus rien, voiture, maison, petite amie, argent …

« la moitié des petites entreprises ont fermé

J’ai investi tout ce que j’avais dans un projet, dans quelque chose de nouveau, de frais, dans une idée. Dans quelque chose qui pourrait être utile à la société et à la nature, ainsi qu’à des milliers d’autres jeunes également. Fort d’un gouvernement qui officieusement m’a soutenu. Il m’a dit de tenir le coup, il réglementait et réglerait les choses. Mais officiellement il m’a finalement abandonné, m’a détruit, m’a laissé sans rien.

J’écris cette lettre personnellement même si je sais qu’il y a des milliers d’autres jeunes entrepreneurs dans ma condition. Malheureusement le gouvernement ne se soucie pas des petites entreprises et des jeunes  (plus de la moitié des petites entreprises ont fermé leurs portes avant les 4 ans d’existence ).

 » … on nous a encore abandonné

Je me sens volé et trompé par ce gouvernement, j’ai mis toute ma vie dans ce projet, j’ai payé des impôts, payé la TVA à l’État, j’ai même demandé une licence pour vendre des inflorescences approuvées par l’État, puis je me suis laissé vivre dans un état de terrorisme psychologique pendant 8 mois, risquer, tout en payant les taxes et la TVA sur ce produit d’être arrêté. Mais je n’ai pas abandonné, je me suis battu pour mes droits, je me suis présenté à des sénateurs parlementaires et représentants du gouvernement. Recevant des tapotements dans le dos et des phrases comme ne pas abandonner, attendez que nous réglions tout, mais en fait, on nous a encore abandonné.

 » … Je me sens trompé par cet état

aujourd’hui devait être une bonne journée, un sous-amendement devait passer qui au moins aurait dû nous laisser tranquilles au travail, une possibilité de récupération, de renaissance et au lieu de cela, ils ont de nouveau gagné les corrompus, les mafieux et les multinationales.

Et pour moi, le énième jeune entrepreneur, la fin est venue, trop de fatigue, de déception et de colère …
Je me sens privé de mon avenir de cet état. Je me sens trompé par cet état.

Mais je ne suis qu’un citoyen normal, je ne suis pas une banque, personne ne me sauvera, je le resterai sans rien avec seulement des dettes et de la déception.

Désolé mais je suis détruit.

Un commerçant

* * *

Interview réalisée en ligne le 16/12/2019

Sources : ansa.it

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

– François Xavier Mombelli pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook