Mami Cannabis condamnée à 9 mois de prison ferme

Publicité

Fernanda de la Figuera 76 ans, la doyenne des cannabistes Espagnols vient d’écoper de 9 mois de prison ferme, ainsi que de 10 000 Euros d’amende pour avoir cultivé et distribué du Cannabis à usage médical aux membres de son club social : MaríasXMaría.

Une condamnation unanimement qualifiée de honteuse, par l’ensemble des associations pro légalisation. Le Cannabiste fait le point sur ce procès en compagnie du porte parole du Groupe d’Action pour la Légalisation du Cannabis en Espagne. 

* * *

 

Les militants pro légalisation Espagnols, sont vent debout après un verdict qui fait les gros titres de la presse nationale: la Marijuana Abuela alias Mami Cannabis alias Fernanda de la Figuera, sera bien incarcérée pour des charges relatives aux stupéfiants en Espagne.

Alors que le parquet avait requis 4 ans, les juges ont finalement retenu le « trafic de substances pouvant gravement nuire à la santé ». À plus de 76 ans cette année, Fernanda va devoir finalement se retrouver en prison.

#Les faits

Il est repproché à Fernanda, d’avoir cultivé et partagé de l’herbe à usage thérapeutique dans un club social espagnol en 2016. Au total on parle de 181 plants de Cannabis en tout.

Fernanda a déjà été jugée par deux fois dans le passé en 2010 déjà. À chacun de ses procès elle avait été acquittée, mais les juges ont refusé de tenir compte des dossiers précédents pour cette troisième affaire.

 

‘Mami Cannabis’ comme l’a affectueusement baptisée la presse, était sous le coup d’un mandat judiciaire depuis 4 ans. Tout a commencé après une perquisition au club MaríasxMaría à Malaga en Andalousie.

 

Nous avions consacré un large dossier à Fernanda de la Figuera  ici

 

Sur le principe classique du Cannabis social club les membres n’avaient pas payé directement leur herbe, mais la justice leur reproche d’avoir contribué financièrement à la faire pousser.

 

* * *

 

Le nombre élevé de membres, plus de 200 ; et les pratiques de jardinage collectif, ont directement été mis en cause par la justice. Dans leur verdict les juges ont reproché aux trois prévenus, d’avoir ‘facilité et encouragé la consommation de drogue’. 

Aux côtés de Fernanda se trouvaient également, le secrétaire et le trésorier de l’association qui ont chacuns été condamnés à 7 mois de prison pour leur participation aux faits.

#Procès hors normes

L’audience a été précédée d’une manifestation publique baptisée ‘La marche verte’. De nombreuses prises de paroles s’y sont succédées. 

Le président de l’association GALCE, le Groupe d’Action pour la Légalisation du Cannabis en Espagne, s’était exprimé à cette occasion.

Image Vice – Tous droits réservés

Pendant l’audience, d’anciennes patientes de l’association de Fernanda se sont succédées à la barre des témoins, atteintes de cancer ou du sida elles ont pourtant expliqué aux juges l’état de nécessité qui était le leur. Sans succès.

 

* * *

Nous sommes allés à la rencontre de Paco Mascaraque il est  le  porte-parole du Groupe d’action pour la légalisation du cannabis en Espagne. Pablo était présent lors du procès de Fernanda.

#Interview Paco Mascaraque

 

LC: Vous avez pris la parole en public avant le procès de Fernanda, quel était votre message en quelques mots?

Il n’est pas juste que tandis que de grandes sociétés pharmaceutiques cultivent en Espagne.

 

Les personnes qui souhaitent organiser l’auto-culture sont persécutées. Nous sommes ici pour montrer à la société que la situation juridique du cannabis en Espagne, après près d’un siècle d’interdiction, a abouti à un échec, et a un besoin urgent de se tourner vers des politiques réglementaires qui protègent les utilisateurs et cessent d’être puni pour avoir utilisé ou cultivé une plante utilisée depuis le début de l’humanité

Par conséquent, nous exigeons que, quel que soit le parti qui gouverne après les prochaines élections, prenne les mesures nécessaires pour une réglementation totale de l’utilisation, de la possession, de la culture, du transport et de la distribution du Cannabis.

 

* * *

LC: Ça se passe comment au quotidien pour les consommateurs espagnols de Cannabis?

Cette situation nous laisse totalement sans protection. Chaque jour, nous subissons des représailles avec des amendes pour utilisation, possession ou culture, et dans le cas de personnes qui tentent de s’organiser pour se fournir, la répression peut nous conduire en prison. Assez de personnes emprisonnées par le Cannabis!

 

 

Chaque fois qu’un nouveau parti est né, que ce soit de droite ou de gauche, il vient « en standard » avec la promesse de légalisation, mais dès qu’il atteint le quota minimum de pouvoir, il oublie le Cannabis.

LC: Peut-on parler d’un procès à haute valeur symbolique ?

Oui car pendant ce temps, la législation espagnole se durcit avec les utilisateurs. Ça en est assez des promesses que ses ‘honorables membres’ oublient, après s’être assis dans les fauteuils du Congrès.

Nous voulons que cette mobilisation soit un tournant dans la lutte pour les droits des utilisateurs. Nous espérons que cela servira à débloquer la situation actuelle on doit se mettre au travail pour que ça change.

 

LC: À votre avis, cette décision va affecter les autres clubs social de cannabis en Espagne?

Chaque procès est différent, car en Espagne il n’y a pas de législation claire sur les consommateurs de Cannabis, qui se retrouvent à la merci des juges. La peine dépendra si ce juge est plus ou moins progressiste.

La Cour suprême ne se contente pas de clarifier les conditions de l’auto-culture collective, bien qu’elle parle de petits groupes, elle ne donne pas de chiffre exact, combien coûte un petit groupe? 100, 200 personnes? On ne le sait pas.

Il est totalement injuste d’être à la merci d’un tribunal majoritairement contrôlé par les juges les plus réactionnaires d’Espagne.

 

 

LC : Est ce que vous pensez que cette décision va affecter les autres clubs social de cannabis en espagne?

Je ne crois pas, la plupart des procès qui se déroulent en Espagne sont guidés par les indications de la Cour suprême, indications en tout cas insuffisantes car cela ne précise pas combien de personnes peuvent faire partie d’une culture collective sans encourir l’illégalité.

 

* * *

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources : Publico /// El Diario ///  SF Evergreen /// Vice

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook

A propos jean-pierre 478 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.