Manuel Bompard de LFI : L’interview légalisatiO/N

Publicité

L’histoire mondiale du Cannabis vit un tournant historique majeur, seule une totale ignorance du sujet, pourrait empêcher qui que ce soit de s’en rendre compte. D’ailleurs les premiers à l’avoir vu sont les politiques et les financiers … L’Industrie pharmaceutique, pétrolière … celles du tabac et de l’alcool, figurez-vous que même l’armée serait sur les rangs du Cannabis depuis qu’on sait que les objets volants fabriqués avec du chanvre ne se voient pas sur les radars aériens, source: Le Cannabiste 😉

À l’orée de changements majeurs

…comme disent les gens de la télé, nous avons décidé de consacrer une série d’interviews spéciales, centrées sur le sujet de la ‘Légalisation qui vient’. Le but est de savoir ce qu’ils en pensent vraiment du Cannabis, nos  politiques. 

Et comme plus personne ne se fait d’illusions en ce qui concerne la mandature en cours, on peut légitimement s’interroger sur les futures échéances principales.

Celle de 2022  … et au-delà.

* * *

Autant vous le dire tout de suite, votre magazine: Le Cannabiste, compte interroger ici tous les responsables politiques qui souhaiteront s’exprimer au sujet de la légalisation du Cannabis, quel que soit leur bord politique. (NDLR : Avis aux intéressé(e)s!).

Aujourd’hui nous recevons une personnalité parmi les cadres du parti : La France Insoumise 

Pour inaugurer la série, nous avons l’immense honneur d’accueillir Emmanuel Bompard, Secrétaire national de La France Insoumise, Euro Député et responsable de campagne pour Jean-luc Mélenchon.

S01-Ep01 voiçi ‘Manu‘ car à présent, on peut l’appeler juste ‘juste Manu’.

#Interview

LC: Bonjour Manuel, est ce que ça vous dérange à vous, si on vous appelle Manu ?
Absolument pas, je ne suis pas jupitérien, je suis assez terre à terre, je ne suis pas Emmanuel Macron, presque tout le monde m’appelle Manu et cela ne me dérange en rien.
LC: Est-ce que le Cannabis est un sujet dont vous entendez parler depuis longtemps? Y-a t-il un passé une expérience qui vous soit personnelle ?
Je suis membre d’un mouvement, et auparavant d’un parti, qui défend depuis des années la dépénalisation du Cannabis, donc cela fait longtemps que je suis familier de la question et de ses enjeux. Personnellement, comme je suis très surveillé, je dois vous dire que bien que militant pour la dépénalisation, je respecte le cadre légal actuel et par conséquent, je ne fume pas.
Illustration LFI @ FB – Tous droits réservés
LC: Si on vous dit que toutes les 3 minutes et 39 secondes une personne est interpellée pour du Cannabis dans notre pays vous en dites quoi vous Manu? Ça ne vous tenterait pas de faire président de la république ?
J’en dis que nous sommes dans un système absurde et injuste. Absurde par la disproportion des moyens déployés, humains comme techniques, sans pour autant parvenir à endiguer la consommation tandis que la pénalisation contribue à l’enrichissement d’une pègre qui vit de ce tarif, il faut en finir avec une monarchie présidentielle.
« ( …) si le peuple en décide ainsi !
Injuste parce que cette répression s’abat de prédilection sur certains quartiers et certains segments de la population et cette répression est plus sévère que celle employée contre le crime en cols blancs, la fraude fiscale, le blanchiment d’argent etc. Ce qui me dit surtout c’est le passage à la 6e République : il faut en finir avec une monarchie présidentielle obsolète, et dangereuse comme l’a montré Emmanuel Macron. Par contre je serais enchanté que l’Assemblée constituante se tienne à Toulouse si le peuple en décide ainsi !
LC: Supposons de manière tout à fait fictive et imaginaire qu’on légalise le Cannabis à usage social en France du jour au lendemain et que ce soit vous le ‘patron’ en quelque sorte. Pour les personnes déjà condamnées pour du Cannabis et les 200 000 travailleurs du marché noir on fait comment à votre avis ?
Il n’y a pas de patron en République, la décision finale n’appartiendrait pas au gouvernement, mais au parlement. Un gouvernement insoumis proposerait une loi d’amnistie pour les personnes déjà condamnées pour détention de Cannabis, comme l’a fait dernièrement le gouvernement Canadien.
Quant aux personnes pratiquant un marché noir du Cannabis, afin d’éviter un phénomène de transfert vers le trafic d’autres substances, une réflexion devra être menée sur la reconversion de ces personnes dans le nouveau marché contrôlé du Cannabis.
Illustration LFI @ FB – Tous droits réservés
LC: Si on vous dit : Droit légal à l’autoculture de Cannabis, vous en pensez quoi ? Est-ce que LFI à un plan? … Sinon on peut vous suggérer deux trois bricoles …
Le Cannabis, tout comme le tabac ou l’alcool, est une substance addictive qui doit être contrôlée et réglementée par la puissance publique ; c’est justement parce qu’elle doit être contrôlée et réglementée que nous sommes pour la légalisation.
En l’état nous pourrions nous inspirer en partie de la législation existante en Uruguay, ainsi que la proposition de loi soumise à l’Assemblée nationale cette année (cosignée par deux de nos députés insoumis), même s’il faudra veiller à ce que la loi nouvellement votée soit conforme à la Convention unique sur les stupéfiants de 1961.
« (…) campagnes publiques de sensibilisation sur les effets du Cannabis
Pour répondre plus directement à votre question nous pourrions imaginer les modalités suivantes :
– achat d’une dose mensuelle maximum de Cannabis auprès de débitants homologuées par l’État ; –
– possibilité de créer des CAARUD offrant des espaces de consommation, associés à des associations de consommateurs de Cannabis usagers de la structure, dont les cotisations servant à couvrir les frais de production autorisée par une licence de l’administration, avec contrôle par un médecin CSAPA ;
– création d’une Société d’exploitation du Cannabis chargé de fixer la teneur en tétrahydrocannabinol.
« Je suis évidemment ouvert à vos conseils
Cette société veillera aux conditions d’exploitation des débits de vente de Cannabis et de produits du Cannabis ainsi que les prix minimaux du Cannabis et des produits du Cannabis, afin d’autoriser la production de plantes de Cannabis par des exploitations agricoles.
Tout ceci doit être évidemment accompagné de campagnes publiques de sensibilisation sur les effets du Cannabis, tout comme cela existe pour l’alcool ou le tabac. Je suis évidemment ouvert à vos conseils pour améliorer ces pistes.
* * *
Illustration LFI @ FB – Tous droits réservés
LC: Visiblement l’ascenseur social est cassé depuis pas mal de temps ici. L’économie du chanvre et du Cannabis constituerait une option pour la France.
Dans cette hypothèse, vous imaginez un tissu de PME TPE autour de cette ressource, in fine … ou plutôt des systèmes encadrés et pilotés par l’état avec des quotas et des contrôles, façon ‘Sovkhoze’ ?
Comme vous le savez nous ne croyons pas à la France insoumise que la prétendue libre entreprise se suffise à elle-même. C’est pour cela que nous défendons la nécessité d’une planification écologique, qui n’a rien à voir avec une planification à la soviétique ; il s’agit plutôt de procédures générales de consultations démocratiques entre puissance publique, producteurs et consommateurs pour décider ensemble de l’orientation de la production.
Il existe donc évidemment une place pour les petits producteurs et les coopérations agricoles de production de chanvre, d’autant plus lorsque l’on voit l’ensemble des usages possibles du chanvre dans le cadre d’une grande politique de basculement écologique. Pour le Cannabis, comme je vous l’indiquais dans ma précédente réponse, le fait qu’il s’agit d’une substance addictive nécessité un cadre différent qui est celui dont nous venons de discuter. 
LC: Monsieur l’EuroDéputé, si on vous dit : Northern Lights, Silver Haze ou encore Bubba Kush, est-ce que cela vous parle?
Comme je vous l’ai dit je respecte le cadre légal actuel, je n’ai donc pas de raisons de connaître les différentes variétés de Cannabis.
* * *

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Interview exclusive réalisée en ligne par la rédaction Le Cannabiste, remerciement spécial : Anne

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 392 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.