Bac 18 : Prohibition et corruption au front

Publicité

Buralzen-LeCannabiste-BN
Maria Teneva Vf4o1owtpnk Unsplash

6 policiers de la bac du XVIIIe à Paris ont été condamnés à des peines de prison ferme hier pour corruption, trafic de drogue, faux en écriture, vols et détournement de fichiers.

Le Cannabiste revient sur les méthodes et les errances de la police au front de la guerre contre les drogués.

 

* * *

 

Ils avaient tous les droits, ils ont quand même pris le gauche, c’est en substance ce que l’on peut se dire à la lecture des récits édifiants qui ont émaillé l’affaire des corrompus de la bac 18 au fil de leur procès.

sweetseeds

Pour faire le sale boulot de la prohibition, l’état envoie des hommes au contact de la drogue dans la rue. Seulement ces derniers se sont peut-être comportés de manière pire que les voyous qu’ils étaient chargés d’arrêter.

#Panier de Crabe

Pour une fois, le Cannabis n’est qu’un objet de toile de fond dans nos articles. Pour une fois nous allons vraiment parler de trafic drogue. L’histoire se déroule dans le 18e arrondissement de Paris, haut lieu de la vente d’une substance  absolument terrifiante: le Crack.

 

 

Lorsqu’on parle de vider l’océan à la petite cuillère, la criminalisation des usagers de stupéfiants en France poussée à l’extrême, c’est l’apparition de ce genre de lieu emblématique: « La Colline du Crack » en plein Paris. La partie saillante d’un mensonge national.

 

« la Colline, le secteur le plus dangereux de Paris, avec des dealers d’1,90m et 100 kilos, des toxicomanes armés, malades. » Source Mediapart

 

Les policiers qui avaient été placés sur écoute, se sont révélés particulièrement violents. Un système de racket organisé assurait aux dealers de crack ‘autorisés’ la protection des flics corrompus du secteur.

#Assurance

Un brigadier du nom de Karim M, aurait été en charge de recruter les indics et de noyauter les réseaux en échange d’enveloppes et de privilèges. Il faut reconnaître que c’est assez glaçant, mais visiblement, pour s’arroger le droit de vendre du crack sur la colline, il fallait arroser la police locale.

 

À lire sur Le Cannabiste

a-lire-sur-lecannabiste-mulhouse

 

Et le mauvais film a continué tout au long du procès. Passage à tabac, menaces, les policiers collectaient le crack et n’hésitaient pas à en attribuer la propriété aux personnes de leur choix.

* * *

Le procès révèle une atmosphère catastrophique dans les rues comme au sein des unités de la BAC. Des comportements qui évoquent davantage les séries B américaines que la police Française.

Nouvel extrait d’une série d’articles brillants que l’on doit à Mediapart sur ce sujet:

« Le deux-tons retentit si fort dans la salle d’audience, mercredi, qu’il couvre presque le bruit des coups.

Tu mets pas de sang sur le siège, espèce d’enculé », crie l’un des policiers. Frappé à de nombreuses reprises, le suspect finit par demander pardon sur fond de musique d’autoradio. Source Mediapart

 

Au final un des brigadiers de la BAC a été condamné à 8 ans de réclusion. Karim M, dit le Bylka, avait mis en place tout un système de collecte et de détournement d’argent. On peut dire que la justice l’a reconnu comme le ‘cerveau’ des opérations.

De ce qu’il semble, mais la justice a eu du mal à le prouver: l’argent des dealers de crack aurait était envoyé vers des tiers en Algérie.

#Condamnés

Le ‘second’ en charge Aaron B a été condamné à quatre ans de prison dont 2 fermes pour faux en écriture publique, vols et détournement de fichiers.

« Vous n’êtes pas digne d’exercer la fonction de policier », ajoute la présidente, qui prononce une interdiction professionnelle définitive. Source Mediapart

À présent une longue bataille juridique s’annonce, certains des condamnés ont bien sur décidé de faire valoir en appel leurs jugements.

* * *

La question de la gestion des substances et la répression des usagers crée un boulevard pour le marché noir. Ce qui est vrai pour le Cannabis est aussi valable pour l’ensemble des stupéfiants, y compris les plus dangereux comme le Crack.

Le Cannabis qui pourtant est employé sous sa forme brute comme un médicament partout dans le monde, partage le tableau noir de la France qui cogne, de la France qui punit et surtout de la France qui triche. La France des stups.

À lire sur Le Cannabiste

a-lire-sur-lecannabiste-stups-corruption

 

Loin de l’angélisme, après 50 années de pire en pire il ferait sens de s’interroger sur la méthode. Au final sans accompagnement thérapeutique, quelle que soit la substance, la prohibition n’est rien.

Mais surtout: la pire des lâchetés serait de croire que cette énième affaire de corruption serait la dernière. #Changement

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter / Instagram

Sources : Mediapart // Le point

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

A propos Jean-Pierre 935 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.