CBD Brexit : Le Royaume Uni ferme les vannes !

Publicité

Coup de tonnerre outre Manche. La très souveraine Food Standards Agency vient d’annoncer une série de mesures et d’avertissements qui pourraient bien sonner le glas du business du CBD au Royaume uni. Ultime soubresaut post Brexit, de la prohibition du Cannabis, qui soudainement s’appuie sur la réglementation Européenne. Novel Food CBD et Brexit : décodage et analyse sur Le Cannabiste.

* * *

Le chemin vers la légalisation du Cannabis, ce n’est pas un long fleuve tranquille. C’est la raison pour laquelle lorsqu’on en parle ici on emploie souvent l’expression de ‘vague verte’. Ça balance, ça éclabousse, ça rebondit et parfois même on peut se laisser surprendre par le ressac.

C’est un peu l’expérience que sont en train de vivre les Cannabistes Brittaniques, avec le CBD. Alors comment expliquer rationnellement, ce qui est en train de se produire? Pas évident !

Voyons comment l’agence Sanitaire Anglaise a décidé de contrôler et de limiter tout le business du CBD Anglais dès l’an prochain. Autopsie d’un crime annoncé, c’est le quart d’heure : Minority report.

 

#Nawak

Nous l’avons vu à plusieurs reprises et en particulier avec le CBD, sitôt que les vannes du business à l’Anglaise se sont ouvertes, le Cannabidiol s’est mis à couler dans tous les sens, c’est très vite devenu n’importe quoi.

 

 

Or le voisinage culturel avec les USA et le Canada où la réglementation est parfois plus permissive, entraîne nos amis Anglais vers le large. Là ou la vague verte passe d’une mosaïque d’entreprises à l’autre. Une certaine idée du progrès serait même dans l’air du temps.

Il se trouve chez les députés Anglais de plus en plus de défenseurs du principe de la légalisation du Cannabis en général.

 

Capture d’écran BBC – Tous droits réservés

 

Mais soudain, ce sont celles parmi les entreprises dédiées au CBD dans le domaine du Cannabis légal Anglais qui ont le plus de souci à se faire. Une nouvelle réglementation est annoncée, elle prendra effet en mars 2021 dans un peu plus d’un An.

Et ce n’est pas très beau à voir.

 

C’est désormais officiel, la Food Standards Agency rebat et distribue les cartes par le biais d’un communiqué officiel publié sur leur site hier, 13 Février 2020. – Capture d’écran FSA – Tous droits réservés

 

* * *

#Novel Food

Sommes-nous les seuls à l’avoir remarqué? Le Royaume Uni se réfère aujourd’hui à une régulation produite par et pour la communauté Européenne. Communauté que ce même pays vient tout juste de quitter …. voilà ce qui devrait faire jaser la bonne presse !

* * *

La nouvelle réglementation UK s’appuie sur le cadre réglementaire dénommé :’ Novel Food ‘. Pour faire simple, c’est une série de régulations qui visent à protéger les consommateurs contre le danger potentiel ou la toxicité des nouveaux aliments. 

Pour l’Union Européenne donc et donc pour ses membres le CBD fait partie de ces aliments … (NDLR: Inutile de nous insulter on y est pour rien)

 

Extrait du site de l’ANSES – Définition Novel Food – Capture d’écran Tous droits réservés

 

* * *

 

Tout cela est bien joli, mais ça pose aujourd’hui 2 questions fondamentales :

  • Sur quelle base légale le droit Anglais peut-il s’appuyer, en rapport avec la réglementation EU qu’il vient de quitter
  • Quelles sont les études scientifiques qui vont venir étayer cette règlementation draconienne

#Queue de Brexit

Pour répondre à la première question il faut se pencher sur ‘l’accord de Brexit’, c’est à dire le document qui régule la sortie de la Grande Bretagne de l’Union Européenne.

Et comme d’habitude là dessus on est allé poser la question à notre ami le Professeur Yann Bisiou de l’académie de Montpellier.

* * *

Visiblement on était pas les seuls, alors le prof’ nous a fait un tarif groupé, voici son Tweet.

 

 

Entre les lignes : Pendant 1 an les règles Européennes et leurs réglementations respectives s’appliquent encore au Royaume Uni, comme au bon vieux temps de l’union. 

 

* * *

Les autorités Brittaniques ont ainsi tout loisir de continuer à s’appuyer sur le cahier des charges Novel Food, avant d’acter de leur propre réglementation séparée, sur les produits comestibles ou vénéneux. A ce sujet le professeur Bisiou est catégorique, ce qui peut apparaître comme une bizarrerie ne devrait pas poser problème.

« Ça leur laisse le temps de reprendre comme par « paquet » les textes européens qui leurs conviennent au Parlement. Cela ne pose aucun problème juridique pour moi » Yann Bisiou 

 

* * *

A découvrir en Anglais sur Le Cannabiste UK

#Santé

Répondre à la deuxième question c’est beaucoup moins simple, vu que l’ensemble la littérature scientifique connue à ce jour placerait le CBD derrière le café en terme de toxicité par exemple. Alors côté Britannique on s’appuie sur quoi pour mettre en garde les gens?

Pour le moment sur pas grand chose, aucune évocation du système cannabinoïde endogène ou des endocannabinoïdes. Aucune analyse de toxicité, aucun élément tangible, la FSA fait un peu penser à une poule qui aurait trouvé un couteau.

* * *

 

  • Mise en garde aux femmes enceintes
  • Mise en garde pendant l’allaitement 
  • Dose maximale de 70 mg par jour recommandée
  • Mise en garde à tous les adultes qui souhaitent en consommer

 

Ce qui est assez paradoxal lorsqu’on épluche les communiqués de l’agence Anglaise FSA, c’est qu’il n’est fait allusion nulle part, de problèmes de toxicité spécifiques, propres à la consommation de CBD.

Peut-être tout simplement parce qu’il n’y en a pas. Il va falloir leur donner un peu de temps pour en trouver. (NDLR: vous verrez qu’ils vont finir par y arriver)

Le CBD n’est considéré ni comme un dopant, ni un toxique, ni un vénéneux et par aucune législation au monde, pas plus en Angleterre qu’ailleurs. Cette mainmise de le FSA traduit davantage une volonté de contrôle économique, qu’une mise en garde raisonnée.

 

A lire sur Le même sujet

 

#Arguments toxiques

Alors que nous disent les gens de la FSA, dont le dogmatisme fait figure de seul argument, à l’image de la très voisine Mildeca Française?

 » Nous alertons sur le fait que le CBD pourrait présenter un risque pour des groupes vulnérables et proposons une limite haute à 70 mg par jour par personne.  » Emily Miles, directrice générale de la  FDA – Food Gov UK

Et voici l’argument santé du spécialiste scientifique maison à la FDA. En gros, « y’a pas d’mal jusqu’à preuve du contraire » mais sait-on jamais …

 » Mon comité a examiné les faits sur les produits alimentaires au CBD (…) la consommation de ces produits peut avoir des effets nocifs potentiels sur la santé.

(…) Nous n’en savons pas assez pour être sûrs de pouvoir prendre le risque mais je me contente d’une approche responsable et pragmatique à la FSA. Le comité continuera de garder ces produits à l’étude dans les mois à venir.  » Pr Alan Boobis, Comité Toxicité FSA – Food Gov UK

* * *

Voilà les gardiens de la paix et de la santé, avec pour seul argument leur propre existence et leur volonté de nous protéger. Finalement le Brexit n’était pas une si mauvaise idée. Ça nous aura libéré d’au moins d’une partie des euro-prohibitionnistes.

Il ne reste plus à prier que l’ANSM et consorts de la Macronie, ne s’emparent de cette décision infondée pour écrire leur propre chapitre fondé par dessus ces décisions absurdes. 

Quelle sera le texte de la page Française dans le grand livre de la prohibition Européenne? A priori ce sera encore plastique et médicament en boite pour tout le monde. Il ne manquerait plus qu’on laisse les gens se soigner gratuitement …

On se quitte avec une citation de Michel Colucci, décidément toujours dans l’air du temps :

 » Les gardiens de la paix, au lieu de la garder, ils feraient mieux de nous la foutre » Coluche

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources : FSA /// Health Europa /// ANSES

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook

A propos jean-pierre 568 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.