Cannabis HHC : La nouvelle défonce légale ???

Publicité

Madehellin-Franchise-LeCannabiste

Qu’est ce que le HHC ou Hexahydrocannabinol, d’où vient il et comment le fabrique t’on? Est il légal d’en consommer et d’en commercialiser en France? Quel sont ses effets? Comment se compare t-il aux autres produits du Cannabis ? Mais aussi et surtout: est ce que ça défonce ?

Ensemble nous allons tenter de répondre à toutes ces questions. HHC La nouvelle défonce légale ???

Un gros dossier, avec 3 fichus points d’interrogation sur Le Cannabiste.

 

* * *

Sweetseeds-LeCannabiste

Liens directs vers les chapitres de cet article

1 #HHC

2 #Le Chimiste : Sylvain Mélis

3 #L’entrepreneur passionné contre : Niko Todorovic

3 bis #HHC le Vrai / Faux (et les deux à la fois)

4 #Le juriste : Yann Bisiou

5 #L’entrepreneur passionné pour : Sébastien Béguerie

6 #Le test subjectif

7 #Laissez tomber !

 

Cet article est long parce que sur le HHC, il y avait pas mal de choses à dire.

Pour apporter un éclairage neuf sur ce sujet, nous sommes allés à la rencontre de professionnels du CBD, du droit français et de la chimie du Cannabis. Et tels l’Alice de Lewis Carroll: nous y a avons goûté.

C’est une enquête qui commence par une petite boite en plastique transparent avec un morceau de hash apparemment légal à l’intérieur. « Fumez Moi ». Ne nous demandez pas comment on l’a obtenu.

Sur l’étiquette ‘HHC 22% – CBN 13% écrit au feutre. À l’œil nu, la crotte de rat avait un aspect élastique, similaire à un teushi classique. De consistance un peu caoutchouteuse, aucune bulle n’est apparue à la surface sous l’action du briquet (…)

Notre test subjectif est au bas de l’article

 

extrakt 656x1024 1
Extrait de Cannabis concentré – Image CDC Lab Genève

 

Ce qu’il faut savoir également avant de commencer, c’est que ce type de produit semble bel et bien disponible à la vente aujourd’hui, dans certaines boutiques en France et en Europe. Que ce soit sous la forme de haschich, de fleurs vaporisées, de bonbons ou de produits à vapoter le HHC est déjà là.

Les magasins qui commercialisent déjà du CBD ou du chanvre se voient proposer du HHC à la vente, sans bien savoir de quoi il retourne. Ce qui rend cet article d’utilité publique!

 

#HHC

Comme le THC ou le CBD le HHC pour Hexahydrocannabinol est une molécule que l’on trouve naturellement dans le Cannabis en général, mais pas dans les fleurs en particulier.

Le HHC est en effet présent en quantités infimes et quasi uniquement sur les graines de Cannabis et les plants mâles …. La belle affaire!

Cependant la quantité qu’on peut en obtenir au final, est extrêmement faible en comparaison de la biomasse nécessaire de départ. Autrement dit, il faut un gros tas de graines et de plantes pour n’obtenir qu’une petite olive de HHC, avec l’aide d’un laboratoire conséquent et un savoir faire dédié à ce type d’extraction.

Donc, s’il s’agit d’en produire pour le commercialiser: il faut ‘fabriquer’ le HHC … 

Et c’est là que ça se complique.

 

206205313 1173331349830979 1117833412443688220 n
Image Chanvre DC – DR

Imaginez simplement un énorme tas de plants males et de graines d’un coté et un pois chiche de l’autre, c’est ça la réalité du HHC en terme de proportions depuis la plante de Cannabis.

Vers le menu de l’article

 

#Le Chimiste

Pour débuter notre enquête nous sommes allés parler avec Sylvain Melis. Ce jeune dirigeant suisse est à la tête du CDC Lab à Genève. Son travail consiste à encadrer les recherches et les travaux d’un laboratoire scientifique d’extraction et d’analyses autour du Cannabis.

 

cosmetique00
Image CDC Lab Genève – DR

 

Sylvain maîtrise parfaitement le sujet depuis les trésors enfouis de la plante, jusqu’aux exigences normatives du Cannabis médical. Lorsque nous l’approchons avec les initiales HHC : il fronce le sourcil et d’un sourire en coin nous glisse avec un léger accent suisse.

 

« Ils sont fous c’t équipe! »

LC: Vous connaissez? C’est facile de fabriquer du HHC ?

« Cela fait déjà quelques années que le HHC a été découvert. Dans les années 1940, Roger Adams est le premier à l’avoir synthétisé et décrit. C’est Boeren et ses collègues (Boeren et al. 1979) qui ont l’identifié pour la première fois dans des variétés de cannabis Sud-Africaines.

Il semble présent en quantité infime dans certaines variétés de cannabis et est assez peu mentionné dans la littérature scientifique fiable. Aucune étude approfondie et très peu de documentation/témoignages soutiennent ces vertus thérapeutiques. L’histoire du HHC est en train de s’écrire au moment où nous parlons et l’opportunisme commercial tente une nouvelle fois de piétiner le principe de précaution.

Au niveau de la production du HHC, différents procédés et précurseurs sont évoqués: 

  • L’hydrogénation du THC sous pression est vraisemblablement le procédé de production à l’origine des produits riches en HHC aujourd’hui disponibles. Le HHC obtenu par cette technique serait constitué d’un mélange de 2 molécules presque identiques (stereoisomers) le 9S-HHC(molécule naturelle) et le 9R-HHC (molécule apparemment non naturelle).
  • On a pu trouver dans la littérature scientifique, un procédé de synthèse chimique du HHC, ce qui alimente le doute quant à l’origine naturelle de celui qu’on trouve sur le marché.

Pour ajouter à la complexité, il semble que d’autres cannabinoïdes synthétiques soient aussi présentés comme du HHC. Enfin, il apparaît que la plupart du HHC vendu en France et en Europe n’a aucune certification valide, alors que son origine et son mode de fabrication sont entourés de mystères.

 

51BF64E6 4A52 4F5E 83D6 2ED2E904F7DC
Sylvain Melis – Administrateur du CDC Lab de Genève

En définitive la seule chose qui parait évidente, c’est que vu les prix assez bas des produits contenant du HHC, le procédé de fabrication est probablement peu onéreux et ne doit pas être très complexe.

Concernant l’origine du HHC retrouvé sur le marché, il n’est pas exclu:

  • Qu’au mieux il provienne du cannabis CBD cultivé par les agriculteurs américains (le THC retirés des distillats CBD largement produits serait recyclés en HHC par hydrogénation)
  • Qu’au pire il provienne de certaines entreprises chimiques clandestines qui fournissent déjà d’autres cannabinoïdes de synthèse toxiques comme le spice ou le K2. »

 

À lire sur Le Cannabistea lire sur le cannabiste spiceUS

 

LC: D’accord, le bon vieux principe de précaution .. et pourquoi selon vous?

« Outre Atlantique, certains patients acceptent de jouer les cobayes avec ce produit , mais en attendant des données scientifiques plus solides sur l’innocuité/utilité du HHC, j’éviterai d’en consommer. Pour rester en accord avec mon rationnel, j’opterai plutôt pour des produits locaux et durables qui contiennent uniquement des cannabinoïdes naturels et mieux étudiés.
Enfin, je me garderai d’essayer d’en produire à partir du THC, même avec un équipement correct. L’emploi d’hydrogène pressurisé présente un risque important, n’essayez surtout pas ça chez vous! »

 

LC: Ah quand même … pourquoi vous le déconseillez aux malades?

« L’opacité qui entoure l’origine et la composition du HHC, constitue un risque qui pourrait devenir majeur chez des patients vulnérables. Par ailleurs, il semble qu’un dosage clair et précis des 2 molécules presque identiques de HHC soit complexe.

Comme il n’est pas exclu que les conditions de l’hydrogénation influencent la part du HHC non naturel obtenu, il est probable que la potentielle efficacité/toxicité du HHC puisse varier selon les lots de produits.

 

5f6881c6 2195 4849 bef6 7b0cceccaefc
Image @ CDC / Suisse – Le Cannabiste – Tous droits Réservés

La rareté des études scientifiques solides sur les bienfaits et la nocivité du HHC vient renforcer mon idée qu’il ne devrait pas être utilisé de manière incontrôlée, comme produit thérapeutique.

Maintenant, si j’étais victime de douleurs ou problèmes de santé très invalidants, je pourrais me résoudre à tester certains produits au HHC, mais seulement après avoir testé sans succès les cannabinoïdes naturels facilement disponibles. »

Sylvain Melis – CDC Lab

Vers le menu de l’article

* * *

#Lentrepreneur passionné : contre

Pas très rassurés par l’opinion du chimiste, on s’est dit qu’on trouverait peut-être  présentation sous un jour favorable du HHC, chez un amateur éclairé du Cannabis. Alors on s’est tourné vers Niko Todorovic, entrepreneur multirécidiviste du Cannabis français.

Niko est avant tout un amoureux de la plante, de sa culture et de ses nombreux bienfaits. Il maîtrise parfaitement les questions commerciales et règlementaires autour du chanvre, du Cannabis doux et du CBD. Mais lorsqu’on lui parle du HHC, sa réponse claque sans détour.

 

« Désolé je connais, mais ça perso je kiffe pas. »

 

bruschetta 603115 1920
Image Pixel1 @ Pixabay

 

LC: Niko le HHC : c’est en tartine ou en dab?

« Je vais peut-être vous surprendre, mais je vous le dis direct: ce HHC… Primo, au niveau commercial, je le sens pas. À l’heure actuelle on ne maîtrise aucun processus de fabrication, je vois mal comment on pourrait normaliser quoi que ce soit, vis-à-vis des consommateurs.

 

* * *

Deuxio j’ai l’impression qu’on met un peu la charrue avant la beuh avec ce produit, si vous me passez l’expression. On est à peine en train de légiférer et de normaliser les processus autour du CBD. Vu le type de produit j’ai peur qu’on donne le bâton pour se faire battre.

Sachant qu’on a un produit qui provoque des effets narcotiques importants et dont on ne maîtrise ni le dosage ni la qualité, on mettrait en danger toute une filière, à vouloir à tout prix se mettre à la page avec le HHC. À mon avis ce serait une erreur.

En matière de fleurs, ça sacralise le principe de la pulvérisation et ça me paraît à la fois dangereux et malsain. Pour ce qui est de la vape … il va falloir du temps avant que ce produit soit accepté, s’il est admis un jour.

L’offre légale et normalisée au niveau CBD / CBG et autres … propose assez de choix et de qualité pour moi à l’heure actuelle, pourtant je suis difficile à satisfaire. »

 

À lire sur Le Cannabistea lire sur le cannabiste 200kg

 

 

LC: Un Cannabis qui fracasse, des fleurs pulvérisées, vous croyez que ça sera un jour légal en France ce fameux HHC?

« Je ne suis pas juriste, juste un amateur de bien-être naturel et un entrepreneur. Mais je peux vous dire que si nous en sommes arrivés là avec le CBD, c’est parce que là dehors il y a des gens qui prennent soin des plantes. Je ne jette pas la pierre aux chimistes bien sur, il en faut et on en à besoin.

Mais la question c’est jusqu’où on peut considérer qu’on est dans l’entorse à la loi? À quel moment on sait pertinemment qu’on va franchir une ligne rouge vis à vis du consommateur et de la société? »

 

Niko Todorovic
Niko Todorovic – Bural’Zen / La Piraterie

« Est-ce que le business du Cannabis doit demeurer l’art de contourner la loi en permanence?

Je ne le pense pas. »

 

« On a là face à nous, une diversité et une richesse naturelle qui nous émerveille et nous instruit chaque jour, avec le Cannabis. Pour moi c’est un autre délire avec le HHC, ça sera sans façons sur le principe et probablement pour longtemps. »

Niko Todorovic

Vers le menu de l’article

 

* * *

 

#HHC le Vrai / Faux (et les deux à la fois)

Le HHC ne provient pas des fleurs de Cannabis?

Vrai et faux : il ne provient pas directement de la fleur, mais peut être produit à partir d’extraits de la fleur qui ont été modifiés. De plus, il semble également possible de fabriquer assez facilement du HHC en laboratoire, sans plus passer du tout par le Cannabis, ni depuis ses extraits. (NDLR : Ce qui est assez flippant quand on y songe)

Le HHC est plus puissant que le THC?

À priori c’est faux, mais l’effet ressenti semble varier de façon importante d’un sujet à l’autre. En conséquence de nombreux consommateurs déclarent le contraire à leur première expérience, puis l’effet est moins important. On peut dire que l’effet ressenti avec le HHC est moins ‘constant’ que le THC. Son potentiel narcotique demeure néanmoins tout à fait considérable, effet d’entourage en moins.

Aux USA où sa consommation est répandue, on observerait également un phénomène d’accoutumance et de tolérance assez rapide avec le HHC. Ce qui veut dire que son effet semble assez rapidement s’estomper au fil des usages, poussant ses consommateurs à augmenter indéfiniment le dosage. (NDLR : Ce qui est assez flippant quand on y songe 2)

 

HHC 3D BS
Molécule de HHC en 3D – Image Wikimedia Commons

 

L’effet est similaire à celui du Cannabis?

Là encore c’est à la fois vrai, mais c’est aussi un peu faux. La comparaison pourrait s’arrêter à une partie l’effet ‘planant’ de certaines variétés très ‘Sativa’ de la plante.

Mais à priori, ce dernier effet intervient sans les aléas de la tachycardie, les risques de crises d’angoisse ou le sentiment de paranoïa. Des stigmates qui accompagnent souvent de manière aléatoire la consommation de certains produits à fort taux de THC.

Selon les usagers c’est un high vaporeux, peu dynamisant et moyennement fort qui caractérise le HHC.

Le HHC est il légal oui ou non?

À date d’aujourd’hui le 26 Juillet 2020 la réponse est : « oui, jusqu’à preuve du contraire ».

Ceci pour plusieurs raisons que notre prochain intervenant va détailler dans les lignes qui suivent. Mais sincèrement, on ne peut qu’espérer que sa vente soit encadrée et réservée aux majeurs très rapidement.

Vers le menu de l’article

* * *

#Le juriste

Défonce légale ou pas? Ça reste une question très épineuse. Qui mieux placé que le professeur Bisiou, chercheur enseignant en droit, pour nous expliquer si le HHC est bien en règle avec la loi?

À l’évocation de cette ‘nouveauté, même froncement de sourcil accompagné d’un petit rire, le professeur prête volontiers l’oreille et nous répond d’abord laconique …

 

« Tiens ça me rappelle un peu la situation du CBD cette histoire de HHC là … »

 

LC: Professeur, est que le HHC est aujourd’hui considéré comme un stupéfiant?

« Compliqué… Peut-être une remarque préalable: le HHC n’est pas un ‘nouveau’ produit.

Il y a une littérature scientifique consistante sur le HHC et ses dérivés (essentiellement synthétiques) depuis les années 80 et on a évoqué son intérêt dans le traitement de certains cancers.

Donc la substance n’est ni nouvelle, ni inconnue. Pourtant elle ne figure pas expressément dans la liste pourtant très longue des stupéfiants, ni dans celle des psychotropes. On se retrouve donc dans la situation que l’on a connu avec le CBD. »

 

LC: Ah, pourquoi ? Parce que ça défonce comme du champagne?

« Non ça n’a rien à voir, il faut regarder du côté du CBD pour comprendre au niveau du droit.

C’est exactement le même problème juridique: un produit extrait du cannabis non classé. S’agissant du CBD, la MILDECA considérait qu’il s’agissait d’un stupéfiant.

D’une certaine façon la Commission des Stupéfiants faisait la même analyse au niveau international, et la CJUE nous a répondu qu’il ne s’agissait pas d’un stupéfiant puisqu’il ne causait aucun risque pour la santé publique.

 

* * *

Depuis le Conseil constitutionnel en a rajouté une couche en précisant qu’un stupéfiant était nécessairement un produit psychotrope créant un risque de dépendance et un risque pour la santé publique.

Je pense que les mêmes acteurs tiendront le même raisonnement. Autrement dit, si l’État veut interdire le HHC il faudra rapporter la preuve d’un risque pour la santé publique. Et encore, cela pourrait ne pas être suffisant. »

 

À lire sur Le Cannabiste
a lire sur le cannabiste chanvre varietes

 

LC: Vous êtes conscient que cette molécule débarque dans les magasins français apparemment?

« Oui et clairement, le cadre juridique n’a pas été pensé.

Une fois encore les acteurs du marché des dérivés du cannabis sont en avance sur la MILDECA et le ministre de la Santé. Cela dit, je déconseille aux commerçants de prendre le risque de commercialiser du HHC.

L’exemple du CBD montre que les risques juridiques sont très importants et qu’ils se superposent.

Si le HHC est légal, quid de l’application des dispositions relatives aux nouveaux aliments ou aux cosmétiques ? Sans une évaluation détaillée du cadre juridique et de la toxicité du produit, vendre ce produit ne me semble pas raisonnable, sans parler de la responsabilité juridique et morale des vendeurs vis-à-vis de leurs clients. »

 

LC: Ah bon? M’enfin il faudrait savoir, le HHC c’est du stup’ ou c’est pas du stup’ professeur ?!

« Compliqué vous ai-je dit … et n’oubliez pas que les infractions relatives aux stupéfiants sont très larges!

Tenez, en 1985 la Cour de cassation a condamné pour tentative d’acquisition de stupéfiants un truand un peu naïf qui avait cherché à acheter du bicarbonate de soude en croyant acheter de l’héroïne …

Vu le genre de produit auquel on semble avoir affaire pour moi, la prudence s’impose pour les consommateurs. La liberté à un prix et la justice ça peut coûter cher. »

 

Yann Bisiou Depenalisation des drogues douces un etat des lieux 306345510

« Pour ce qui est des commerçants, quitte à passer à côté de bonnes affaires je crois qu’avec le HHC il vaut mieux s’abstenir tant qu’on n’a pas étudié plus en détail les conséquences de cette activité. »

Vers le menu de l’article

* * *

 

#Lentrepreneur passionné : pour

Pour la suite de l’enquête nous nous rendons en République Tchèque à la rencontre de Sébastien Béguerie que l’on ne présente plus sur Le Cannabiste.

À contrario des intervenants précédents, vous allez voir que Sébastien lui ne voit aucun problème à commercialiser ou à consommer du HHC sous certaines réserves. Il en a même fait une série de produits ‘collector’.

Passée la notoriété autour de l’affaire Kanavape, Sébastien s’affaire avec ses marques, dont il faut citer Alpha-Cat, toujours les produits Kanavape ou encore la marque Goldenbuds.

Notre dernier intervenant a bâti sa légende autour de la distribution de produits à base de Cannabis légal. Aujourd’hui il commercialise par exemple, des kits d’analyse en cannabinoïdes.

 

À lire sur Le Cannabiste
a lire sur le cannabiste kanavape

 

Au contraire des intervenants précédents, vous allez voir que Sébastien n’est à priori pas hostile à l’intégration du HHC aux côté des cannabinoïdes légaux, mais sous certaines conditions. 

* * *

Après les salutations, à la première évocation du HHC, Sébastien Beguerie nous renvoie directement la question. Sa réponse fuse comme une balle de ping-pong.

 

« Pourquoi il est où le problème avec ça? »

Avant de poursuivre :

« Vous savez, en Janvier 2022 un pays de la communauté européenne à modifié sa loi sur le chanvre pour autoriser tous les produits dérivés du cannabis jusqu’ à 1% THC. Ce pays c’est l’endroit où je réside et je travaille: la République Tchèque.

En février dernier, les acteurs du CBD en République Tchèque se sont réunis afin de poser la question de légalité du HHC aux autorités de leur pays. »

 

tch
Le courrier officiel du ministère de la santé de la République Tchèque où il est clairement répondu aux exploitants que le HHC ne fait l’objet d’aucune interdiction légale.

 

« L’avocat tchèque, Me Adam Binovec a reçu à sa question du HHC, une réponse officielle du ministère de la santé tchèque, expliquant que le HHC ne faisait pas partie de sa liste de substances narcotiques et n’était pas identifié comme une substance addictive.

De ce fait à travers l’usage du HHC, le ministère tchèque ne reconnaît aucune infraction à la loi, autorisant ainsi la libre importation et la commercialisation de produits dérivés à base de HHC, légalement.

Ça c’est la réalité légale aujourd’hui en Europe, je n’invente rien. »

 

LC: Donc pour toi Sébastien, le HHC pourrait être légalement commercialisé en France?

« Ce cannabinoïde peut avoir sa place dans les boutiques de CBD spécialisé comme on les trouve déjà à Prague et ailleurs en Europe. Ce type de produits s’adressent à des personnes majeures ayant déjà une bonne expérience dans leur consommation de cannabis bien être ou/et récréatif.

Les vendeurs de CBD devraient être bien informés sur le sujet pour répondre aux mieux aux questions de leurs clients. Le HHC doit rester exclusivement réservé à des personnes initiés et passionnés de cannabinoïdes légaux au même titre que des collectionneurs.

Ce genre de produits ne devrait être en aucun cas présent dans les bureaux de tabac où il n’a pas sa place à mon avis.

Aujourd’hui nous nous retrouvons dans un scénario similaire à l’affaire Kanavape sur le CBD il y a 8 ans. J’invite les acteurs français du CBD des différentes associations de professionnels suivre l’exemple de Maître Binovec:

 

342828 cbd comment kanavape a fait bouger les lignes web tete 061631887672 1000x533 Copie
Sébastien Béguerie 

Demandez au ministère le statut réglementaire du HHC en France!

Tout le monde sera fixé sur la réelle possibilité de commercialiser cette molécule. Le reste c’est uniquement une question de points de vue personnels. »

 

LC: de l’expérience que tu en as, à quel degré d’impact, en terme d’ébriété … d’effet intoxicant?

« Certaines personnes disent que les effets du HHC se situent autour des effets du THC, mais sans aspects inconfortables. Pas mal de gens le vaporisent, j’ai vu aussi passer des comestibles sur le marché européen.

D’après mon expérience personnelle, le HHC est intéressant avec un fort ressenti au niveau de la relaxation du corps et des muscles. il agit directement sur les récepteurs CB1, tout comme le THC mais avec une plus faible affinité. Cela rend les effets du HHC plus doux sur le corps et l’esprit en comparaison avec le THC, si on s’en tient à des dosages raisonnables.

On a affaire à un cannabinoïde naturel remis au goût du jour. Le HHC aurait des propriétés analgésiques, et pourrait enivrer légèrement en fonction du dosage, donc il ne faut pas en abuser, au même titre que le vin par exemple. »

 

209187472 1176585622838885 8248398624919093373 n
Image Chanvre DC – DR

.

« Pour ce qui est de le fumer, c’est un principe à prendre avec précaution. Car avec certains résidus de solvants utilisés pour assurer des taux en dessous de 0,2% de THC et les terpènes ajoutés on peut difficilement répondre sur la question de la combustion.

En plus le HHC pourrait avoir des interactions non souhaitées avec les produits de transformation de fleurs de CBD. Mais à ma connaissance en République Tchèque, il n’y a pas eu de recours aux urgences en série, ni de crise de santé publique avec le HHC, dont l’usage se répand rapidement par ici. »

 

LC: Donc, à priori, tu ne verrais aucun inconvénient à commercialiser ou à consommer toi même du HHC? Sans pour autant bien sur le conseiller à qui que ce soit?

« C’est juste, il s’agit d’un produit que je commercialise volontiers. J‘ai d’ailleurs sorti une série spéciale Collector Kanavape HHC avec une édition limitée de cartouche à vape/dab pen, le HHC se décline dans 3 saveurs que j’apprécie beaucoup : Skittlez, Strawberry OG, Super Lemon Haze!

Chacun à le libre choix de se comporter comme il le souhaite, face à l’offre légale. Tant que cela reste une affaire d’usage adulte, je n’ai pas de conseil à donner en matière de choix du Cannabis.

HHC ou pas cela regarde chaque personne individuellement. À titre personnel j’apprécie son effets relaxant en fin de journée. De nombreux revendeurs sont très curieux à ce sujet, pour le moment, on peut dire que ça se vend bien. Le HHC se diffuse commercialement partout en Europe, et en France aussi! »

Vers le menu de l’article

 

#Le test subjectif

On a testé le HHC, autant vous le dire tout de suite, ça ne casse pas trois pattes à un canard.

Pas de blouse blanche, ni microscope, ni matériel de vaporisation, ni même un calepin ou un stylo. C’est un essai bref et purement subjectif en guise de bonus dans ce dossier : on s’est juste roulé un pétard.

 

* * *

Tout commence par une petite boite en plastique transparent avec un morceau de hash apparemment légal à l’intérieur. « Fumez Moi ». Ne nous demandez pas comment on l’a obtenu.

Sur l’étiquette ‘HHC 22% – CBN 13%’ écrit au feutre. À l’œil nu, la crotte de rat avait un aspect élastique, similaire à un teushi classique. De consistance un peu caoutchouteuse, aucune bulle n’est apparue à la surface sous l’action du briquet.

Habitué à la combustion, notre journaliste volontaire, a roulé puis consommé une cigarette artisanale, avec environ 30 Mg de résine de HHC. Une cigarette, une feuille classique et un demi filtre en microfibre synthétique, ont servi à la confection de ce tarpé.

Un joint assez classique en somme. Cette résine présentée comme légale, contenait du HHC et du CBN. La présence de cette dernière molécule aura sans doute valu au sujet d’aller faire une sieste en toute fin d’expérimentation.

 

20 cm marocain Sebsi pipe Kif Pipe ou
Illustration : SEBSI marocain – DR

À la dégustation de ce joint, selon notre cobaye : « Le HHC c’est pas bon ». Un gout de carton brûlé vaguement éthyle, un petit arrière gout médicamenteux, vaguement amer et pas agréable du tout en bouche. Aucun shit n’a ce goût là, en fait, ça n’a pas du tout l’odeur ni le goût du shit.

La première sensation du HHC rappelle la gifle du bong pour ceux qui connaissent. Mais cela ne dure pas. Ensuite on retrouve un peu de l’ivresse passagère du hash fumé pur, au ‘sebsi’, une longue pipe fine marocaine.

 

* * *

Notre sujet décrit un high sativesque donc, auquel on s’habitue volontiers, le temps de s’apercevoir qu’on transpire beaucoup tout de même. Notre ami évoque un état assez dynamique au final mais une sensation un peu étrange, d’habitude le Cannabis ne fait pas ça.

Pour faire le rapprochement on se situe quelque part entre la MDMA et le champagne rosé par moments. Si la question de départ était: est ce que le HHC défonce? La réponse est clairement oui, autant qu’un pack de bières, qu’une demie bouteille de vin cuit ou qu’une série de shots de Redbull Vodka.

Au niveau état d’esprit, à priori on se lancerait dans un peu tout et n’importe quoi. Passer l’aspirateur, écrire un bouquin, nettoyer la voiture, faire l’amour, promener son chien … Le HHC procure dans un certain élan créatif. Une sensation vaporeuse qui intervient sans présence d’angoisses ni de tachycardie pas de panique à l’horizon.

Lorsque lassés du grand huit le journaliste a souhaité reprendre une activité normale, il lui a suffit de manger comme un ogre. Les effets se sont dissipés au bout de deux bonnes heures, conclusion le HHC donne aussi la foncedale.

 

Extraction de résine à partir de Cannabis – Image CDC Lab Genève – DR

 

Notre verdict sur le HHC? Rafraîchissant, mais pas terrible. C’est même vaguement inquiétant de se dire que les plus fragiles et les plus jeunes parmi les consommateurs vont facilement et légalement avoir accès à cette petite massue.

On vous recommande en particulier de ne pas prendre le volant après avoir consommé du HHC, tenez vous également loin des outils et des responsabilités après usage. L’expérience physique avec ce produit peut être très marquée et assez différente d’avec le Cannabis traditionnel. Le HHC est définitivement un cannabinoïde psychotrope puissant, à ne pas mettre entre toutes les mains.

Vers le menu de l’article

#Laissez tomber

En conclusion pour Le Cannabiste, dans votre intérêt et dans celui de tous, il vaut mieux considérer le HHC comme une drogue relativement forte, avec des effets impactants sur le comportement et la perception du monde qui nous entoure.

En termes d’ivresse, le HHC peut être considéré comme un alcool moyennement fort du style, vin cuit ou ponch et réservé à un public averti, attention ça tape vraiment!

Pour avoir échangé avec différents profils au sujet du HHC, y compris des consommateurs récréatifs réguliers, la défonce est là, mais elle ne semble pas satisfaire aux exigences du public du Cannabis à usage adulte.

 

* * *

Boudé par les consommateurs en raison des doutes sur sa provenance, ignoré par une majorité de négociants par crainte de son pouvoir intoxicant, le HHC ne sera sans doute pas le cheval de course attendu, porté par un marché du CBD dynamique. Et ce sera tant mieux.

En revanche c’est le point précis de l’histoire, au carrefour entre l’avidité des uns et l’appétence portée par la prohibition pour les autres. Le HHC crée une brèche, un précédent et vient jeter un pavé supplémentaire dans les eaux agitées des processus de légalisation. C’est d’ailleurs un pain béni, pour celles et ceux qui s’imaginent encore que le Cannabis n’est qu’une histoire de défonce.

Jusqu’à l’élaboration de procédés de transformation vertueux, jusqu’à la mise en place d’avertissements et un cadre légal approprié, le HHC apparaît surtout comme un miroir aux alouettes.

Vouloir à tout prix se l’approprier, c’est peut-être la plus mauvaise idée dans l’histoire des mauvaises idées. Laissez tomber.

Vers le menu de l’article

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter / Instagram

– Remerciement à Sylvain, Niko, Yann, Sébastien. Remerciement spécial Bryce, Théo, Véro, Frey et toutes celles et ceux qui ont aidé à la production de cet article. Propose recueillis en Ligne en Juillet 2022 – 

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

A propos Jean-Pierre 1083 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.