Juicy Fields : arnaque crime et botanique

Publicité

Madehellin-Franchise-LeCannabiste

La plateforme d’investissement dans le Cannabis médical: Juicy Fields, vient de mettre la clé sous la porte. Après plusieurs semaines d’incertitude et de confusion. Il semble hélas que les propriétaires aient filé avec la caisse. Les employés restants étaient en grève depuis le 11 Juillet et le lendemain les inscriptions à la plateforme étaient suspendues

Plusieurs dizaines de milliers d’investisseurs à travers la planète, sont furieux de s’être fait déposséder de leur argent et comptent déposer plainte, tandis que les influenceurs Youtube mangent à présent leur chapeau. Les spécialistes évoquent pour modèle une pyramide financière de type : schéma de Ponzi.

Depuis la promesse d’un placement juteux, jusqu’à une escroquerie monumentale. Juicy Fields : Arnaque crime et botanique. La crypto-carotte est sur Le Cannabiste.

 

* * *

Sweetseeds-LeCannabiste

 

Investir directement dans la production de Cannabis médical en crypto monnaie? Au lendemain de la pandémie, l’idée était révolutionnaire et la promesse de gains fulgurante. Jugez vous-même :

  • En 90 jours l’application sur téléphone générait 33 à 66 % de bénéfices
  • Le rendement non imposable prévu à l’année en crypto monnaie, était de plus de 130% au minimum

 

À lire sur Le Cannabistea lire sur le cannabiste insolite

 

 

Problème de départ: les actionnaires de ce système, qui pouvaient miser en théorie jusqu’à 180 000 euros, via la crypto monnaie échappaient à toute règle de vérification et de contrôle bancaire. C’était un crypto-placement qui devait rapporter gros, vite, et en toute liberté. La plateforme totalisait entre 5 et 10 mille connections par jour. On parle de plusieurs dizaines de millions d’argent investi par ses utilisateurs.

Tout cela s’achève avec une grossière arnaque pyramidale : Comment était-il possible de le savoir avant ? Vous allez voir que dès le début, un certain nombre de signaux n’étaient pas bons, mais alors pas bons du tout.

 

#Signes

En réalité le siège social Européen de Juicy Fields, était à priori basé en Hollande, à priori. Car la société Néerlandaise Juicy Holdings BV était le propriétaire d’une marque, dont le site internet renvoyait à une autre holding Suisse : Juicy Fields AG.

Il semble bien que le WHOIS du domaine de la plateforme ait été désactivé depuis le début, ce qui était déjà plutôt mauvais signe. Les informations de domiciliation de la plateforme financière étaient bidon, depuis le début.

 

ecran
La domiciliation officielle de Juicy Fields en Allemagne, une rapide enquête révèle qu’il s’agit d’une société écran, greffée sur un groupe prête nom. Seul le nom du PDG était bien réel (Site officiel de Juicy Fields désormais hors ligne)

 

Si on se fie à la communication officielle de Juicy Fields l’entreprise avait été crée en 2017 et supposément basée en Allemagne sous le nom de Juicy Grow. Mais le numéro de société Allemande renvoyait à une entreprise prête nom au capital de 25 000€ spécialisée au départ dans les fenêtres et les vérandas en aluminium/PVC  …

Juicy Grow Allemagne était donc une filiale d’un groupe créé au préalable par un certain Viktor Bitner qui n’apparaît nulle part ailleurs dans les archives du groupe.

D’ailleurs si on y regarde d’un peu plus près les premiers enregistrements datent de 2019 / 2020 en Europe. Les dirigeants étaient supposés résider en Allemagne et aux quatre coins du monde, de Malte à la Colombie.

Aucun des actionnaires / propriétaires ne figurait parmi les acteurs de cette société, du PDG au superviseurs, tous étaient salariés.

 

271620512 252785266935569 4190954942838409347 n
Juicy Fields : des formules à la carte, pour des revenus invraisemblables

 

Juicy Fields disposait de bureaux dans 7 grandes villes d’Europe.

Toujours à la loupe, on s’aperçoit que l’entreprise néerlandaise, Juicy Holdings renvoyait à son tour vers une société basée à Knonau en Suisse. Mais selon le registre des sociétés suisses, cette dernière était en réalité située à Pfäffikon, près de Zurich.

Enfin il ne semblait exister aucun lien entre la plateforme juicyfields.io et ces holdings autre que le paiement des investissement, de montants réguliers colossaux. Comme en témoigne le document ci-dessous que nous avons pu récupérer sur le site de l’application hacké par les employés, hélas sans les dates.

 

fidur

 

L’investissement sur la plateforme Juicy Fields était légal et apparemment autorisé par les autorités UE / USA / en Amérique Latine et dans le reste du monde.

Problème: l’autorité de régulation contrôle et de contrôle des établissements financiers en hollande l’AFM, n’avait jamais enregistré ni validé de dossier d’autorisation. Idem pour leurs homologues Espagnols (CNMV) et Allemand (Bafin). Mise en demeure et interdite à priori en Allemagne, l’application était toujours disponible contre la volonté de Bafin.

 

Un courrier de mise en garde transmis par l’AFM à la demande du blog spécialisé dans la détection d’arnaques OBA

 

* * *

 

Pour finir un certain nombre de multinationales de premier plan, étaient présentées comme partenaires de Juicy Fields au lancement de la plateforme, elles avaient rapidement disparu du site, sans doute à la demande des intéressés.

 

juicyfields 1

 

Bref, si quelqu’un se posait la question, il n’était pas si difficile de s’apercevoir que l’investissement Juicy Fields ne sentait pas bon. Comme dans la petite enquête, menée en ligne par ce youtubeur.

De nombreux spécialistes recommandaient la prudence, les crypto-joyeux téméraires, en auront été pour leurs frais …

 

 

#Le point

À l’heure ou nous parlons, plusieurs actions collectives en justice sont en cours en Europe et en France.  Tous les regards se sont naturellement tournés vers Alan Glanse l’ancien PDG aujourd’hui révoqué par Juicy Fields.

Glanse de son côté dénonce un montage opaque qui aurait ainsi dupé des dizaines de milliers de personnes. L’ex PDG salarié qui a rencontré ses patrons 5 fois en 2 ans, pointe de son côté des hommes d’affaire Russes aux commandes de cette vaste arnaque multimillionnaire.

 

 

Les déclarations de Glanse semble bien corroborées par l’enquête des journalistes espagnols de la rédaction d’EL Pais Financiero.

 

« Selon ces informations, Paul Bergolts était l’actionnaire majoritaire de tout ou partie du réseau Juicy Fields. Robert Laibach, un supposé avocat avec un passeport russe, détenait, selon les actes, les 49% restants des 2 sociétés citées.

Cependant, il est important de mentionner que Laibach est répertorié comme actionnaire désigné , un « homme de paille » dont les actions appartenaient en réalité à Alex Vaimer et Vasily Kandinski (lol) » Source

 

On apprend par ailleurs que les établissements bancaires qui ont été sollicités pour détourner l’argent des petits investisseurs aurait transité par deux banques. L’établissement ISX Pay est basé à Chypre et la seconde UAB payments basée en Lituanie, il semble que la totalité des fonds ait été ainsi transférée vers des paradis fiscaux et les comptes offshores du ou des actionnaires.

 

elpais
Capture d’écran El Pais Financiero du 16 juillet 2022

 

* * *

#Gardez vos sous!

Reste à vous inviter à la plus grande prudence avec ce type d’investissement à fort rendement dans le domaine du Cannabis. Si on vous promet la lune c’est très certainement une arnaque. Pour le moment le Cannabis perd de l’argent en bourse d’une manière générale.

Des taux de 50% annuels comme ceux que promet par exemple My First Plant, une autre niche d’investissement en ligne, sont colossaux et ne peuvent pas correspondre à la réalité. Ce dernier opérateur est toujours en activité comme le signale l’excellent blog OBA.

Prudence  avec les investissements dans le Cannabis, médical ou pas!

 

oba2
Capture d’écran OBA de mai 2022- Tous droits réservés

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter / Instagram

Sources : Forbes // Web Archive // juicyfields.ag // bafin.de // El Diario // elpaisfinanciero // OBA 

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

A propos Jean-Pierre 1083 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.