Médical: l’arnaque Française de l’expérimentation

Publicité

La macronie vient de jeter un os à ronger à ses électeurs. Un vieil os tout sec et tout mâché sous la forme d’un décret. Nous l’avions dit en bombant le torse: ‘La France a légalisé le Cannabis médical pour 2 ans.’ Cela reste une décision arrachée dans la douleur et le doute après 50 ans de malentendus, mais surtout: à quel prix?

Le Cannabiste passe en revue les modalités de ce qu’il convient bien d’appeler: Médical, l’arnaque Française de l’expérimentation.

 

* * *

 

L’ANSM a précisé les modalités d’application du Cannabis médical Français en déconnection totale d’avec la réalité des patients au dehors de nos frontières.

En France le Cannabis serait tellement mauvais et dangereux qu’on le réserve uniquement pour des personnes en situation de maladie rare, grave, et en situation d’échec thérapeutique.

 

À lire sur Le Cannabiste

 

#Trop peu

Avec 5 millions d’usagers en partie automédiqués voici la réponse des autorités sanitaires en 2020, réduit à la prise en charge des pathologies. À l’échelle d’Israël, cela devrait être autour de 300 000 patients Français, qui devraient en bénéficier, selon un simple calcul mathématique.

Si on prend ailleurs, l’exemple du Cannabis médical à Hawaii, cela concernerait alors 1.4 millions de nos concitoyens les plus fragiles dans des proportions fidèles. 

Mais en vérité au final, chez les fromages qui puent, ils seront 3000.

 

* * *

 

La liste des prescriptions et les effectifs proposés en France

  • La lutte contre certaines formes d’épilepsie sévères et pharmaco-résistantes (~500 patients)
  • les patients souffrant de douleurs neuropathiques (~750 patients)
  • Les patients nécessitants des soins de support en oncologie (~500 patients)
  • Dans des situations palliatives de soin (~500 patients)
  • Dans la spasticité douloureuse de la sclérose en plaques(~750 patients)

Source ANSM

Capture d’écran Légifrance – Tous droits réservés

 

 

Aucun producteur Français ne sera autorisé à fournir les patients de notre pays pour l’heure tout le Cannabis sera importé. Les prescriptions ne pourront pas dépasser 1 mois, et tout doit être bien sagement emballé et conditionné par les fabricants pour éviter les méprises avec le marché noir, on l’imagine.

 

Le fournisseur pourra présenter une offre pour un ou plusieurs des lots suivants :

Ratio THC dominant « à titre indicatif THC 20 : CBD 1 »
Lot 1.1 : Fleur THC > 8 %, CBD < 1 % ;
Lot 1.2 : Huile THC > 5 mg/ml, CBD < 1 mg/ml ;
Lot 1.3 : forme orale à ingérer THC > 5 mg/ml, CBD < 1 mg/ml.

Ratio équilibré « à titre indicatif THC 1 : CBD 1 »
Lot 2.1 : Fleur THC et CBD > 5 % ;
Lot 2.2 : Huile THC et CBD > 5 mg/ml ;
Lot 2.3 : forme orale à ingérer THC et CBD > 5 mg/ml.

Ratio CBD dominant « à titre indicatif THC 1 : CBD 20 »
Lot 3.1 : Fleur THC< 1 % CBD > 5 % ;
Lot 3.2 : Huile THC < 1 mg/ml, CBD > 5 mg/ml ;
Lot 3.3 : forme orale à ingérer THC < 1 mg/ml, CBD > 5 mg/ml ;
Lot 3.4 : Fleur THC< 5 % CBD > 5 % ;
Lot 3.5 : Huile THC < 5 mg/ml, CBD > 5 mg/ml ;
Lot 3.6 : forme orale à ingérer THC < 5 mg/ml, CBD > 5 mg/ml.

 

* * *

 

#Trop tard

Trop peu tard? Les producteurs Français écartés du projet initial par leur propres élus. C’est une disposition que dénoncent les entrepreneurs, les agriculteurs mais aussi les patients et un certain nombre d’associations Françaises. 

Nous sommes allés en parler avec Jouany Chatoux, souvenez-vous c’est lui qui défend le projet du Cannabis médical ‘made in Creuse’. Il nous fait part de ses réserves et du projet Cannapole 23

À lire sur Le Cannabiste

 

« Les producteurs Français écartés ? Je suis surpris sans l’être vraiment, on s’y attendait un peu …

Deux ans avec de l’importation pure c’est une demie-surprise pour nous. On travaille déjà avec la société Cannapole 23 à préparer l’ouverture du marché via une structure qui pourrait participer aux appels d’offre.

En attendant dans le cadre du plan particulier pour la creuse on espère encore bénéficier de la dérogation promise par le précédent premier ministre Edouard Philipe. L‘objectif est de produire et aussi d’exporter le premier Cannabis médical au plus tôt, on devrait être prêts d’ici 6 mois.

Ensuite il va falloir au bas mot 2 ans pour installer une entreprise capable de produire du Cannabis en France pour aborder ce marché sereinement, nous avons déjà commencé. »

Jouany Chatoux, joint au téléphone par la rédaction le 28 Octobre 2020

 

Le projet Creusois de compétences Françaises, pour produire du Cannabis médical: Cannapole

#La tournée du patron

Trop peu trop tard, ça vous surprend? Le 3eme exportateur de médicaments au monde, la France avec 60 milliards d’euros de chiffre d’affaires des médicaments en 2019 réalise 50 % de ce chiffre à l’exportation.

Primo la France qui n’a pas de production nationale de Cannabis va tout faire pour résister au choix d’importer des psychotropes concurrents de ses propres produits industriels. La légalisation du Cannabis déséquilibrerait sans doute aussi le marché de l’alcool et du vin dans l’hexagone, comme il l’a fait partout ailleurs.

* * *

Ensuite, s’agissant de l’affirmation des ‘vertus médicinales manifestes’ du Cannabis, la loi aidant, il faut s’attende à devoir lutter contre les lobbies du médicament et l’arrière garde des médecins/pharmaciens qui leurs obéissent bien sagement.

Les faux-prophètes de big-pharma sont légion, alors les patients vont devoir continuer de se battre, pour avoir le droit de représenter Cannabis comme un médicament polyvalent et efficace. Enfin s’agissant d’autoculture, s’imaginer qu’une bande de punks à chiens, va se faire pousser gratuitement un médicament à la maison ça ne va pas pouvoir aller pour les pouvoirs publics et leurs financiers.

« On a des usines à faire tourner et des chercheurs à payer, et des tonnes de psychotrope légal a écouler nous ….. » (fictif)

À lire sur Le Cannabiste

 

Pour ceux qui en soutiennent le principe, le combat citoyen pour le droit à l’autoculture va devoir être mené, dès aujourd’hui. Car personne depuis les arcanes corrompues du pouvoir et les milliards de la drogue légale ou du vin n’a envie de voir pousser du Cannabis dans les jardins Français. (NDLR: pas plus d’ailleurs que les acteurs du marché noir). Un dernier point qui justifie l’envoie débridé de toute la force publique à l’assaut d’une plante et des usagers de manière inutile et quasiment grotesque.

* * *

Dans le pays historique du chanvre, le gouvernement, tétanisé par le marché noir, impose probablement des choix guidés par la peur et une certaine dose d’ignorance, malgré il faut le dire les efforts de nombreux chercheurs et médecins. La #MiCannabis en a donné l’exemple. Du reste côté décideurs c’est le désert intellectuel total.

À lire sur Le Cannabiste

 

Ceux qui attendaient modernité et courage de la part du jeune président mal élu en seront pour leurs frais. Les personnes qui l’ont fréquenté le décrivent comme mégalomane, autoritaire, en 1 mot: dangereux.

On pourrait se dire que finalement ce n’est peut-être pas du Cannabis dont il faut avoir le plus peur, mais de l’incompétence des gouvernants immatures de notre beau pays.

 

* * * 

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources : LégiFrance /// ANSM

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook

A propos jean-pierre 721 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.