#MIcannabis : Les Creusois font tourner la Beuh

Publicité

Hier Mercredi 19 Février, la mission Cannabis de l’assemblée nationale a vu passer de l’herbe légale. L’objet de toutes les curiosités avait voyagé depuis la Creuse, apporté joyeusement aux députés par Jouany Chatoux le fermier de Pigerolles, avec la complicité d’Eric Correia, cet OPNI venu de Guéret.

Le Cannabiste a suivi les débats et vous en livre les meilleures punchlines. Attention changement en cours.

* * *

On le dit bon pour la peau, pour les yeux, pour le sang et pour la plupart des malades, mais on ignorait encore qu’il possédait des vertus éclairantes sur les politiques. Mesdames et Messieurs Le Cannabis en personne s’est invité hier à l’assemblée hier. Et on a pas fini d’en entendre parler.

#Rattrapage

La semaine dernière, le 12 Février s’était tenue une nouvelle session d’information à laquelle ont participé les superflics de la lutte antidrogue Française, ainsi qu’un certain nombre de chercheurs, sociologues et juristes. Il s’y trouvait Une enseignante chercheuse en droit, en particulier dont nous devons vous parler.

Du côté de l’OFAST c’est Stéphanie Cherbonnier qui vient prendre la relève à la tête de cette nouvelle institution. L’OFAST dont l’acronyme témoigne de la popularité du Cannabis vient se substituer à l’OCRTRIS, qui avait été comment dire …. décrédibilisé par le prédécesseur de Mme Cherbonnier.

Le nom de François Thierry est entré dans l’histoire comme un des fiasco les plus honteux de l’histoire Française de la lutte contre la drogue. Il y fallait au moins une ancienne contrôleuse générale de la police nationale pour endosser le rôle de nouvelle grande cheffe des stups.

 

Capture d’écran 20 minutes tous droits réservés

* * *

Lutte, lutte, lutte, trafic délinquance, violence, danger. On nous exhibe fièrement des chiffres statistiques qui disent au final deux choses.

  • De la drogue y’en a beaucoup et partout: Du coup, regardez comme on est utiles
  • La méthode forte ça commence à marcher les statistiques frémissent

Nouveaux offices, nouvelles ambitions, nouveau nom, la cosmétique est impeccable, on en oublierait presque que la guerre à la drogue est un vieux truc cher et poussiéreux, qui n’a jamais donné de résultats positifs nulle part.


 

On apprend que des criminels, il y en a de plus en plus, alors (…) « on recrute de plus en plus de police. » Rien de très rassurant. La lecture que nous donnent les cadres de la police et des douanes, c’est un peu le serpent qui se mord la queue. Le même échec depuis 50 ans, mais présenté sous un jour favorable.

#Le Chiffre

Au détour d’une question posée par Jean-baptiste Moreau le rapporteur principal de la mission, un chiffre important ressort de manière globale: sur le volume d’affaire représenté par le Cannabis en comparaison des autres stupéfiants

 

  • 4/5 de toute l’activité d’enquête et de répression des stupéfiants en France concerne le Cannabis : 4/5 des saisies de stupéfiants tout confondu sont du Cannabis.

 

En filigrane, plus de 70% du travail de la police sur la drogue en France, c’est à cause du Cannabis, peut-on imaginer le gain de productivité si notre paradigme ultra sécuritaire venait à changer …  quelles économies ?

 

* * *

#Virginie met tout le monde d’accord

 

Virginie Gautron est chercheuse experte en droit pénal et sciences criminelles à l’université de Nantes. Elle réalise des études empiriques sur les politiques pénales plus précisément sur l’articulation santé/justice pénale dans la pratique.

C’est Un sujet autour duquel, la législation sur les stupéfiants prend toute sa signification.

* * *

Extraits choisis des déclarations de Virginie Gautron le 12 Février 2020.

  • On peut parler de l’échec d’un modèle prohibitionniste
  • Les infractions sur les stupéfiants ont explosé depuis le milieu des années 90
  • La multiplication des dossiers pour usage: X 3 depuis 1996
  • Les usagers représentent les 3/4 des personnes poursuivies

À l’aide d’une série d’observations ciblées et précises, la chercheuse en droit a partagé avec MIC, des constatations sans équivoque:

 » Il faut écarter une croyance qui est celle d’une soi disant dépénalisation de fait, c’est parfaitement faux, car le taux de classement sans suite ne dépasse pas 2 % (…) les statistiques montrent une intensification de la répression « 

«  Les magistrats comme la police ont subi une culture managériale du résultat (…) les procédures de reconnaissance préalable de culpabilité sont en hausse.   On estime qu’1/4 des toxicomanes Français passent par la prison chaque année « 

 

 

La chercheuse dénonce des inégalités de traitement sur le territoire en matière de prévention et de traitement des infractions : Florilège

  • L’introduction de l’amende forfaitaire délictuelle est censée mettre un terme à ces inégalités (…) Mais de mon point de vue: c’est la pire réforme qu’on pouvait imaginer en la matière
  • Ça n’est pas une contraventionnalisation (…) ces amendes conduiront à des infractions pénales qui seront inscrites au casier judiciaire. 
  • Cette standardisation est inégalitaire et discriminatoire (…) les plus précarisés seront dans l’incapacité de la payer
  • Cette politique n’a eu aucun effet dissuasif, La France est en tête de la consommation chez les adultes ou les mineurs. L’offre de stupéfiant continue à se développer.
  • Alors qu’on a considérablement augmenté les budgets de police, la probabilité d’une interpellation demeure ridiculement faible. Parmi les jeunes consommateurs seuls 6.7% ont été identifiés
  • La cohabitation d’un puissant interdit théorique et d’un usage banalisé finit par discréditer la légitimité de la loi

#Prohibiland

Retour à la session d’hier Mercredi 19 Février. La MIC accueillait la médecine prohibitionniste en la personne du des professeurs Goullé et Jean Costentin. Une arrière garde ultra conservatrice, a qui on doit pour partie l’immobilisme Français si délétère en matière de Cannabis.

 

Un mauvais moment à passer nous direz-vous ? Pas si mauvais que cela. Car depuis la présidence de la commission comme au travers des observations du rapporteur principal, on a bien compris que les deux docteurs n’étaient là que pour faire tapisserie.

Ce qui a changé c’est moins le discours, que l’écoute qui leur est prêtée. Ces éructations prohibitionnistes mâtinées de peurs impalpables n’ont décidément intéressé personne. 

  • Le Cannabis rend les gens dingues 
  • Le Cannabis rend les jeunes malades
  • Le Cannabis conduit aux drogues dures
  • Heureusement il y a la beauté du vin

Ne comptez pas sur nous pour relever les phrases clés de ce triste Muppet-Show, on a signé pour s’occuper de la question du Cannabis, pas spécialement de la sénilité chez les médecins des académies.

 

 

#UFCM

L’Union Française pour les Cannabinoïdes en Médecine, c’est ce que la France a fait de mieux en matière de revendication du Cannabis.

Des patients, des familles, des chercheurs qui tous ensemble dénoncent nos lois honteuses par la mise en application du changement via leurs propres moyens.

Forts des meilleures références en la matière, éclairés par de nombreux scientifiques, l’UFCM est venu apporter aux députés la preuve vivante, qu’ils avaient 40 ans de retard sur le sujet.

Par la voix de ses représentants, un discours cohérent et étayé en deux mots:

  • Combien de temps allez-vous nous regarder souffrir sans rien faire
  • La science sur le Cannabis se meurt faute de crédits pour la recherche

 

Le discours de l’UFCM c’est le moment où on cherche nerveusement sa cigarette électronique ou son tabac. Le moment entre honte et colère, où on a envie de saisir les députés par le col un par un en leur criant au visage : « MAIS QU’EST CE QUE VOUS ATTENDEZ ? »

* * *

Depuis les prohibitionnistes forcenés qui les ont précédés à la commission;  l’UFCM c’est un peu la France résignée à enfreindre la loi pour ne pas avoir à souffrir.

L’UFCM, c’est le droit à vivre dans la dignité, le refus de l’obscurantisme médical et scientifique. l’UFCM enfin c’est un peu la science en réponse à la peur.  Souvenez-vous on avait rencontré le chercheur référent Christian Müller là dessus.

 


Bertrand Rambaud :

  • Par rapport au CSST de l’ANSM : ce qu’on expérimente c’est un système de prescription de distribution et de formation (…) l’efficacité du Cannabis n’est pas remise en question par l’ANSM (…)
  • 5 pathologies sur 41 reconnues : comment on va faire pour élargir sur les autres indications?
  • (L’expérience du Cannabis thérapeutique) Ça aurait été mieux avec 20 000 patients
  • Dans un centre cardio, j’ai expliqué que je consommais du cannabis médical. A la fin sur la fiche il y avait marqué ‘toxicomane’
  • Si on sait que le cannabis va être efficace, c’est l’intérêt supérieur du patient qui doit être pris en compte
  • C’est maintenant qu’on veut arrêter de souffrir, pas dans deux ans pas dans 6 mois

Christian Müller :

  • L’addiction au Cannabidiol n’existe pas, l’absence de THC ne provoque pas non plus d’état de manque
  • Aujourd’hui l’aspirine on ne pourrait plus la mettre sur le marché, il y a trop d’effets secondaire
  • Le Cannabis (…) ça commence a devenir la panacée universelle, c’est ça que les pharmacologues à l’ancienne détruisent
  • Je rencontre des gens qui souffrent, moi ce que je veux aider ces gens qui souffrent, on expliquera quand on expliquera, pour le moment je vois des effets qui sont absolument positifs, in vitro ou in vivo sur des patients.
  • Mr Constantin a un brevet pour des nouveaux dérivés qui vont remplacer les opiacés, il y a un conflit d’intérêt pour ma part.

Fabienne Lopez :

  • Quand vous passez au tribunal on tient rarement compte du fait que vous êtes malade, vous êtes amalgamé à toutes les personnes qui font usage et production de Cannabis
  • Nulle part il ne sera écrit dans les chiffres si c’est un usage récréatif ou thérapeutique
  • Il y aura toujours des professeurs Constantin (…) il y aura toujours des gens contre l’évolution

Philippe Andrieux

  • À propos de l’effet d’entourage : la plante entière fonctionne très bien
  • Personnellement, ce que j’ai remarqué c’est que le Cannabis aide à faire baisser les dépendances aux morphiniques

 

* * *

#Made In Creuse

Ça n’est plus un secret pour personne, la Creuse est sur les rangs pour la production du Cannabis médical en France.

C’est une réalité politique qui prend corps au travers des revendications de l’élu Éric Correia, l’OPNI que nous avions eu l’honneur d’interviewer pour vous. Il est président de la communauté d’Agglomérations du Grand Guéret.

 

 

Eric Correia est issu du milieu médical il a fait une proposition pour cultiver du Cannabis médical en Creuse, directement à Emmanuel Macron en Novembre 2017.

 

* * * 

 

Voici les principales citations de Éric Correia lors de son audition à la MIC

  • Est-ce qu’il est normal d’avoir  des patients qui soient obligés d’être dans l’illégalité pour pouvoir se soigner?
  • Est ce que on doit être coupable : d’avoir des douleurs?
  • On est pas soignant par hasard, on est soignant parce qu’on aime les gens
  • La crise des opioïdes aux états unis c’est 150 à 200 morts par jour (…) avec un marché économique très puissant derrière

  • Prince est mort d’un surdosage en Fentanyl, que j’utilise en anesthésie, c’est ça la réalité
  • Tout est prêt pour la filière Cannabis en Creuse (…) nous sommes prêts pour entrer dans l’expérimentation
  • Nous sommes prêts à créer de l’emploi dans nos territoires ruraux qui en ont bien besoin

 

* * * 

Les principales déclarations de Jouany Chatoux 

  • Le chanvre c’est comme un cochon, dans le chanvre tout est bon
  • Je ne suis pas satisfait que l’expérience du ministère de la santé parte du Cannabis d’importation
  • On est capables en 10 mois de sortir les premières fleurs

  • Est ce qu’on veut soigner les malades ou est ce qu’on veut soigner les actionnaires?
  • Les compétences localement on les a !

 

* * *

 

La délégation Creusoise était constituée de deux hommes et d’une plante dont on murmure qu’elle serait toujours à l’assemblée. Jouany Chatoux Fermier du plateau des Millevaches accompagnait l’élu. On a eu droit à un festival de bon sens et de vérité.

Pour cette session de MIC Le plat de résistance a été cuisiné en Creuse et acheminé en train jusque là : du Cannabis en pot et une fleur coupée.

L’objet tant décrié venu directement entre les mains des députés qui ne se sont pas privés pour le renifler un peu.

 

Depuis ces deux dernières sessions une forme d’espoir silencieux s’est installé. La frilosité des déclarations obscures au début des débats a laissé place à de véritables punchlines historiques. Hier Mercredi 19 Février les hommes de la Creuse ont succédé à une arrière garde prohibitionniste médicale qui n’est parvenue à effrayer personne.

* * *

Le vent tourne, les temps changent : on évoque à présent le terroir et le patrimoine

 » Espérer qu’un jour on arrive à une même culture autour du cannabis que celle qu’on a aujourd’hui autour de la vigne avec des terroirs. Moi je défends l’appellation Cannabis Tahitien c’est le meilleur du monde.  » Moetai Brotherson

 

* * *

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources : Assemblée Nationale en vidéo

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook

A propos jean-pierre 691 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.