Étude: Le Cannabis illégal est moins dosé en THC

Publicité

Buralzen-LeCannabiste-BN

Une étude comparative vient de mettre en parallèle les résultats d’analyse de plusieurs dizaines d’échantillons de Cannabis légal et illégal au Canada, afin d’en mesurer les taux.

Surprise, les produits du marché noir sont non seulement beaucoup moins sains à consommer, mais ils contiennent également beaucoup moins de THC que prévu.

Le bureau des légendes vertes est sur Le Cannabiste.

 

* * *

sweetseeds

Que ne nous promet-on pas en France, si l’herbe finit par être légale. ‘L’aveu d’échec’, ‘l’abolition de l’interdit’, la ‘perdition de la jeunesse’ … Mais aussi et surtout des millions de fous dont l’esprit aura été consumé par des taux de THC astronomiques.

Que nenni! Non seulement l’expérience Canadienne ne nous rapporte, ni des hôpitaux psychiatriques débordés, ni des routes jonchées d’épaves. Mais là où ça devient rigolo c’est quand les produits supposés moins forts, du marché légal, sont effectivement plus dosés THC que leurs homologues clandestins.

En gros au niveau THC, le Cannabis illégal ce serait de la daube, à minima un gros mensonge. Et vous allez voir que du côté des analyses, on a été chercher très loin chez ‘RPC’.

 

#RPC

L’étude comparative est proposée par un laboratoire d’analyses géant au Nouveau-Brunswick, ça se trouve au Canada. Le RPC pour ‘Research & Productivity Council‘ fait référence sur les analyses chimiques et biologiques des aliments par exemple.

160 Scientifiques, normes Canadiennes ISO 17025 et certification ISO 9001:2015. Le RPC existe depuis 1962. Autant vous dire qu’on a pas affaire à une bande de punks à chien dont le but est de vendre plus de shit derrière l’église.

 

« Le RPC est l’organisme provincial pour la recherche et la technologie (RTO) du Nouveau-Brunswick. Il offre des services contractuels dans les secteurs de la R-D et de la technologie dans ses installations de Fredericton, de Moncton et de St. George, au Nouveau-Brunswick. » – Source à propos : RPC –

 

 

#Analyses

Nous sommes en 2021 et cela fait 3 ans que le Cannabis est légalisé au Canada avec plus ou moins de bonheur selon les avis et selon les provinces.

La porte parole du laboratoire RPC au journal en ligne CBC News:

« Nos scientifiques sont curieux depuis plusieurs années maintenant de savoir si les produits de cannabis illicites étaient équivalents aux produits de cannabis légaux en ce qui concerne la santé et la sécurité ainsi que les allégations de puissance. » –Source

L’étude s’intéresse également aux produits comestibles qui sont disponibles au Canada légalement et illégalement. Mais pour aujourd’hui nous allons nous concentrer sur les fleurs.

 

* * *

Ça devrait suffire pour les motivations, à présent voyons les premiers enseignements de l’étude qui se trouve ici.

 

jeff w 5TtdvRfTJN4 unsplash
Fleur de Cannabis en gros plan / trichomes apparents – Image Jeff W @ Unsplash

 

 

Selon le « Canadian Cannabis Survey » de 2020 entre 6 et 8 % des Canadiens maintiennent leurs habitudes d’achat sur le marché parallèle du Cannabis.

Que consomment ils ?

 

  • Bactéries et contaminants microbiologiques

La dose maximale de ces contaminants par gramme de Fleurs au Canada est établie a 100 unités par grammes, on parle de colonies microbiennes ou bactériennes, sur les fleurs de Cannabis.

La totalité des échantillons prélevés au marché noir dépassent de 10 à 100 fois la limite tolérée dans les produits légaux, sans surprise.

Dans certains cas la charge en contaminants bactériens et microbiens est jusqu’à 100 000 fois supérieure à celle qu’on trouve dans les produits officiels. (NDLR: vous lisez bien et on a vérifié de 10 à 1 million c’est du x100 000). Sur les échantillons légaux on mesure en constante 10 unités par gramme.

 

bacter1
Résultats globaux: pollution bactériologique / Fleurs – Capture d’écran https://rpc.ca/ tous droits réservés –

* * *

 

  • Levures et champignons

Les taux mesurés sur le Cannabis illégal donnent le tournis. Pour vous faire une idée on a trouvé un échantillon qui contenait 1.3 Million d’unités contre 10 pour le Cannabis légal.

À ce niveau là 1 seul échantillon du marché clandestin se retrouve dans les normes. Ce qui prouve à minima que c’est techniquement possible.

 

eyast and molds
Résultats globaux: pollution levure et moisissure / Fleurs – Capture d’écran https://rpc.ca/ tous droits réservés –

* * *

 

  • Métaux lourds 

L’arsenic le mercure le cadmium et le plomb ont été recherchés dans les fleurs par le laboratoire sans succès pour les 2 premiers. En revanche du cadmium et du plomb sont bien présents sur les fleurs du marché parallèle.

On mesure même des taux jusqu’à 10 fois la norme pour le cadmium, un peu moins pour le plomb sans doute: 3 fois le niveau maximum autorisé dans 1 seul échantillon.

 

cadmium lead
Résultats globaux: métaux lourds : Cadmium Plomb / Fleurs – Capture d’écran https://rpc.ca/ tous droits réservés –

* * *

  • Pesticides

96 pesticides communs aux noms imprononçables ont été recherchés dans les échantillons du marché noir et des magasins légaux. Il s’agit de la liste de pesticides interdits par Santé Canada dans le Cannabis.

Parmi les 6 principaux ci-dessous, aucune trace n’a été détectée dans les produits légaux. En revanche TOUTES les fleurs du marché noir sans exception contiennent des traces de molécules chimiques, employées dans les pesticides. 

Oui 100% des échantillons illégaux… Un résultat qui fait un peu froid dans le dos quand même.

 

pest
Résultats globaux: pesticides / Fleurs – Capture d’écran https://rpc.ca/ tous droits réservés –

* * *

  • Cannabinoïdes

Enfin le podium que vous attendez depuis le début de cet article. Voilà ce que donne l’analyse des principaux Cannabinoïdes: une certaine surprise !

Figurez vous qu’au Canada, même si vous achetez un produit illégal, il est possible d’y trouver l’expression d’un taux de THC … voir du taux de CBD dans certains cas.

Notre étude mesure les taux de THC prétendus et les taux constatés, pour indicateur également le taux de CBD.

 

À lire sur Le Cannabistea lire sur le cannabiste cannabimetre

 

Tous les échantillons illégaux testés prétendent se trouver au dessus de 30% de THC, jusqu’à 32% de THC! En réalité seul 1 échantillon dépasse les 20% …

Par contre on trouve jusqu’à 2 fois et demie moins de THC que ne le prétendent les négociants clandestins à priori. Vendu pour des fleurs de Cannabis à 30% de THC, certaines ne dépassent pas ici les 13% ! Dans tous les échantillons, le taux de CBD quand à lui est négligeable.

 

cannabinoides
Résultats globaux: cannabinoïdes / Fleurs – Capture d’écran https://rpc.ca/ tous droits réservés –

 

Du côté du Cannabis légal en revanche on ne promet aucun taux au dessus de 17% et … on tient ses promesses. À noter qu’un seul échantillon légal parvient à se hisser au niveau du taux légal affiché sur les 4.

L’indice de confiance du Cannabis légal serait selon cette étude de 94% avec des variations qui ne dépassent pas non plus 10% de la promesse affichée.

En revanche l’indice de confiance du Cannabis illégal n’est que de 51.3% avec des variations jusqu’à 75% de la promesse exprimée en matière de THC

 

* * *

#Conclusion

Une étude qui tord le cou à plusieurs idées reçues en matière de Cannabis.

  • Le Cannabis illégal n’est pas plus sain que le Cannabis produit industriellement 
  • Le Cannabis légal ne tient pas toujours ses promesses en matière de taux
  • Le Cannabis légal ne contient pas de pesticides
  • Le Cannabis illégal n’est certainement pas plus dosé que le Cannabis légal

Voilà qui vient contredire les partisans du ‘toujours plus dosé’ en matière de Cannabis.

Non la légalisation du Cannabis ne conduit pas à une course aux taux en matière de THC dans les fleurs, chécké par Le Cannabiste, plié et garanti sur analyses.

Bonne prohibition à vous.

 

* * *

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter / Instagram

Sources : Research & Productivity Council // Santé Canada // CBC News

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

 

 

A propos Jean-Pierre 935 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.