Omar Saadoun et sa Blockchain pour le Cannabis

Publicité

Image greta scholderle moller-@unsplash

Le Cannabiste reçoit un nouvel épisode de toPot. On y parle aujourd’hui des règles de l’industrie du Cannabis depuis le Canada au travers d’une entrevue en audio, tout à fait exclusive. 

 

* * *

On va parler de Cannabis, c’est un peu normal car toPot n’est pas un podcast sur le tricot. Mais on va aussi parler de blockchains (chaîne de bloc au Québec) pour explorer une partie du champs des possibles.

 

 

toPot a trouvé un expert pour nous parler d’un projet prometteur qui nous arrive de l’Uruguay. Je tiens à remercier Nabyla Chafi qui m’a parlé de Omar et de son projet en plus de nous mettre en relation.

* * *

Grace à Omar Saadoun, vous allez tout comprendre sur le sujet;

Omar est Français, alors qu’il est encore tout jeune, ses parents déménagent en Uruguay. Omar vit dans un environnement hispanophone depuis, mais il s’exprime au quotidien et en famille en parlant Français.

 

Le logo de l’entreprise Inmind – Tous droits réservés

 

Alors pourquoi l’industrie du ‘pot’ aurait-elle besoin de la ‘blockchain’?

Réponse en quelques mots: C’est que maintenant, il y a officiellement une industrie du Cannabis.

 

Capture d’écran Blockchain France – Tous droits réservés

#Pour les producteurs

Ça fait des millions d’années que les humains consomment du chanvre. Pourquoi un tel projet maintenant ? 

C’est simple : la blockchain procure des avantages aux producteurs !

  • Imputabilité
  • Responsabilité
  • Traçabilité

C’est tout ?

A combien se chiffrerait le capital de sympathie de consommateurs reconnaissants d’avoir un producteur transparent dans ses pratiques commerciales ?

 

Illustration : Markus Winkler @ Unsplash

 

Certaines choses ne s’achètent pas. On donne sa confiance quand un commerçant vous retourne le respect sans doute. Avec Omar, regardons ces avantages dans le détail.

#Pour les consommateurs

Un tel outil s’exprime dans les deux sens de la transaction commerciale.
Le consommateur de chanvre pourrait, grâce à la technologie blockchain, savoir vraiment ce qu’il consomme.

 

* * *

 

Les noms de cultivars ne veulent plus rien dire et relèvent du marketing bien davantage que de la science. La blockchain pourrait redonner ses lettres de noblesse aux producteurs sérieux en leur permettant de prouver l’origine précise de leurs produits. 

#La véracité des informations

Dans le monde des blockchains, l’imputabilité est au centre du système.
Mais comment s’assurer que les infos entrés dans la blockchain sont vraies ?


Car un mensonge infalsifiable reste un mensonge…

 

Image Clint Adair @ Unsplash – Tous droits réservés

 

Omar va nous expliquer comment son système utilise les balises de proximité (vous ne dites pas ‘beacon’ en France ? ;-)) pour faciliter le travail des gestionnaires de la culture de Cannabis, quelle soit faite en intérieur ou en extérieur, légalement bien sûr.

#Sur mesure ou bien ‘out of the box’ ?

  • On fait aussi le tour des problèmes habituels d’intendance.
  • Quelle taille doit avoir l’exploitation de cannabis pour considérer un tel système ?
  • Combien de temps il faut pour créer une solution sur mesure ?
    Aucun détail n’est laissé de coté.

Vous désirez en savoir plus ? Vous voilà à présent obligés d’écouter l’interview de d’Omar Saadoun sur toPot !

* * *

Bonne écoute et bon chanvre à toutes et à tous !

 

Luc Prévost

 

PS: Si vous utilisez une application dédiée à la lecture podcasts, cet épisode est constitué de chapitres auxquels vous avez accès directement. 

* * *

 

 

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources : http://topot.ca/

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook