Croyances sur le Cannabis : Mythes ou Réalités ?

Publicité

Papaya Zoap Auto
homme surpris et fleurs de cannabis partout

Quand il s’agit de cannabis, de marijuana, on peut tout entendre et son contraire ! Parfois, il est bon de démêler un peu le faux du vrai. Certaines idées sont répandues dans le but de la prohibition, d’autres sont des légendes urbaines, etc. Mais alors, où se cache la vérité ? Que faut-il croire ?

livre sur les mythes du cannabis

En cette période féérique, nous aurions pu parler de contes et légendes de Noël, mais cela n’est pas notre domaine.

La démystification du cannabis, le dézingage de mythes, ça se passe sur Le Cannabiste !

 

Mythe N°1 : Le Cannabis Mène à la Consommation de Drogues Dures

cannabis et drogue dure

Il y a cette fameuse théorie de la porte d’entrée, ou théorie de l’escalade, qui est une théorie fumeuse et prohibitionniste datant des années 70. Celle-ci avance que l’on commence par une substance plus acceptable ou douce, pour petit à petit taper dans du plus fort, du plus dur.

Exemple : café, puis e-cigarette, puis cigarettes, puis cigarettes roulées, puis joints, puis ecstasy, puis cocaïne, puis héroïne, etc.

À noter qu’une étude de l’OFDT dévoile que presque 60 % des Français pensent que la consommation de cannabis conduit à la consommation de produits plus dangereux… Ce qui montre que cette idée est bien ancrée dans l’imaginaire collectif.

Cette théorie est réfutée par des études sérieuses, mais est néanmoins toujours explorée. Il faut bien prendre en compte que oui, la consommation d’une substance à un âge précoce peut avoir des répercussions. Cependant, il y a beaucoup de facteurs qui entrent en compte dans une “escalade”. Ce n’est pas parce qu’un jeune de 18 ans commence à fumer un peu de marijuana, qu’il finira une seringue dans le bras (comme dans la chanson “l’histoire d’un ado”).

Il est question de tempérament, de caractère. Mais aussi d’entourage, de fréquentations, de valeurs. Les troubles mentaux peuvent aussi peser dans la balance ; une personne dépressive ou borderline est plus enclin à se tourner vers certains médicaments, certaines drogues, tout comme une personne bipolaire est statistiquement plus exposée au suicide. Attention, vous pouvez très bien être dépressif, ne consommer aucune substance, ne pas abuser de votre traitement, et être bipolaire et ne jamais être exposé au suicide ! En réalité, tout est relatif.

-50 pourcent stormrock avec lecannabiste

Tout cela pour dire que cette théorie est du bullshit pur et dur et que, non, le cannabis n’est pas la porte d’entrée aux drogues dures.

 

Mythe N°2 : Le Cannabis Rend Feignant, Flemmard, Paresseux

Cannabis et Feignant

Certaines personnes ont cette image-là du fumeur de joint : affalé dans son canapé, les yeux moitiés fermés un sourire niait au coin de la bouche, avec le paquet de chips et le soda devant la console. Ne serait-ce pas un peu de la stigmatisation de réduire les consommateurs à cela ? Comme pour tout (ou presque), il faut se dire que chacun est différent ! Et chaque weed aussi l’est. Ce qui veut dire que nous ne sommes pas tous égaux face aux effets du THC et des autres cannabinoïdes. En général, le cannabis rend stone au point de ne plus décoller du canapé lorsqu’on en a un peu abusé ! Certains consomment de la marijuana (peu importe la forme), et se mettent à péter le feu, à déborder de créativité, ou de libido.

Mais de base, la plupart des consommateurs cherchent l’effet relaxant. Cela doit pour autant s’apparenter à de la paresse ? Non, on peut tout à fait s’accorder une pause. Il est certain qu’en fumant 15 bedo par jour 365 jours par an, on peut perdre un peu en perspicacité et motivation. C’est loin d’être la réalité de tous les usagers du cannabis. Regardez Snoop Dogg et son empire par exemple, ou encore Rihanna, Lady Gaga, Morgan Freeman et bien d’autres ! Ils sont loin de se reposer sur leurs lauriers.

C’est encore un sujet complexe qui a été étudié à plusieurs reprises, et comme pour beaucoup de choses, bon nombre de facteurs entrent en compte dans le fait de devenir flemmard ou non en consommant du cannabis ! On peut parler d’un syndrome amotivationnel qui apparait chez les gros consommateurs, mais cela ne touche pas tout le monde.

 

Mythe N°3 : Le Cannabis est Plus Fort qu’Avant

homme surpris et fleurs de cannabis qui sortent de sa tete

Oui… et non. En fait, on pourrait croire que oui au vu des statistiques que montrent les rapports sur les prélèvements effectués dans les années 70, environ. Mais il faut bien penser qu’à l’époque, nous n’avions pas les mêmes moyens pour analyser le cannabis en profondeur. On ne va pas entrer dans les détails, mais avant, la méthode utilisée (chromatographie en phase gazeuse) n’était pas très appropriée et altérait les cannabinoïdes. Et ça, les scientifiques d’aujourd’hui en sont conscients.

Cela fait plus de 40 ans que les chercheurs s’efforcent de répondre aux débats qui entourent cette question, mais les choses ne sont pas si simples. Les chercheurs eux-mêmes se sont rendu compte que certaines données et stats étaient erronées ou présentaient des lacunes

Une weed qui poussait un peu au hasard était forcément plus légère que de l’Orange Bud ou de la Hollands Hope, c’est certain.

De nos jours, avec l’industrialisation du cannabis, c’est la course à l’hybridation ; qui fera le produit le plus fort, qui fera la marijuana avec le plus de gout, etcétéra, etcétéra. Les breeders redoublent d’ingéniosité, et sont capables de sortir des variétés exceptionnelles ! Mais dans les années 70/80, il y avait aussi de la marijuana puissante.

-50 pourcent stormrock avec lecannabiste

La recherche de l’extrême, du nouveau, c’est surement dans la nature de l’homme du 21e siècle !

Un peu comme on peut le voir dans beaucoup de domaines, les bières les plus fortes, les vins les plus forts, les sauces les plus pimentées.

Tenez, cette mode de payer une chips qui a l’air carbonisée au prix de 20e LA chips, chips soi-disant la plus forte du monde, pour se retrouver à baver pendant 3h voire la tête dans la cuvette. (#vusurlenet)

Avec la technologie, bien sûr qu’il y aura toujours des produits de plus en plus fort. Il y a aussi l’offre et la demande, et les histoires “d’étiquetage abusif”… Que ce soit pour la marijuana ou pour le CBD, il n’est pas rare de voir des taux apposés de tant de %, alors que ceux-ci sont plus faibles. Il est facile de tricher.

 

Mythe N°4 : Il est Possible de Faire une Overdose avec du Cannabis

homme mort sur lit de cannabis

Il est agréable de citer cet adage de Paracelse disant que “tout est poison, rien n’est poison”. C’est la quantité qui compte le plus.

Vous avez très très soif et vous buvez 9L d’eau dans la journée ? Mort. Vous êtes très très fatigué et vous buvez 100 tasses d’expresso en quelques heures ? Mort (même si là, il faut y aller !). Il paraitrait qu’il faudrait fumer 680kg d’herbe pour que le THC vous achève, en 15 min. Autant dire que c’est impossible.

Il y a très peu de cas de décès étant liés à la consommation de cannabis, et d’ailleurs on ne peut dire qu’il en est vraiment la cause.

En fait, vous pouvez très bien faire un bad trip. Celui-ci sera plus ou moins horrible suivant la dose ingérée, si vous avez mangé ou non, pris de l’alcool ou des médicaments avec, etc. Bien souvent, c’est juste un mauvais moment à passer, où l’on se sent très mal.

-50 pourcent stormrock avec lecannabiste

Mais sur le papier, la fameuse overdose (non létale) au cannabis peut, techniquement, devenir létale (très rarement). En effet, le bad trip au cannabis peut entrainer de la tachycardie, arythmie, etc., ce qui peut être très dangereux pour une personne ayant des problèmes cardio-vasculaires.

Cela reste rarissime, et normalement, non on ne fait pas d’overdose létale avec de la marijuana.

 

Mythe N°5 : Le Cannabis Crame le Cerveau

cannabis et cerveau

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, non, le cannabis ne ronge pas le cerveau. D’après plusieurs études, il n’y a pas de modifications significatives de la structure du cerveau chez les consommateurs de marijuana ! D’ailleurs, il y a même un bon gros paquet d’études qui le démontrent.

Par contre, on ne peut pas le nier, l’usage répétitif et prolongé de cannabis peut entrainer des petits désagréments tels que : perte de mémoire à court terme, difficulté de concentration, etc. Rien de bien grave, et cela rentre vite dans l’ordre en repassant à une consommation plus saine, ou à un arrêt.

Bien sûr, il est fortement déconseillé aux plus jeunes de consommer, car jusqu’à la maturité du cerveau et du corps, mieux vaut s’abstenir de toucher à toute substance (nicotine, caféine, THC, etc.).

 

Mythe N°6 : Le Cannabis n’a pas de Valeur Médicale

docteur et cannabis medical

Ce mythe a eu, et a encore dans certains cercles, la vie dure. Ce qui est bien avec internet, sans être grand cerveau, médecin, ou scientifique, lorsqu’on cherche un peu (beaucoup parfois), on peut avoir accès à l’information. Il est compliqué de comprendre des études très complexes, faisant des dizaines de pages, mais avec un peu de volonté on peut.

Avant, nous pouvions mettre cette croyance absurde sur le dos du manque de connaissance, de la désinformation en partie due à la prohibition. Mais maintenant, personne n’est en mesure d’affirmer ce mythe, car même la théorie de la venue sur terre des petits hommes verts est plus crédible.

Comme vous le savez surement déjà, il existe des dizaines de milliers d’études au sujet du cannabis et de ces différents cannabinoïdes. L’usage du cannabis médical, là où il est autorisé, fait largement ses preuves. Alors oui, le cannabis n’est pas le traitement miracle qui peut éradiquer tous les maux. Mais force est de constater que si, le cannabis médical possède une réelle valeur médicale.

-50 pourcent stormrock avec lecannabiste

***

Sources :

  • Le cannabis mène à la consommation de drogues dures : ncbi.nlm.nih.gov / lefigaro.fr
  • Le cannabis rend feignant, flemmard, paresseux : ucl.ac.uk / druglibrary.org
  • Le cannabis est plus fort qu’avant : theatlantic.com
  • Il est possible de faire une overdose avec du cannabis : royalqueenseeds.fr
  • Le cannabis crame le cerveau : pro.addictohug.ch
  • Le cannabis n’a pas de valeur médicale : pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
A propos Lea L 67 Articles
Rédactrice en chef du média Le Cannabiste. Je suis passionnée par le pouvoir des plantes depuis de nombreuses années. Curieuse, j'ai bien sûr expérimenté par moi-même le cannabis. Mon but est de partager ma passion et mes connaissances au travers de contenus originaux. Aussi, mon objectif est de décriminaliser cette plante incroyable, qui mérite d'être reconnue pour ses multiples vertus et utilisations.