CBD/Chanvre: faut-il continuer à vendre des fleurs?

Publicité

LeSalonDuCBD-LeCannabiste
Image Elsa Olofsson : CBD Oracle

À la suite de la publication en France d’un arrêté manifestement illégal au regard du droit français et européen. Les réactions parmi les commerçants sont à ranger en trois catégories. Ceux qui maintiennent, ceux qui plient et ceux qui rusent.

La rédaction fait le point 4 jours avant une échéance décisive en conseil d’état, avec quelques uns parmi les commerçants directement concernés: les fameux marchands de CBD. 

Le Cannabiste s’interroge avec vous sur l’attitude à adopter dans ce contexte de crise, exemples à l’appui. Faut-il continuer à vendre des fleurs de chanvre en France?

 

* * *

sweetseeds

Un véritable tremblement de terre, vient de se produire dans le petit monde du CBD et des fleurs de chanvre en France. Tout le monde ne parle plus que de cela, alors un nouveau petit point collectif s’imposait.

L’interdiction de la fleur ça n’est plus la nouvelle du jour. Il en demeure encore, la question de la mise en conformité des échoppes. À cet endroit on peut observer 3 types de réactions: Ceux qui plient, ceux qui rusent, et ceux qui continuent d’en vendre ouvertement. Nous avons interviewé des commerçants.

Vous allez voir que si certains ont décider de se plier sans discuter à la loi, d’autres prennent le risque de s’y opposer. C’est le cas de Frankie, qui nous fait partager ses motivations au bas de cet article.

 

#Ceux qui plient et qui soldent

La majorité des magasins va se mettre en conformité et nous ne pourrons pas tous les citer. Le premier d’entre eux sur Google aujourd’hui se trouve être un des annonceurs de notre site. Il s’agit du magasin en ligne: The Greenstore.

 

Maxi soldes et déstockage de toute la fleur. Le gérant Nicolas, préfère botter en touche sagement, en attendant de voir ce que nous dira la justice.

 

« Selon nos informations, il devrait y avoir du neuf à la mi-janvier. Nous attendons une réaction suspensive pour continuer à proposer des fleurs légalement en France.

J’imagine qu’il sera possible de se réapprovisionner assez rapidement dès que la loi change à nouveau. C’est plutôt pour les fournisseurs et les producteurs que la question de la pérennité se pose brutalement. »

Nicolas The Greenstore.

 

the greenstore
Capture d’écran The Greenstore – Tous droits réservés

 

#Ceux qui vont voler sous le radar

Là c’est plus difficile de vous donner des noms et des liens comme vous pouvez aisément l’imaginer. Croyez-le ou non, mais bon nombre d’échoppes ont décidé coûte que coûte, de poursuivre la vente de fleurs, disons: ‘sous le radar‘, pour reprendre une expression consacrée.

C’est assez inédit.

Car la fleur dans de nombreux cas, est à l’origine de 70 à 80% du chiffre d’affaire des boutiques. Cela se résume pour certains d’entre eux, comme nous l’avons entendu: « à devoir voler sous le radar, ou à faire faillite« 

 

* * *

Vendre de la fleur au détail coûte que coûte, c’est le choix de C., commerçant, dont nos avons bien sur, masqué le nom. Joint au téléphone il dit ne pas avoir d’alternative, sinon le choix de fermer.

« Pour avoir la paix, nous avons retiré toutes les fleurs du site et des vitrines. Partout c’est la même histoire, les stocks débordent et tout le monde brade ses fleurs. Alors en face les clients nous disent, qu’ils sont inquiets de ne plus pouvoir en trouver. Ce sont souvent des patients automédiqués ou des gens qui ont arrêté le Cannabis fort en THC. Moins des jeunes, qui savent toujours où en trouver ailleurs et qui pourront y retourner facilement.

Alors on s’est dit tant pis.

Non seulement ils iront l’acheter à l’étranger en ligne, mais en plus on ne sait pas sur quoi nos clients vont tomber. Dans leur intérêt et dans le notre, on continue de prendre les commandes de fleurs, disons: ‘sous le radar‘.

On ne sera pas les seuls à proposer des fleurs hors catalogue donc hors TVA, à nos clients. C’est tout ce qu’ils auront réussi à créer, avec leur loi scélérate. »

C. Commerçant du CBD

 

À lire sur Le Cannabistea lire sur le cannabiste afpc qpc

 

#Ceux qui rentrent dans le tas

Nous avons recueilli plusieurs témoignages de revendeurs et même, de buralistes, qui allaient dans le sens de la résistance à cet arrêté. En pratique ça peut vouloir dire: assumer les perquisitions et les gardes à vue.

Nous avons choisi l’un d’entre eux parmi les annonceurs du site. Franckie Rugolo sort d’une série d’interviews dans la presse écrite et télévisée. Épaulé par l’avocate Veronica Vecchioni. Il entend faire valoir son bon droit et rien que le droit.

 

C’est aussi l’avis de son avocate, Maître Vecchioni.

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

« On ne retirera aucune fleur. On va même intensifier la publicité et continuer notre série de vidéos épiques sur Youtube ‘Le Capone Show‘. »

CBD Shop France c’est 108 magasins franchisés qui proposent tous des fleurs. Franckie s’appuie sur le droit pour défendre son droit à continuer de vendre des fleurs.

« Nous produisons et nous commercialisons un produit conforme à la législation dans tous les pays de l’Union Européenne. J’ai déjà eu affaire à la police et à la justice et je n’en ai absolument pas peur. À chaque fois c’est la même conclusion: relaxe abandon des charges ou non lieux.

 

 

L’état Français se mord la queue avec une posture politique mais le droit Européen est supérieur au droit Français. Tout cela m’évoque un profond dégoût pour le gaspillage occasionné, faute de courage politique depuis ces dernières années.

Mon avocate Me Vecchioni vient de saisir la justice Européenne et la justice Française à cet effet, avec Un recours en manquement contre l’Etat Français devant la Commission européenne et un référé-liberté devant le Conseil d’Etat en invoquant la violation des libertés fondamentales.

De mon côté je m’attends à la visite des forces de l’ordre et je me tiens, prêt à toute éventualité. 

Nous ne nous laisserons pas abattre par la bureaucratie. »

Franckie Rugolo CBD Shop France

 

cbdsf
Capture d’écran – CBD Shop France – Tous droits réservés

 

#Le tuyau du taulier

L’arrêté Mildeca aura eu pour première vertu de placer la vente légale des fleurs, disons: hors catalogue, par conséquence hors TVA. Placés devant le fait accompli, une proportion importante de négociants de détail, emmerdent ce nouveau règlement liberticide, et choisissent de se mettre hors la loi. 

Nous ne pouvons pas vous encourager à le faire ici.

 

* * *

Premièrement, vendre des fleurs ‘sous le manteau’ constitue une forme de trafic. Ce qui vous expose à des poursuites graves. Il est clair que ceux qui choisiront cette voie doivent être préparés à se voir confronter aux forces de l’ordre et à la justice.

Il reste la possible confrontation, le fameux coûte que coûte. En connaissance de cause, il vaut mieux disposer d’un peu de trésorerie en préalable et d’un avocat compétent.

Il faut aussi assumer de se retrouver dans le rôle d’un trafiquant de drogue. Pour les buralistes la licence d’état peut également être retirée. Comptes et avoir saisis, charges relatives aux stupéfiants, … le chanvre en macronie, c’est tout un programme.

 

Complément d’informations et conseils, dans ce live rocambolesque et improvisé, du rédacteur ce dernier samedi.

 

Car, depuis quelques mois au prohibiland, l’ambiance est au tout répressif, cela n’aura échappé à personne. Le ministère public s’agissant de fleurs de CBD, choisit hélas, trop souvent la voie du stup.

Il vaut peut-être mieux éviter de s’y frotter, en ce moment …

Ajoutez à cela l’inégalité de traitement indiscutable dont fait l’objet le chanvre et le CBD, sur le territoire national … La situation est incontrôlable et mouvante, les certitudes changent en ce moment même, parfois radicalement.

Alors notre conseil: tâchez de vous tenir à l’écart des ennuis, respectez la loi avant tout. C‘est une chose que de ‘tomber’ pour trafic de Cannabis. Mais de vous à nous: le chanvre mérite encore moins la prison. 

 

* * *

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter / Instagram

Sources : RS // Rédaction // The Greenstore // CBD Shop France

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

A propos Jean-Pierre 983 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.