Visages Militants: Bap’ du Norml, ce Français qui fait pousser de la Weed aux USA

Publicité

Lorsque nous avons ouvert les hostilités journalistiques avec Le Cannabiste, le 18 Juin dernier, on à très vite remarqué Bap. Pour Bap, faire partie, du Norml France c’était pas assez, vivre aux États-Unis c’était pas assez, fréquenter les gens du Cannabusiness et du show-biz en Californie, c’était pas assez.

Bap fait pousser de la Weed à Los Angeles. Plein de Weed, et il en à parfaitement le droit. De la Weed, avec des tas de Cannabinoïdes dedans, mais aussi énormément de terpènes et une dose de THC à faire friser les moustaches du regretté docteur Moreau de Tours. Bap est un ami. Pour tous ceux du peuple de l’herbe, c’est même un frère. Avec Le Cannabiste cela a été une rencontre qui coulait de source, un de ces rares moments, où le job devient pur plaisir.

* * *

 #Bap L’interview

 

LC: Bonjour Baptiste, comment un Frenchie amateur de Cannabis finit-il par se retrouver sur la côte Ouest des États-Unis à y faire pousser de la ‘Marijuana’ ? A quoi ressemble ton histoire ?

Le hip-hop est très lié au cannabis et c’est aussi mon histoire. Je suis arrivé à Los Angeles il y a 6 ans, marié à une américaine qui souhaitait se rapprocher de sa famille après la naissance de notre premier bébé. Un membre du groupe de danse Chasseurs de Prime que j’ai hébergé lors de sa tournée en Californie m’a présenté un Français cultivateur de cannabis à LA, un graffeur tout comme moi. On s’est retrouvé chez son investisseur, maison de millionnaire dans les collines avec un mur de 10 mètres de haut peint par Retna entre posters de guns et photos originales de Snoop Dog. Ce gars possède le plus grand club de hip-hop de la ville, a fait fortune dans les centres de réhabilitation et réinvestit dans le Cannabis.

 

« le Cannabis c’est ma destinée »

 

On rentre par le garage, passage étroit entre sa Ferrari noire et sa Rolls-Royce, il arrive torse nu, deux mètres de haut, goutte de sang sur le biceps de sa piqûre de stéroïdes. Il avait un énorme tatouage de l’archange St-Michel dans le dos, symbole très fort pour moi. Lorsque j’étais plus jeune, j’avais fait une marche de 15 jours en plein hiver sans argent. Parti du parvis de Notre Dame de Paris, j’étais allé jusqu’à la traversée du Couesnon avec mon ami Arezki. Nous avions terminé au Mont-St-Michel.

Alors ce jour-là, face à face avec cet investisseur je me suis dis à ce moment précis: le Cannabis c’est ma destinée.

 

Bap son truc c’est la culture urbaine, le mouvement hip hop et le graf

 

LC: Un des trucs qui nous tracasse c’est l’utilisation du mot Marijuana pour désigner le Cannabis un peu partout. A ton avis quelle est la proportion de gens qui utilisent le mot Cannabis, au lieu de Marijuana… Est-ce que le choix des mots c’est aussi une posture aux USA ? Que peux-tu nous dire à ce sujet Baptiste ?

A Los Angeles, 50% de la population est Hispanique et le mot Marijuana est Mexicain. Il y a quelques mois, ce mot apparaissait partout dans les lois en Californie et il a été remplacé par Cannabis, le terme scientifique. Il existe une connotation raciste rattachée à l’histoire du mot Marijuana, pour ces raisons nous préférerons employer le mot chanvre chez le NORML France. Aux US, l’appellation Marijuana est utilisée sans modération par toute la communauté du Cannabis, le débat n’existe pas vraiment. Tu aurais des problèmes pour avoir appelé une fille honey sur ton lieu de travail, cependant personne ne te jugera pour avoir employé Marijuana à la place de Cannabis.

 

LC: En quoi consiste ton rôle militant au sein du Norml France d’aujourd’hui ?

Je suis l’Ambassadeur du NORML France aux USA. Je représente l’association auprès des activistes, des médias, des entrepreneurs et des citoyens Américains. Je suis aussi actuellement Rédacteur en Chef. C’est un titre important, car tout reste collectif et transparent. Un article écrit, c’est deux membres qui repasseront dessus pour vérifier orthographe et syntaxe, deux autres pour la mise en forme puis encore deux autres pour l’usage du vocabulaire et la position de l’association, avant d’en valider la publication. (Ndr: y’a un message caShé pour nous au sujet de la Sainte axe ?)

 

« faudrait pas nous la faire à l’envers »

 

Alexandra Maillard, élue aux côtés de la direction, met un point d’honneur au respect de ces règles qui nous permettent à présent d’être reconnus et de pouvoir nous entretenir avec des gens comme la MILDECA qui pourtant nous reprocherait presque d’avoir le soutien de beaucoup d’entreprises. Mets-toi à la place d’un parent d’enfant épileptique qui regarde la Ministre de la Santé sur RTL ricaner, à propos du Sativex qui n’est pas accessible aux patients, en disant : Nous ne sommes pas d’accord sur le prix. Si lobby d’entrepreneurs il y a, ce n’est pas nous, faudrait pas nous la faire à l’envers. Oui, des entrepreneurs m’approchent et me demandent Que pourrait m’apporter le NORML ? Quand de nombreux malades rejoignent le NORML, payent une cotisation pour qu’on puisse tenir des stands et nous disent juste Merci.

 

Bap fait des Dabs dans un endroit ou 1 million de Français rêveraient d’être, quelque par à Los Angeles

 

LC: Tu as aussi des contacts militants aux US ? En quoi consiste le militantisme pro-Cannabis dans l’Amérique de 2018 ?

Pour n’en citer qu’une, Ellen Komp. Une activiste célèbre aux USA. Députée Directeur du California NORML. Elle était éditrice de la première revue sur le chanvre dans le temps. On s’entend très bien, elle se débrouille en Français et s’intéresse à la situation Française, elle est géniale. Légalisation cela veut dire nouvelles lois dans tous les codes, santé, travail, route… En 2018, être pro-cannabis in America dans les états qui ont légalisé, ça veut dire défendre les petites entreprises, protéger de la discrimination, permettre l’accès au Cannabis médical à l’école, sur les lieux de travail, tout ce genre de choses entre autres.

 

« Protéger et informer sont mes propres priorités au quotidien »

 

LC: Parle nous de tes convictions personnelles en matière de Cannabis, quelles sont tes expériences, ta toute première fois ?

Collège, barre de rire. Puis la consommation abusive au bong, conséquence directe de l’état de prohibition en France. Aujourd’hui, je ne consomme du Cannabis que par périodes d’insomnies. Généralement je sors faire un tour quand mes enfants sont couchés. J’aimerais pouvoir les protéger des erreurs que j’ai faites. Le Cannabis peut aussi avoir des conséquences sur le cerveau en développement. Même à 18 ans, je trouve que ça fait encore un peu jeune pour y toucher. Protéger et informer la jeunesse cela partie des priorités de NORML France, et ce sont précisément les miennes au quotidien.

 

Bap en compagnie de Lori Ajax, la directrice du Bureau of Cannabis Control en Californie

 

LC: Comment juges-tu la situation Française avec les magasins de chanvre et de CBD ?

C’est un peu comme en Californie il y a 15 ans. Les magasins apparaissaient sur le flou juridique de la loi 420 du sénat. Au début ils se sont fait fermer et saisir. Mais ils ont continué à s’imposer jusqu’à finir par l’emporter devant les tribunaux. Au NORML, nous ne pouvons pas encourager officiellement la vente de fleurs. Mais si tu me demandes en tant que citoyen? Et bien si j’étais en France aujourd’hui, que ce soit ouvert, fermé, ou même fermé de force, je répondrais sans doute depuis le seuil de mon propre magasin de chanvre.

« la beauté de la fleur, quand elle est mature et en bonne santé »

LC: Si tu devais partir sur une île déserte et que tu ne puisses prendre avec toi qu’une seule variété de graines de Cannabis, laquelle serait-ce ?

Déjà, je peux te répondre que mes graines, je les prendrais chez Diamondseedz. C’est un membre très actif du NORML mais surtout je suis sûr du niveau de qualité. D’ailleurs il sera présent à l’Expogrow D’Irun cette année. Je ne choisirais pas une auto-fleurissante car j’aime décider du temps de croissance.

Je ne choisirais probablement pas en fonction de la rareté, ni du goût, de l’odeur ou bien encore du high. Non pour moi, ce serait surtout pour la beauté de la fleur, quand elle est mature et en bonne santé. La Gorilla-Glue, est une plante que j’ai beaucoup de plaisir à cultiver. (Ndr: Gorilla glue ce sera cher maître, pipe, bang, Chillum Vape ?)

 

Bap nage dans la Weed Fraîche

 

Les remerciement de Bap:
Chasseurs de Primes : B-boys complets
– Valentin Liegrois directeur de la communication et Diamondseedz : pour leur précieuses contributions au NORML France
– Ellen Komp : la meilleure de toutes aux USA

 

* * *

#Bonus time ! 

Bap au travail

 

Bap quand il a travaillé pour un groupe de gens bizarre où y fallait faire des trucs avec ses doigts à LA

 

Bap quand il est super tendu, parce qu’il est pressé parce que …. c’est pas tout mais y’a du boulot !

 

— Interview réalisée en Août 2018 — Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – © Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés–

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 392 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.