Zen shop Brest CBD : autopsie du cas

Publicité

Le magasin de CBD de Brest a été fermé par la justice 8 jours après son ouverture. Les commerçants sont traités comme des trafiquants de drogue. Alors que le dossier est entre les mains de la justice Le Cannabiste vous propose un zoom sur ce dossier horriblement banal, alors que le corps de la victime est encore chaud.

* * *

C’est très délicat de parler d’un dossier judiciaire en cours, d’abord il y a le droit des personnes concernées à la présomption d’innocence, car mis en examen ne veut pas forcément dire coupable.

Pour finir, il y a le secret de l’instruction qu’il ne faut pas remettre en question. Mais vous allez voir qu’il reste quand même pas mal de choses à dire.

Car le gérant de ce magasin de Brest que nous appellerons simplement ‘Jeff’ n’a pas encore été condamné par la justice, pour le moment il est mis en examen. Le Magasin ZenShop a ouvert ses portes fin Juillet. 8 jours après les forces de l’ordre débarquaient au magasin. Voici ce qui sera finalement reproché au gérant par la justice.

  • Acquisition de stupéfiants
  • Transport de stupéfiant
  • Détention de stupéfiants
  • Cession de stupéfiants
  • Provocation à l’usage de stupéfiants
  • Exercice illégal du métier de pharmacien
  • Publicité illégale pour un médicament
  • Commerce illégal de médicament

N’en jetez plus la coupe est pleine…

* * *

Le magasin Zen Shop – Image FB

Aujourd’hui nous allons nous concentrer sur l’histoire de Jeff, mis en examen, pour avoir vendu des produits au CBD et des fleurs de chanvre au détail, à Brest.

Perquisition menottes geôle, tous les avoirs saisis, 44 heures de garde à vue pour le gérant 27 pour sa vendeuse. Pour la justice le Cannabis c’est très grave et quiconque a gagné sa vie avec doit impérativement être châtié. La justice aligne calmement, vise et envoie l’addition.

 

Extrait des chefs d’inculpation pour la mise en examen du gérant de Zen Shop – Source Dossier

* * *

#La loi c’est ici ou là

Au Havre et à Bonneville on prononce des relaxes. A Montpellier classement sans suite, tandis qu’à Toulouse pour les mêmes faits on emprisonne. Même produits, même type de magasin, même code pénal … On a beau y chercher un sens ou une logique, là c’est tout de même pas évident.

 

Depuis l’été 2018 certains parquets se sont emparés de la note de la MILDECA et la DGAC sans doute avec la conviction de faire leur devoir, d’autres procureurs en revanche n’ont pas jugé bon de poursuivre les commerçants du CBD. Souvenez-vous de ce que nous déclarait le Procureur de Dijon Éric Mattais lors d’une interview au Cannabiste à la rentrée dernière. Seulement de nombreuses décisions de justice à l’heure actuelle, viennent aussi démentir cela.

Un premier exemple au Havre : Weed Corner

Un autre en Savoie : Organiquement vôtre

On finira même sans doute par mettre un jour la main sur la décision des juges, vous verrez … C’est ce qui est bien avec la Justice, à un moment donné la décision doit être publique.

#À Brest

le parquet n’a pas attendu longtemps, 8 jours après l’ouverture de Zen Shop il y dépêchait la force publique, le magasin était placé sous scellés, le gérant interpellé. Tous les produits, les gains, les avoirs, les comptes, confisqués par la justice.

 

Commissaire, Procureur, Chef des Stups de Brest – Le rempart affiché contre les commerçants du CBD – Capture d’écran Ouest France, tous droits réservés.

#Léchec en chiffres

Jeff le gérant de Zen Shop, ce n’est pas un militant du Cannabis. Il n’a jamais flirté avec le marché noir non plus.

Jeff fait partie des consommateurs de Cannabis occasionnels, avant d’ouvrir sa boutique, il travaillait dans l’aménagement paysager. Pour Jeff, le commerce c’était une grande première. Cela représentait plusieurs années d’économies et de sacrifices afin de pouvoir lancer sa propre affaire. Il a choisi le CBD par ce que cela se vendait bien et qu’il y avait un atout santé pour le public aussi.

 

#Money

Voici ce que cette mésaventure lui a réellement coûté, tous comptes faits :

  • Investissement de départ 15 000€
  • Stock saisi et détruit 10 000€
  • Avoirs gelés sur compte 10 000€

Perte sèche : 35 000€ après 8 jours d’ouverture.

Mise en examen, enquête préliminaire en cours. Procès en attente.

Pour Jeff depuis de longs mois la vie s’est figée, c’est l’attente.

« On nous a effectivement reproché d’avoir gagné de l’argent alors que les autres magasins, moins bien placés,  plafonnaient à 300€. Je ne peux pas m’exprimer librement car je suis sous le coup d’une enquête préliminaire. Mais je peux confirmer effectivement que je me retrouve au RSA alors que j’avais économisé des années et plaqué un bon job pour en arriver là. Pour ma vendeuse c’est la même chose, un gros gâchis pour quelque chose qui est vu de manière différente selon les endroits… 

Désormais dans les villes voisines chez d’autres commerçants on trouve le type de produits que je commercialisais, c’est le cas partout en France, à Lyon, Montpellier Bordeaux, il s’en ouvre même de nouveaux pour concurrencer les anciens…  

J’espère que la justice en tiendra compte, la vérité c’est que si je n’avais aucune idée que ce genre de choses pouvait arriver du chanvre, sinon je ne l’aurais pas fait. Après coup je me rends compte que si j’avais ouvert à quelques kilomètres de là, tout ceci ne serait peut être jamais arrivé. » Jeff

* * *

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 325 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.