Le député François Michel Lambert a répondu aux lecteurs

Publicité

Au lendemain d’une poussée électorale en faveur des écologistes pour la dernière échéance Européenne, le sujet du Cannabis s’est installé plus avant que jamais dans le débat politique hexagonal. Le Cannabiste accueille aujourd’hui le député François Michel Lambert avec une interview assez exceptionnelle. Car pour la première fois dans l’histoire du journal, ce sont directement les lecteurs qui posent leurs question à notre invité, sans filtre carton ni marocain : Interview événement.

* * *

#Votez green ?

Il semble désormais acquis que le Cannabis ne soit ni une idée bleue, ni une idée rouge, ni une idée jaune. Par contre les verts dans leur ensemble lui ont toujours été favorables, c’est chromatique cette histoire là.

François-Michel Lambert, député écologiste a déposé une proposition de loi visant à légaliser le cannabis à usage thérapeutique, mais aussi récréatif. RTL

Alors, à la lueur de ses récentes déclarations chez nos confrères de RTL nous avons souhaité en savoir un peu plus sur le projet de François Michel Lambert.

On s’est dit que ce serait assez ‘bio’ d’approcher Mr le Député, calepin de chanvre en main avec nos petites questions sur la weed. Puis au final on s’est ravisés, quitte à se revendiquer ‘la voix du peuple de l’herbe’, autant qu’il ait la parole chez lui.

Alors c’est vous les lecteurs qui vous y êtes collés ! Voici les 6 questions auxquelles Mr le Député Lambert a bien voulu répondre, on a gardé la 7e pour Le Cannabiste, par principe.

* * *

François-Michel Lambert est Député, ‘élu écologiste des Bouches du Rhône. Il est présent au parlement depuis 2012 d’abord engagé sous une étiquette Vert/PS il co-fonde l’Union des Démocrates et des Écologistes, l’UDE, c’est dans ce contexte qu’il sera réélu député aux côtés du groupe de majoritaire LREM en 2017. Il quitte le groupe majoritaire en octobre 2018, pour fonder le groupe « Libertés et Territoires ». François-Michel Lambert intervient surtout sur les questions relatives à la transition écologique. Il est l’auteur d’un rapport « stop aux pollutions plastiques »  qui propose une stratégie de sortie du plastique pétro sourcé  

#Interview

Sur Facebook question de : Yann Hempulsion (Croyance religieuse Tattooiste)

« Dans votre projet y a-t-il un texte concernant l’autoproduction (5/6 pieds par foyer) et le droit à la transformation du produit pour une consommation personnelle ? » 

FML : Non il n’y a rien sur l’auto production, ma proposition repose sur la création d’un organisme d’Etat qui organise la production, autorise et contrôle la vente, tout en assurant des missions de prévention et de sensibilisation sur les conduites à risque. La production est confiée au monde agricole, bio, sans pesticides et avec une grande traçabilité entre la semence, la récolte, la transformation et la vente.

L’auto production peut toujours être discutée et je sais qu’elle peut convenir à beaucoup de petits cannabiculteurs responsables et qui ne veulent pas se mettre hors la loi mais il y aura toujours un risque de trafic et tout une partie de ce projet de loi consiste justement à faire baisser le marché noir.

* * *

Sur Facebook question de : « Gérard Faure » (amateur éclairé de Willie Nelson, cuisine à l’huile d’olive)

 « Pourquoi vouloir limiter le taux de THC alors que ce serait laisser une grande part du marché aux dealers? »

FML : Il y aura toujours des dealers pour proposer des produits délirants avec des taux de THC dangereux. Mais on ne peut pas faire n’importe quoi. Tous les alcools ne sont pas autorisés et beaucoup de médicaments sont délivrés sur ordonnance.

Il s’agit de proposer un projet réaliste et de dire aux consommateurs: vous n’êtes plus hors la loi et vous pouvez consommer du cannabis dans un cadre légal qui pose cependant des limites: interdictions aux mineurs, dans les lieux publics, répression de la conduite sous cannabis, accompagnement sanitaire et social dans certains cas, limitation des effets psychotropes par un taux maximum de THC fixé par la loi.

La détermination des prix de vente aussi devra être pensée en fonction des prix du marché noir et d’une stratégie globale de lutte contre les trafics et de récupération de la filière économique. Notre cannabis sera garanti sans toutes les saloperies que les dealers proposent pour couper leurs produits.

* * *

Sur Facebook question de : « Etienne Le Roy »  (éleveur de colombes et tireur d’élite)

Les canadiens n’ont pas stoppé le marché noir, a cause de taxe trop élevée et d’une production d’état de très basse qualité, faite sans amour, ou allez vous calquer le modèle sur nos producteur de vin, qui font du bon par amour de la vigne?

FML : Il faut éviter l’effet nord américain où le business s’est tout de suite emparé du marché avec une concurrence sauvage au détriment de la qualité. Les taxes seront un déterminant du prix et la stratégie d’alignement entre les prix du marché noir, qui vont baisser et les prix du marché légal doit être subtile. L’objectif est de produire un cannabis qui contente le plus grand nombre et assèche les marchés parallèles.

Qualité, traçabilité, production bio seront autant de garanties pour le consommateur. Le développement d’une véritable filière de production et de distribution contrôlée par un monopole d’état avec une implication forte du monde agricole est sans doute le meilleur moyen de réussir.

* * *

Sur Twitter question de : « Une ptite Tomate »(Historien phytoplantaire, agrégé en 8 bit)

La loi permettra t-elle a des groupements de cultivateurs d’apparaître sous forme de cannabis clubs comme l’Uruguay le permet?Une production à petite échelle sera t elle possible?

FML : Oui on peut imaginer des groupements d’agriculteurs producteurs et pas forcément sur des grandes productions industrielles.

Le cannabis social club dans laquelle on partage sa production sans en faire commerce est une évolution naturelle. D’ailleurs il en existe plusieurs en France aujourd’hui même si leur existence est encore illégale. Près de 450 clubs sont prêts à se déclarer en préfecture, les fumeurs responsables sortent du placard et s’organisent et ça va dans le bon sens. Il faudra que la loi suive ces évolutions.

* * *

Sur Twitter question de : « Donimico » (Catcheur indépendant)

J’aimerais savoir s’il a déjà été approché par un lobby anti légalisation ? 

FML : Non.

* * *

Sur Twitter question de : Tête Verte (Terpéniste de l’extrême, pharmaco résistant)

Interdiction de vente aux moins de 18 ans, 21 ans ou 25 ans ? Qu’en sera t-il pour la conduite de véhicule, 5h après la consommation , 1 J , 2 J , 1 semaine ? 

FML : Interdiction aux moins de 18 ans. Pour la conduite il faut des tests efficaces et qui sanctionnent une conduite effective sous l’empire d’un état cannabique et non si on a consommé  24 ou 48 h avant.

* * *

La question de Le Cannabiste (Agent simple, journaliste surveillé)

Si nous vous disons :’Silver Haze’ ou encore ‘Banana Kush’ ou bien même ‘Northern Lights » ou « Skunk ». Est-ce que ces dénominations commerciales vous évoquent quelque chose Mr Le député?

FML : Personnellement je n’ai jamais fumé ni cigarettes ni joint mais je sais que la « Skunk » est une variété d’herbe assez prisée et puissante. Pour le reste je ne suis pas expert de ces dénominations.

 

* * *

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Interview exclusive réalisée par mail entre le 16 et le 23 Mai 2019 – Image JML @ Facebook

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 372 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.