USA : une étude dévoile la présence de métaux lourds dans les feuilles à rouler…

Publicité

-50 pourcent stormrock avec lecannabiste
feuille à rouler sur fond rose

Nous le savons, vous le savez, peu de choses sont épargnées par la pollution, la présence de produits chimiques, etc. Même la pluie contiendrait des particules de plastique… À ce stade, plus rien ne nous étonne. Encore moins la présence de métaux lourds dans la plupart des feuilles à rouler !

Cuivre, baryum, chrome, plomb, arsenic…

Pour le bien-être de tous, nous avons décidé de nous pencher sur cette étude américaine un poil alarmante pour les personnes qui fument du CBD, du cannabis, et même du tabac.

Et vous, avez-vous déjà pensé à ce que contiennent vraiment ces feuilles à rouler que vous utilisez quotidiennement ?

Décryptage de pétards, sur Le Cannabiste !

Le choix des feuilles à rouler : important ou insignifiant ?

Un OCB Slim svp !” Bien souvent, on ne se soucie pas que “l’écrin” de l’or vert soit blanchi ou non, en chanvre bio ou en plastique. Tant qu’il y a quelque chose dans quoi rouler, ça passe.

Mais en réalité, ne devrions pas nous pencher un peu plus sur ce que nous ingérons, nous inhalons, nous nous étalons sur la peau ?

On le sait, la combustion est mauvaise. Déjà là, ça part mal. La combustion du tabac industriel issu de Big Tobacco ajouté à votre herbe favorite, encore pire.

-50 pourcent stormrock avec lecannabiste

Mais nous ne sommes pas là pour faire la morale, bien que l’usage d’un vaporisateur soit à considérer, pour de multiples raisons (économie, efficacité, sureté, etc.) !

Alors, que contiennent les feuilles à rouler ? Lesquelles choisir pour que ce soit “moins pire” ?

feuille à rouler

L’étude qui dévoile la présence de métaux lourds dans les feuilles à rouler

La fameuse étude nous vient tout droit des USA, plus précisément de la Lake Superior State University, dans le Michigan.

Vous vous doutez bien, il n’y a pas de réglementation concernant ces fameux “rolling papers” aux USA, et c’est bien là le problème.

Donc, 53 feuilles à rouler ont été passées au peigne fin. Selon l’étude, un quart des papiers à rouler contiennent des traces de métaux lourds… Dont certains plus inquiétants que d’autres.

Pour la conception de feuilles à rouler colorées, les industriels n’hésitent pas à utiliser des colorants contenant donc ces métaux lourds, suivant la couleur obtenue souhaitée.

Un quart des échantillons dépassent les taux de cuivre recommandés (ces produits pourraient entraîner des expositions allant jusqu’à 4,5 à 11 fois les limites d’exposition maximales). Certaines contiennent des taux élevés de vanadium ou de chrome.

D’autres résidus sont bien présents, comme le calcium, le baryum, l’argent, le titane… Cela expose bien sûr les consommateurs à une accumulation de ceux-là dans l’organisme, ce qui est néfaste à la santé.

-50 pourcent stormrock avec lecannabiste

feuille à rouler sur des fleurs de cbd

Méthodologie et objectif de cette étude

Qui dit feuilles à rouler, dit combustion. Cette recherche visait à identifier quels métaux lourds renferment les papiers à rouler, puis à quantifier à quel point les émissions chimiques lors de la combustion ont un impact sur la santé.

Pour ce faire, les chercheurs ont utilisé des méthodes pointues, comme la chromatographie en phase gazeuse et la spectrométrie de masse.

Résultat ; tous les papiers n’émettent pas les mêmes niveaux de produits chimiques. Sans grande surprise, les papiers à rouler qui ont subi un traitement chimique possèdent des concentrations plus importantes de toluène, de benzène, qui ne sont vraiment pas terribles pour la santé cardiovasculaire et respiratoire.

De leur côté, les feuilles en chanvre ou en bambou, par exemple, émettent bien moins de ces substances chimiques. De plus, elles sont considérées comme plus écologiques, donc le choix est vite fait.

D’autres recherches le constatent !

Ce n’est pas la seule étude à mettre en évidence le constat que les feuilles à rouler contiennent en général, beaucoup trop de produits chimiques/métaux lourds.

Pour exemple, le laboratoire espagnol “Ananda”, spécialiste dans l’industrie du cannabis, a constaté la présence de métaux lourds dans la plupart des feuilles. L’un des responsables a dit :

« Le corps les accumule (les métaux lourds, NDLR) et il est très difficile de les éliminer. Quand on le fume, c’est particulièrement compliqué car on le respire, il est incorporé dans le sang et distribué dans tout le corps »

Une autre étude de SC Labs a analysé pas moins de 118 “rolling papers”, et le constat fut le même. Présence de plomb, et même du pesticide “cyperméthrine”, en l’occurrence dans certains Blunt (ces feuilles épaisses qui ressemblent à du papier à cigare).

Il ne faut pas s’y méprendre, même les feuilles à base de produits naturels ne sont pas exemptes de mauvaises choses… En effet, les végétaux absorbent les “cochonneries” accumulées dans les sols.

-50 pourcent stormrock avec lecannabiste

C’est pourquoi il vaut mieux réfléchir à deux fois avant d’acheter n’importe quel paquet de feuilles à rouler.

une feuille à rouler

Finalement, quelles sont les feuilles à rouler à privilégier ?

Premièrement, la meilleure des recommandations que nous puissions faire (avant même que cette étude ne sorte) c’est qu’il vaut mieux se tourner vers des options d’inhalation plus saines. Comment ? En choisissant la vaporisation, qui évite la combustion, mais aussi le besoin de devoir acheter des feuilles, des cartons ou filtres à charbon, etc. Les vaporisateurs sont un réel investissement, durables et nettement plus sains.

Vous pouvez choisir parmi les vaporisateurs de salon, les vaporisateurs portables, et même les vaporisateurs à flamme qui ne nécessitent pas d’avoir de la batterie (il suffit d’avoir un briquet-tempête pour faire monter en température la chambre de chauffe).

Si vous n’êtes pas adeptes des vapo’, voici quelques conseils pour bien choisir vos feuilles à rouler :

  • Vous l’aurez compris, préférez les feuilles constituées de fibres naturelles ! Chanvre, lin, riz, bambou… Vous n’aurez que l’embarras du choix. Les plus courantes dans le commerce (dans les bureaux de tabac, notamment) sont les feuilles en chanvre.
  • Entre feuilles blanchies et non blanchies, optez pour les feuilles à rouler non blanchies. Celles-ci ne contiennent pas de chlore ou autres, utilisés pour l’obtention d’un papier bien blanc. Elles sont moins polluantes à la fabrication. Le gout peut aussi être préférable en choisissant du papier non blanchi.
  • Préférez des marques françaises, ou des marques pratiquant la transparence et la traçabilité.

vaporisateur portable avec des fleurs de cbd et vaporisateur de salon

 

Sources : canamo.net / forbes.com / leafly.com

Etude : Composition élémentaire des feuilles à rouler pour cannabis disponibles dans le commerce

A propos Lea L 63 Articles
Rédactrice en chef du média Le Cannabiste. Je suis passionnée par le pouvoir des plantes depuis de nombreuses années. Curieuse, j'ai bien sûr expérimenté par moi-même le cannabis. Mon but est de partager ma passion et mes connaissances au travers de contenus originaux. Aussi, mon objectif est de décriminaliser cette plante incroyable, qui mérite d'être reconnue pour ses multiples vertus et utilisations.