Étude : Les fumeurs de joints roulent moins vite

Une toute nouvelle étude Canadienne qui date d’Octobre 2019 a soumis une série de conducteurs à l’épreuve de la conduite automobile avec et sans Cannabis. Double aveugle, placebo groupe témoin et tout le toutim, une centaine de sujets volontaires ont été soumis à l’épreuve de la conduite sous l’effet d’un pétard et observés à la loupe par les scientifiques. Le Cannabiste débriefe pour vous.

* * *

Avertissement:

« En France la conduite, ou l’accompagnement d’un élève conducteur, après avoir fait usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants, est interdite, quelle que soit la quantité absorbée. La police et la gendarmerie disposent d’un kit de dépistage salivaire qui détecte les différents types de drogues en quelques minutes. (…) Ce test peut être demandé même lorsque le véhicule est à l’arrêt, moteur coupé.» Renseignements et infos sur http://www.securite-routiere.gouv.fr

* * *

#Légalisation

Le concept futuriste, que tant de Français caressent mentalement tous les soirs, la légalisation du Cannabis ; est à l’oeuvre au Canada depuis octobre 2017.

Depuis, l’économie du Canada ne s’est pas effondrée, personne n’est devenu ultra fainéant du jour au lendemain. D’ailleurs les routes ne sont pas bordées de véhicules accidentés, rien n’a visiblement changé non plus du côté des hôpitaux psychiatriques.

* * *

Ironiquement nos confrères de Radio Canada avaient repris à leur compte la longue liste des catastrophes post légalisation au Canada. On leur avait d’ailleurs emboîté le pas.

D’ailleurs un des principaux avantages, de la légalisation contrôlée. C’est qu’il est désormais beaucoup plus facile de produire des études pour mesurer l’impact du Cannabis en terme de santé et de sécurité publique.

* * *

#Sécurité routière

Et la sécurité tout court, ça commence par la sécurité routière, les chercheurs des universités respectives :

  • Département de Pharmacologie et de Toxicologie de Toronto
  • Institut de recherche stratégique Canadien sur les maladies mentales
  • Le centre national sur les addictions et la santé mentale du Canada
  • L’institut Lambert de l’université d’état US de Philadelphie
  • Le département psychiatrie du centre hospitalier de Toronto

L’ensemble des chercheurs qui ont participé à cette étude et la liste de leurs travaux respectifs pour les plus audacieux d’entre vous :

Brands BMann REWickens CMSproule BStoduto GSayer GSBurston JPan JFMatheson JStefan CGeorge TPHuestis MARehm JLe Foll B.

Le résumé de l’étude dont nous parlons principalement aujourd’hui est ICI

A présent qu’on a fait les présentations passons aux choses sérieuses.

#12.5%

C’est le taux de THC de l’herbe qu’on a fait fumer au groupe test, l’étude se concentre sur un public jeune âgé de 19 à 25 ans.

 

Capture d’écran NCBI – Tous droits réservés

Chaque individu observé a consommé une cigarette de Cannabis d’un poids de 750 Mg. Le groupe test a consommé de l’herbe à 12.5% Le groupe placebo en revanche, s’est vu proposer une cigarette dosée à 0.009% de THC.

  • Groupe test + THC / 12 %
  • Groupe placebo + THC / 0.009%
  • Groupe témoin 

Sur une base de 96 sujets le nombre total de 91 participants a été retenu pour constituer des groupes par tiers, c’est à dire par trentaine d’individus.

Une fois leur pétard terminé, les chercheurs ont analysé le comportement des conducteurs sur simulateur. Sur une période de 24h puis de 48h, après la dernière consommation de Cannabis. Les chercheurs ont aussi mesuré les constantes biologiques des différents sujets. 

#Conclusions

30 minutes après la consommation et parmi les sujets qui ont été soumis à une dose élevée, on assiste à une diminution systématique de la vitesse au volant.

Les sujets qui avaient fumé du vrai Cannabis ont également montré des fréquences cardiaques un peu plus élevés que la moyenne.

En revanche passées les 24 heures, aucun symptôme résiduel de ces deux effets n’a pu être observé par les chercheurs.

#Corrélation

A mettre en parallèle avec  l’étude de cet article, une autre méta étude.

Elle a regroupé 28 études épidémiologiques, 16 études psychomotrices et cognitives et enfin 8 études sur les maladies chroniques et la psychomotricité. 

 

Le lien vers les conclusions de cette méta étude est ici. On y lit noir sur blanc la conclusion suivante. – traduction Google intégrale – 

« La marijuana est une substance illicite couramment trouvée chez les conducteurs de véhicules à moteur qui conduisent sous l’influence de drogues. Les preuves actuelles montrent que les taux sanguins de tétrahydrocannabinol ne sont pas bien corrélés avec le niveau de déficience. De plus, bien que la consommation aiguë et peu fréquente de cannabis entraîne généralement une déficience cognitive et psychomotrice, ce n’est pas toujours le cas pour une consommation chronique intensive. Pour établir le cadre de conduite sous l’influence de la politique sur le cannabis, nous devons examiner les preuves publiées actuellement et examiner la politique existante aux niveaux national et fédéral. »

* * *

#Le mot du rédacteur

Quoi que les études disent , il faut garder trois choses en tête.

  • On sait que le Cannabis impacte la conduite automobile 
  • La loi est en principe la même pour tout le monde
  • Il y a les victimes

Cela fait trois bonnes raisons de se tenir à l’écart du volant si sous l’effet du Cannabis, pour la tranquillité de tout le monde.

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook

A propos jean-pierre 501 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.